Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Resources > Le Manifeste des esprits libres

Le Manifeste des esprits libres

Book Presentation

samedi 19 août 2017, par siawi3

Source : Regards de Femmes

Michèle Vianès

« Le Manifeste des esprits libres »
Philippe Granarolo
L’Harmattan.

17 août 2017

Philippe Granarolo, philosophe, invité à plusieurs reprises par Regards de Femmes pour enrichir notre réflexion, en particulier sur les mères porteuses ou le système prostitutionnel, vient de publier « Le Manifeste des esprits libres » chez L’Harmattan.

Constatant le pessimisme ambiant, le retour des religions dans l’espace public, la sidération des incroyants, il apporte une argumentation approfondie pour dénoncer l’intolérable violence des extrémistes religieux « dont l’islamisme est la face la plus grimaçante ».

Il nous livre une déconstruction précise de la litanie des mots creux, interdisant toute réflexion : amalgame, islamophobie, … Et interroge : pourquoi face au retour de la religion dans l’espace public, nouvelle vache sacrée, l’immense majorité d’incroyants demeure silencieuse, tétanisée par le tumulte des extrémistes et de leurs alliés, les benêts compassionnels ?

Rappelant Nietsche « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou » ou Max Gallo « Tout est à discuter » et bien sûr Spinoza sur la liberté de penser face aux textes religieux, il démontre que ce n’est qu’en dehors des certitudes des trois religions du livre, en partageant le terrain commun de la raison face aux « vérités révélées » qu’on peut combattre les dérives et divisions qui nous menacent.

Il espère la réunion de celles et ceux que les croyances des autres indiffèrent et que leur parole soit audible au milieu du tintamarre des fous de Dieu.

Lecture salutaire et dynamisante face aux fanatiques qui partout dans le monde, et ces derniers jours à Charlottesville ou à Ouagadougou, veulent terroriser les populations, pour prendre le pouvoir politique.

Comment ne pas penser à Voltaire dans sa lettre à M. le Marquis de Villevieille, le 20 décembre 1768 « Je brave le diable qui n’existe point et les vrais diables fanatiques qui n’existent que trop. »