Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Un vent mauvais souffle sur la laïcité

France : Un vent mauvais souffle sur la laïcité

jeudi 28 septembre 2017, par siawi3

Source : http://www.laicite-republique.org/un-vent-mauvais-souffle-sur-la-laicite-8914.html

Un vent mauvais souffle sur la laïcité

26 septembre 2017

par Jean-Pierre Sakoun
Président exécutif du CLR

Les citoyens de notre pays ont pris l’habitude de voir la laïcité sans cesse attaquée ou pervertie par les groupes de pression les plus divers. Citons pêle-mêle les islamistes, l’extrême-droite, La Manif pour tous, les intégristes de toutes sortes, une partie de la sphère médiatique et de l’université, bref, tout ceux que gênent les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité, de liberté absolue de conscience. Tous ceux-là donc veulent détruire la laïcité, qui n’est que la manière la plus simple de nommer toute la richesse de ces aspirations républicaines

Depuis quelques années pourtant, ce combat de chaque jour devient plus périlleux. Ce ne sont plus seulement les ultras et les radicaux de tous bords qui attaquent les fondations de notre maison commune. On entend désormais une petite musique insistante, jouée par des responsables politiques, souvent au plus haut niveau, par des institutions garantes de notre droit et de notre Constitution, par des services de l’État, par des collectivités locales. Cette musique nous susurre que les défenseurs de l’émancipation de chacun, de l’intégration de tous dans une société fraternelle, de l’universalisme, bref de la citoyenneté dans le respect de la singularité de chacun, seraient des extrémistes, des « républicanistes », ou pire.

Il n’y aurait désormais de salut que dans la « coexistence » des religions, des communautés, des ethnies… Chacun chez soi et dieu pour tous… Participation à des colloques racialistes et victimaires, assistance à des cérémonies religieuses maquillées en manifestations culturelles, prises de position démontrant une interprétation effarante des principes laïques, décisions de moins en moins ambiguës du Conseil d’État, autant de manifestations de ce qui ressemble de plus en plus nettement à une retraite, à un alignement sur des formes de société archaïques et fort peu citoyennes…

La laïcité est un idéal de bienveillance et de fraternité destiné à libérer chaque individu du joug d’une destinée tracée par sa naissance et son appartenance, à protéger la société des tentations hégémoniques de toutes les pensées dogmatiques. Pour garantir la paix civile, l’harmonie sociale, la liberté de chacun, quoi de plus désirable que la laïcité ?

Comme le disait Ferdinand Buisson en 1903, « le premier devoir d’une République est de faire des républicains ». C’est la fierté des républicains que de combattre les assignations identitaires. Libre à chacun de croire et d’appartenir à une communauté religieuse ou philosophique. Mais la religion n’a pas sa place dans l’organisation des relations sociales.
Rien n’est moins naturel que cela. Pensons à Sisyphe poussant son rocher. Souvenons-nous encore de cette phrase lapidaire de Camus, « un homme, ça s’empêche ». C’est pourquoi, l’instruction publique et l’école de la République doivent être refondées, non pour produire les travailleurs dociles que réclament certains dirigeants patronaux qui ont perdu le sens commun, mais pour former des citoyens désireux d’accueillir en eux la République laïque.