Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Henda Ayari, ex-salafiste française, porte plainte contre Tariq Ramadan pour (...)

Henda Ayari, ex-salafiste française, porte plainte contre Tariq Ramadan pour viol

vendredi 20 octobre 2017, par siawi3

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20171020.OBS6275/henda-ayari-ex-salafiste-francaise-porte-plainte-contre-tariq-ramadan-pour-viol.html

Henda Ayari, ex-salafiste française, porte plainte contre Tariq Ramadan pour viol

La jeune écrivaine raconte avoir été agressée par l’islamologue suisse en 2012.

Cécile Deffontaines

Publié le 20 octobre 2017 à 17h57

"J’irai jusqu’au bout de ce combat quoi qu’il m’en coûte", écrit-elle sur son compte Facebook. La présidente de l’association Libératrices Henda Ayari a porté plainte vendredi 20 octobre contre l’islamologue suisse Tariq Ramadan pour "des faits de viol, d’agression sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation", auprès du parquet de Rouen, d’après un document que "l’Obs" a pu consulter.

Selon son avocat, maître Jonas Haddad, les faits remontent à 2012, en marge du congrès de l’UOIF, à l’hôtel Holiday Inn, à Paris.

A la suite des révélations de l’affaire Weinstein sur les agressions sexuelles dans le monde du cinéma et au-delà, elle a écrit, vendredi 20 octobre, sur son fil Facebook :
"#balancetonporc C’est une décision très difficile, mais j’ai décidé moi aussi qu’il est temps de dénoncer mon agresseur, c’est Tariq Ramadan."

Agé de 55 ans, Tariq Ramadan, islamologue suisse controversé, est le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, en Egypte.

Suivie par plus de 16.000 personnes sur Facebook, 4.000 sur Twitter, Henda Ayari ajoute sur son fil Facebook :
"J’ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des représailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j’ai été victime, il n’avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu’on pourrait s’en prendre à mes enfants, j’ai eu peur et j’ai gardé le silence tout ce temps."

"J’en ai tout de même parlé dans mon livre dans un chapitre entier en changeant son nom, pour ne pas être poursuivie en justice pour diffamation, mais aujourd’hui je ne peux plus garder ce secret trop lourd à porter, il est temps pour moi de dire la vérité."

Dans "J’ai choisi d’être libre", paru en 2016 aux éditions Flammarion, la jeune femme aujourd’hui âgée de 40 ans, qui a basculé dans le salafisme il y a 20 ans, raconte comment elle s’est détournée de cette idéologie. Elle qui connaissait parfaitement le milieu des prédicateurs musulmans, y parle longuement d’un homme désigné sous le pseudonyme de "Zoubeyr".

"Je le confirme aujourd’hui, le fameux Zoubeyr, c’est bien Tariq Ramadan", écrit encore Henda Ayari sur Facebook.

Elle y raconte qu’elle correspondait régulièrement avec ce "prédicateur théologien", pour avoir "des conseils éthiques et religieux". Jusqu’au jour où ce dernier l’a agressée.

"C’est très dur mais je me sens soulagée, j’ai ressenti le besoin de parler aussi pour toutes les autres victimes, J’espère vraiment que d’autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !

Contactée dans la foulée de ses affirmations, Henda Ayari nous renvoie vers son avocat, déclarant :
"Je me sens trop mal pour en parler au téléphone, là."
"Il m’a giflée. Il m’a violentée"

Les faits relatés ci-dessous sont donc ceux décrits dans son livre :

Un jour, alors qu’elle vient de poster sur sa page Facebook une photo d’elle vêtue d’un blouson de cuir et maquillée, après sa révolution intérieure qui l’a amenée à rejeter son voile, cet homme la re-contacte.
"Poster cette photo, dit-il, ce n’est pas bien."

Henda est impressionnée, ennuyée. Elle répond. Ils se parlent via Skype et il lui propose une rencontre.

"Zoubeyr m’envoya son numéro de chambre d’hôtel, et me demanda de le rejoindre en taxi, le plus discrètement possible. Cela me surprit, car je pensais que nous allions boire un café au bar de l’hôtel." Mais la jeune femme écrit être "dans une confiance totale".

"Je restais debout, un peu raide, très intimidée. Brusquement, il se retourna vers moi, m’enlaça, et m’embrassa fougueusement. Je m’étais d’abord raidie sous l’effet de la surprise, mais je me laissais très vite aller [...] J’étais bouleversée. Cet homme m’avait fait venir, il m’embrassait, cela voulait forcément dire que pour lui aussi ce moment était important. Sa voix chaude murmurait à mon oreille, j’avais le sentiment de vivre un rêve."

Mais l’histoire bascule, et Henda Ayari décrit une scène de violence.
"Hélas, le rêve se transforma peu à peu en cauchemar."

"Cet homme, Zoubeyr, se transforma sous mes yeux en un être vil, vulgaire, agressif aussi bien physiquement que verbalement. Par pudeur, je ne donnerai pas ici de détails précis sur les actes qu’il m’a fait subir. Il suffit de savoir qu’il a très largement profité de ma faiblesse, et de l’admiration que je lui vouais."

"Il s’est permis des gestes, des attitudes et des paroles que je n’aurais jamais pu imaginer. Et quand je me suis rebellée, quand je lui ai crié d’arrêter, il m’a insultée et humiliée. Il m’a giflée. Il m’a violentée. J’ai vu à son regard fou qu’il n’était plus maître de lui-même. J’ai eu peur qu’il me tue [...] J’étais complètement perdue. Je me mis à pleurer sans retenue. Il se moqua de moi. "

Henda Ayari raconte ensuite la relation d’emprise qui se met en place, entre échanges de messages et rencontres qu’il lui propose "deux fois par mois". Des faits que devra démêler la justice.

"Je rentrais à Rouen, malade de honte." Henda se sent "coupable". "Je n’avais pas su combler ses attentes." "Je ne voulais pas le perdre." "J’aimais et je détestais cet homme."
"Je me sentais comme droguée."

La jeune femme dépeint un homme qui use de pression psychologique. Elle passe à la "colère" et au "dégoût". "J’aurais dû aller porter plainte." "L’homme juste et bienveillant que j’idéalisais avait abusé de ma naïveté et m’avait fait du mal, physiquement et moralement." "J’étais complètement sous la coupe de cet être intelligent, séducteur et manipulateur."

Cette "relation perverse" s’arrête au bout de quelques mois.

"Depuis, il continue à donner des leçons de morale islamique, à se poser en philosophe éclairé, calme défenseur d’un islam moderne", conclut-elle.

La jeune femme lui prête aussi "un nombre impressionnant de maîtresses". "Certaines auraient eu, elles aussi, à lui reprocher un comportement bestial et dégradant." "Pas très brillant pour un déontologue de l’Islam", ajoute-t-elle. Fin du récit.

"L’Obs" a tenté, à plusieurs reprises, via sa maison d’édition, un numéro de portable personnel, différents mails, et son site internet, de joindre Tariq Ramadan, sans succès.