Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Inde : 70’000 leaders musulmans réunis en Inde ont adopté une fatwa contre (...)

Inde : 70’000 leaders musulmans réunis en Inde ont adopté une fatwa contre plusieurs groupes terroristes.

mercredi 25 octobre 2017, par siawi3

Source : https://www.tdg.ch/monde/fatwa-groupe-ei-massivement-soutenue/story/29009138

Une fatwa contre le groupe EI massivement soutenue
Inde : 70’000 leaders musulmans réunis en Inde ont adopté une fatwa contre plusieurs groupes terroristes.

Créé : 10.12.2015, 03h42

Plus de 70’000 dignitaires musulmans ont adopté une fatwa (avis juridique musulman), condamnant la violence extrémiste perpétrée par des groupes terroristes, notamment par le groupe Etat Islamique, les Talibans ou encore Al-Qaeda. Ces groupes ont en outre été qualifiés de « non-musulmans » par le texte, rapporte le Times of India.

Le document a été approuvé par plus d’1,5 millions de fidèles au dernier jour de la cérémonie de l’« Urs-e-Razwi » à Bareilly, dans l’Uttar Pradesh (Inde). La cérémonie annuelle célèbrait le 97e anniversaire de la mort d’Ahmed Raza Khan Barelvi, figure du soufisme en Inde, farouchement opposé à l’islam radical et à l’usage de la violence.

« Les terroristes ne sont pas des musulmans »

« Il est écrit dans le Coran que tuer un innocent équivaut à tuer toute l’humanité » rappellent les signataires. « Les membres de ces organisations (ndlr : terroristes) ne sont pas des musulmans », souligne la fatwa.

Celle-ci met également en avant les dangers des discours « de haine » comme ceux de Donald Trump, et dénonce les opérations militaires portant parfois atteinte à des civils syriens. Les journalistes sont invités à « cesser de qualifier les groupes terroristes comme des organisations musulmanes », afin d’éviter les amalgames.

L’Inde abrite la troisième plus grande communauté musulmane du monde. Les musulmans indiens représentent 14% de la population totale du pays. Plusieurs initiatives similaires avaient été annoncées récemment, mais jamais à cette échelle. En septembre dernier, un millier de dirigeants musulmans indiens en avaient signé une qui condamnait les actions du groupe Etat Islamique et dénonçait des actes « inhumains et non-islamiques ».

Précédentes fatwas

Au lendemain des attaques de janvier à Paris, le Conseil supérieur des oulémas du Maroc avait déjà émis une fatwa pour criminaliser Daesh. Il a aussi tenu à rappeler la véritable définition du djihad : « Il se mène contre soi-même à travers l’éducation, par la pensée, par l’écriture et par l’argent en faveur du bien et du développement socio-économique ».

Il se réfère à plusieurs versets du Coran, dont l’un affirme : « N’attaquez pas, Dieu n’aime pas ceux qui attaquent ».

Des dignitaires religieux de Bosnie, du Caire et d’Arabie Saoudite s’étaient également exprimés dans ce sens, qualifiant les attentats de Paris en janvier de « péché contre Dieu » et appelant « le monde entier à s’unir pour faire face au monstre » que représente le terrorisme.