Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home > fundamentalism / shrinking secular space > Maroc: Affaire du baiser de Meknès ou l’absurde sociétal

Maroc: Affaire du baiser de Meknès ou l’absurde sociétal

Sunday 5 November 2017, by siawi3

Source: http://www.huffpostmaghreb.com/ranim-regraguitahej/affaire-du-baiser-de-meknes-ou-labsurde-societal_b_18436526.html

Ranim Regragui-Tahej
Etudiant à l’Université Paris-Sorbonne

Affaire du baiser de Meknès ou l’absurde sociétal

Publication: 01/11/2017 12h49 CET Mis à jour: 01/11/2017 12h49 CET

SOCIÉTÉ - Je viens d’apprendre avec grand étonnement (malgré tout), que deux lycéens de la ville de Meknès ont été exclus de leur lycée pour s’être échangé des baisers.

Comme à mon habitude, ma nature humaine veut que je croie que c’est un canular mais très rapidement, celle-ci est confrontée à la norme actuelle qui est l’absurde, non point artistique mais ex-artistique, autrement dit, une antinomie de l’absurde. Ce n’est pas un absurde littéraire ou artistique mais malheureusement sociétal, et lorsqu’il s’agit des mouvements de sociétés, il l’est presque toujours.

L’exclusion comme mode de gouvernance morale

Bien évidemment, comme à leur habitude actuelle en totale contradiction avec leur histoire, certains pays arabes renient l’amour comme s’il s’agissait d’une turpitude honteuse. Rassurez-vous, nous marchons en effet sur la tête et encore plus avec des sabots cloutés, étant donné que la civilisation arabo-musulmane a toujours démontré son essence érosensuelle et amoureuse, n’en déplaise aux ennemis de la nature humaine.

Après l’affaire du baiser de Nador, puis le passage à tabac d’un couple homosexuel à Beni Mellal, nous sommes en droit d’affirmer que ce ne sont pas les humanistes qui sont en tort mais bel et bien cette morale désastreuse qui en réalité n’est que rejet de la culture arabe et religieuse.

Histoire de l’amour arabo-musulman: l’islam libertaire, l’Europe pudibonde

En effet, il suffit de se rappeler de l’écrivain Marcel Proust qui, dans À la recherche du temps perdu, évoque l’hésitation de sa mère à lui acheter les Mille et une nuits sans en expurger le contenu érotique et homosexuel.

Doit-on rappeler une fois de plus que tant que l’amour et la bienveillance ne sont pas érigés comme mode de gouvernance des êtres, c’est se condamner à ne point vivre mais seulement à exister de manière abstraite et sans sens?

Il est du devoir des autorités religieuses de rappeler que l’amour, parce qu’il est intrinsèque à notre nature et parce qu’il permet l’élévation des esprits et des moeurs, est parfaitement conforme à l’islam, religion qui cherche justement à mener à cette élévation par sa voie spirituelle: le soufisme.

En bref, je n’ai qu’un seul message à transmettre à ce couple et aux militants de la naturalité humaine: aimez-vous! Vous respecterez votre nature et votre seigneur.

Sans amour, la noblesse de l’esprit n’existe pas.