Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Une sur Tariq Ramadan : Charlie Hebdo croule sous les menaces de (...)

France : Une sur Tariq Ramadan : Charlie Hebdo croule sous les menaces de mort

mardi 7 novembre 2017, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/11/06/affaire-tariq-ramadan-charlie-hebdo-porte-plainte-pour-des-menaces-de-mort-apres-sa-une_5210820_1653578.html#IYUSYLAzjilZKZoc.99

Ouverture d’une enquête sur des menaces de mort contre « Charlie Hebdo » après sa « une » sur Tariq Ramadan

L’hebdomadaire satirique a consacré sa dernière « une » à l’islamologue, visé par deux plaintes pour viol.

Le Monde.fr avec AFP | 06.11.2017 à 12h23 • Mis à jour le 06.11.2017 à 21h04

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à la suite de la plainte déposée par Charlie Hebdo pour des menaces de mort reçues par l’hebdomadaire satirique à cause d’un dessin représentant l’islamologue Tariq Ramadan, accusé de viols.

« Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire des chefs de menaces de mort matérialisées par un écrit et apologie publique d’un acte de terrorisme commises au moyen d’un service de communication au public en ligne », a-t-on appris de source judiciaire. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la préfecture de police de Paris. Plus tôt dans la journée, le dessinateur Riss, directeur de la publication, avait annoncé avoir « déposé plainte ».

Dans sa dernière édition, parue mercredi 1er novembre, l’hebdomadaire satirique représente le théologien, le pantalon déformé par un énorme sexe en érection, proclamant : « Je suis le 6e pilier de l’islam ». « VIOL, la défense de Tariq Ramadan », peut-on lire au-dessus du dessin, signé Juin.

Interrogé sur l’angle choisi pour ce dessin, Riss a fait valoir, sur Europe 1, que Tariq Ramadan se présentait lui-même comme « un islamologue, comme un sachant », c’est pourquoi le dessin fait référence au « 6e pilier de l’islam (…), le djihad ».

Les cinq piliers de l’islam constituent le fondement du mode de vie islamique : la profession de foi, la prière, la zakat (l’aumône), le jeûne du mois de ramadan et le pèlerinage à La Mecque, au moins une fois dans la vie de ceux des fidèles qui en ont les moyens. Bien qu’il n’en ait pas le statut officiel, le djihad est considéré comme le sixième pilier de l’islam par une minorité au sein du sunnisme.

« Ligne rouge »

S’exprimant sur les messages de haine et les menaces adressés à Charlie Hebdo, Riss a déclaré qu’ils n’avaient « jamais vraiment cessé ».

« Mais c’est vrai que, parfois, il y a des pics où on reçoit sur les réseaux sociaux des menaces de mort explicites : c’est le cas, une fois de plus, a-t-il ajouté. C’est toujours difficile de savoir si ce sont des menaces sérieuses ou pas, mais par principe, on les prend au sérieux et on dépose plainte. »

« On n’accepte pas d’être traités de cette manière-là. Il y a une ligne rouge à ne pas franchir », a poursuivi Riss. « Menacer de mort quelqu’un, ce n’est ni autorisé dans la rue, ni dans un journal, ni nulle part, c’est “poursuivable” », a-t-il ajouté, déplorant ces « bouffées de haine ».

« Au-delà du sérieux de ces menaces de mort, c’est une question de climat », a souligné le dessinateur. Il juge « étonnant qu’après tout ce qui s’est passé depuis deux, trois, quatre ans, il y ait encore des réactions aussi violentes, des appels au meurtre ».

« Ce n’est pas simplement de la contestation ou de la discussion, ce n’est même pas de l’injure, c’est au-delà de ça : c’est que maintenant, ça s’est banalisé d’appeler au meurtre », a-t-il dit. C’est « assez inquiétant » et cela « révèle un climat assez lourd ».

°°°

Source : https://www.marianne.net/politique/une-sur-tariq-ramadan-charlie-hebdo-croule-sous-les-menaces-de-mort

Une sur Tariq Ramadan : Charlie Hebdo croule sous les menaces de mort

Par Bruno Rieth

Publié le 03/11/2017 à 11:55

Depuis leur Une sur l’affaire Tariq Ramadan, le rédaction de "Charlie Hedo" subit une campagne d’insultes mais également des menaces de mort. Des messages à ne pas prendre à la légère.

Depuis ce mercredi 1er novembre, le journal Charlie Hebdo est victime d’une campagne d’insultes et, plus grave, de menaces de mort. En cause leur Une sur l’affaire Tariq Ramadan, affaire déclenchée par les témoignages de femmes qui accusent l’"universitaire" d’agressions sexuelles. On y voit un Tariq Ramadan, tout sourire, le braquemard en étendard, déclamant pour sa "défense" : "Je suis le 6e pilier de l’islam". Un humour typique de Charlie Hedbo.

Dans la journée, le mot-dièse #CharlieHebdo se hisse dans les tendances du jour sur Twitter rapporte le journal 20minutes évoquant une couverture qui a "suscité de vives réactions et a divisé les internautes". On y retrouve les débats habituels qui tournent autour de la supposée obsession de Charlie Hebdo contre l’islam. Certains tentent tout de même de rappeler que le journal tape sur toutes les chapelles et préfère les sujets politiques plutôt que religieux...

C’est au-delà de ce débat que d’autres utilisateurs se sont adonnés à un tout autre genre de messages :

"Moi fiché S ou pas, Charlie Hebdo ça va vite s’arrêter" ;
"C’est pour quand le prochain attentat chez Charlie Hebdo s’il vous plaît ???" ;
"Charlie Hebdo sont un tas de déchets, et s’il faut d’autres tueries pour le rappeler, je dis que ça ne nous ferait pas que du mal" ;
"Une erreur et on retiens (sic) la leçon mais vous voulez continuer à jouer venez pas pleurer quand y’ aura vos corps en morceaux" ;
"Ils méritent un deuxième round Charlie Hedbo de mes couilles ça ne leurs (sic) a pas suffit"...

Voici ce qu’on peut lire, entre autres, sur les réseaux sociaux. Certains de ces messages ont depuis été supprimés, les autres sont toujours présents malgré les signalements.

C’est pour quand le prochain attentat chez Charlie Hebdo s’il vous plaît ???
Un internaute sous pseudonyme

Des appels au meurtre que le politologue Laurent Bouvet et l’élu socialiste Amine Khatmi, tous les deux membres du Printemps Républicain, ont vivement dénoncés.

Des messages qu’il est possible de signaler aux autorités compétentes, notamment la plateforme Pharos.

Ce n’est bien sûr pas la première fois que Charlie Hebdo subit ce type de campagne. Des menaces qui n’étaient pas forcément prises au sérieux avant le 7 janvier 2015, même si les locaux de Charlie avaient déjà été détruits aux cocktails molotov en 2011, obligeant l’équipe à aller squatter les couloirs de Libération. Leur site internet avait également été piraté et, depuis 2012, Charb vivait sous protection policière.

Jusqu’à ce qu’arrive ce mercredi 7 janvier, lorsque deux frangins armés de kalachnikovs ont interrompu une des conférences de rédaction de Charlie Hebdo. De leur visite inopinée, les Kouachi ont laissé derrière eux au tapis Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, Bernard Maris, Elsa Cayat, Michel Renaud, un invité de la rédaction, le correcteur Mustapha Ourrad, les deux policiers Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet ainsi que l’agent de maintenance Frédéric Boisseau.

Il serait peut-être judicieux, cette fois, de ne pas prendre ces menaces à la légère.