Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Le viol, comme arme de guerre

Le viol, comme arme de guerre

Documentary film

jeudi 7 décembre 2017, par siawi3

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/le-viol-comme-arme-de-guerre-avec-manon-loizeau

La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert

du lundi au vendredi de 12h55 à 13h30
33min

Le viol, comme arme de guerre, avec Manon Loizeau
07/12/2017

Manon Loizeau, journaliste, a réalisé le documentaire Syrie, le cri étouffé (diffusé le soir sur France 2) Fabrice Virgili, historien, spécialiste des guerres mondiales et des violences sexuelles en période de conflits. Il a co-écrit avec Raphaëlle Branche Viols en temps de guerre (Payot, 2011)

Photo : A la frontière Kurde de la Syrie, Kobané (Ain al-Arab), juillet 2017• Crédits : BULENT KILIC / AFP - AFP

Pourquoi infliger cela aux femmes ? Pour briser les familles, briser la société et briser enfin la révolution. [...] Ces femmes parlent parce qu’il y a encore des milliers de femmes syriennes en prison. Elles espèrent que les bourreaux seront mis en prison. Manon Loizeau

Dans l’actualité des idées aujourd’hui : le viol comme arme de guerre avec la documentariste Manon Loizeau et l’historien Fabrice Virgili , à l’occasion de la diffusion, sur France 2, mardi prochain, du film « Syrie, le cri étouffé ».

Il y a le silence, la honte, la souffrance… Mais pourquoi, disent-elles, pourquoi leur faire cela, à elles qui n’ont rien fait de mal, qui n’ont tué personne.

Comment les conflits exacerbent les rapports de domination et transforment le corps des femmes en champ de bataille ? Et si ce corps n’est pas un territoire de guerre, alors pourquoi les hommes de Bachar Al-Assad les font-ils souffrir, à un tel point que la mort leur semblerait être un sort plus doux ?

Le cri étouffé, c’est donc celui des femmes syriennes violées par leur geôliers dans les prisons d’Etat, un crime organisé. Planifié ?

Réalisatrice de nombreux documentaires en Russie, Géorgie, et en Tchétchénie dont « Grozny, chronique d’une disparition » et « Tchétchénie, une guerre sans traces », Prix Albert-Londres en 2006 pour son film « La Malédiction de naître fille », en Asie, Manon Loizeau présente ici un documentaire qui pourrait faire date... Et pour nous expliquer pourquoi, en quoi, comment il le pourrait, à ses côtés, l’historien Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, co-auteur, avec Raphaëlle Branche, de l’ouvrage « Viols en temps de guerre », paru chez Payot, en 2011.

La finalité de la torture ce n’est pas de faire parler mais de briser l’individu et d’instaurer un climat de terreur absolue dans le camp adverse. [...] Le viol ne s’explique pas par la pulsion, il traduit deux choses. Soit la domination masculine, soit un contexte de guerre. On est dans le registre de la puissance et de l’exercice du pouvoir, pas dans le registre de la pulsion. Fabrice Virgili

« Syrie, le cri étouffé », réalisé par Manon Loizeau a été co-écrit avec Annick Cojean, journaliste au Monde, avec l’aide plus que précieuse, nécessaire, de la militante libyenne Souad Weidi. A retrouver mardi 12 décembre, en deuxième partie de soirée, sur France 2.

Video ici
Syrie Le cri étouffé
2/32