Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : « L’école est testée par des groupes fondamentalistes (...)

France : « L’école est testée par des groupes fondamentalistes »

lundi 11 décembre 2017, par siawi3

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/10/01016-20171210ARTFIG00164-jean-michel-blanquer-l-ecole-est-testee-par-des-groupes-fondamentalistes.php

Jean-Michel Blanquer : « L’école est testée par des groupes fondamentalistes »

Par Stéphane Kovacs

Mis à jour le 10/12/2017 à 20:13 Publié le 10/12/2017 à 19:58

Au « Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », le ministre de l’Éducation a confirmé l’interdiction des téléphones portables en primaire et au collège à la rentrée 2018.

« La République doit être sûre d’elle-même, sereine, mais regarder les choses en face. » Lors du « Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », dimanche, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a reconnu qu’il y avait « un certain nombre » de problèmes autour de la laïcité dans les établissements scolaires. S’il n’existe « pas de statistiques aujourd’hui » sur la pression de l’islam dans ces établissements, il a affirmé qu’il y en aurait « dans le futur ». « Je sais toute une série de choses factuelles suffisamment développées, a-t-il toutefois précisé, pour que je prenne des mesures. »

Première de ces mesures, la création d’« unités laïcité » dans toutes les académies

Première de ces mesures, la création d’« unités laïcité » dans toutes les académies. Composées de professionnels chargés de faire de la « prévention », mais aussi d’intervenir ponctuellement dans un établissement, elles doivent être mises en place au cours du premier trimestre 2018. Parallèlement, le ministre va nommer « dans les prochains jours » un « conseil des sages de la laïcité ». Pour Jean-Michel Blanquer, « il y a la loi de 1905 » séparant les Églises et l’État : « C’est une excellente référence, il y a une jurisprudence, on doit évidemment la respecter, mais il y aura (aussi) ce conseil » des sages, « qui donnera la règle du jeu ». Objectif ? « Rompre avec la solitude » des enseignants confrontés à ce genre de problèmes, « qui parfois capitulent ». « Un professeur qui se trouve dans cette situation doit pouvoir compter sur son établissement, martèle Jean-Michel Blanquer, et l’établissement doit compter sur le rectorat. »« L’école, insiste-t-il, est la première pierre de l’édifice laïcité. »

Un « exemple problématique, c’est quand on ne fait pas respecter la loi de 2004 » sur le voile à l’école, indique le ministre. Pour les accompagnatrices de sorties scolaires, il ne veut pas de voile non plus. « Mon approche personnelle, précise-t-il, c’est que toute personne qui accompagne les élèves est en situation d’être ce qu’on appelle un collaborateur bénévole du service public (…) qui doit se conformer à un certain nombre de devoirs. » « Maintenant, je respecte le droit, bien entendu, et il y a un état de la jurisprudence qui doit être consacré », enchaîne-t-il, notant « des évolutions » jurisprudentielles à clarifier. En 2013, le Conseil d’État avait estimé que les parents accompagnant des sorties scolaires ne pouvaient être soumis à la neutralité religieuse imposée aux enseignants.

« Le méchant, c’est l’ignorant »

« Il est exact que nous sommes testés par des groupes fondamentalistes, reconnaît-il également. Il y a des gens qui essayent de voir si le système résiste. » À la question : « Est-ce que vous avez des remontées sur des professeurs radicalisés ou en voie de radicalisation ? », le ministre de l’Éducation répond : « Ce type de phénomène peut exister. C’est encore extrêmement marginal. Mais nous allons être très attentifs à ce phénomène. » Jean-Michel Blanquer a ensuite été interrogé sur l’enseignement du fait religieux, souhaité par le président de la République. « Les enfants doivent apprendre le fait religieux, ne serait-ce que pour comprendre les religions des autres, assure-t-il, citant une phrase de Platon : « Le méchant, c’est l’ignorant. »

Autre mesure qui figurait dans le programme de campagne d’Emmanuel Macron : Jean-Michel Blanquer a confirmé l’interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges. « Nous sommes en train de travailler sur cette question pour les modalités », précise-t-il. En septembre, il avait évoqué pour ce faire « des casiers qui ferment ». Le port de l’uniforme a été rapidement évoqué : « On doit permettre aux établissements qui le veulent de l’instaurer », répond-il.

Enfin, peut-on imaginer un jour une école au nom de Johnny Hallyday, ou que le chanteur soit étudié dans les programmes scolaires ? « II a rendu plus populaire en France Tennessee Williams…, acquiesce le ministre, présent samedi à l’église de la Madeleine. Si demain quelqu’un décide d’étudier Johnny Hallyday, ce sera d’abord surtout en musique ! En tout cas, la musique, qu’elle soit classique ou contemporaine, fait partie des choses qui améliorent notre vie. »