Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Europe : À la frontière franco-italienne, les montagnards marchent pour les (...)

Europe : À la frontière franco-italienne, les montagnards marchent pour les migrants

lundi 18 décembre 2017, par siawi3

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/18/01016-20171218ARTFIG00140-dans-les-alpes-les-montagnards-marchent-en-soutien-aux-migrants.php

Par Esther Paolini
Journaliste Figaro AFP agence

Mis àjour le 18/12/2017 à14:28 Publié le 18/12/2017 à14:00

À la frontière franco-italienne, les montagnards marchent pour les migrants

Trois cents professionnels de la montagne ont participé àune cordée solidaire dimanche pour dénoncer les conditions de passage périlleuses des migrants dans les Hautes-Alpes.

« On ne veut pas que les Alpes deviennent une seconde Méditerranée ». Dimanche 17 décembre, 300 professionnels de la montagne ont participé àune « cordée solidaire » de Névache jusqu’au col de l’Échelle, dans les Hautes-Alpes. Ils entendaient alerter l’opinion publique sur la dangerosité du passage des Alpes pour les migrants entre l’Italie et la France.

 » LIRE AUSSI - Raphaë l Krafft, le journaliste qui a aidé des migrants àpasser la frontière

C’est l’un des trajets les plus périlleux pour rejoindre le territoire français. 515 kilomètres de frontière entre l’Italie et la France, dont la majeure partie est située àplus de mille mètres d’altitude, avec des cols abrupts et enneigés. Pour les migrants,c’est une traversée d’autant plus périlleuse que les autorités redoublent d’effort pour empêcher les passages illégaux ou, le cas échéant, faciliter le retour àla frontière pour les « dublinés » (migrants enregistrés dans un autre pays européen). Une situation qu’ont dénoncée guides, accompagnateurs, pisteurs secouristes, gardiens de refuge dimanche, lors de cette marche dans la vallée de la Clarée. Cédric Herrou, agriculteur condamné pour avoir aidé des migrants dans la vallée de la Roya, était présent.

Avec un thermomètre à- 14 degrés, des militants du Briançonnais, de Savoie, de Haute-Savoie, de l’Isère et de la Drôme sont « montés àun col somme toute banal mais qui comporte tous les dangers de la montagne : avalanche, chutes de pierre, neige, froid », d’après Jean Gaboriau, guide de haute montagne et organisateur de la cordée. « Et le risque de se perdre, surtout quand on enlève les panneaux indicateurs. » Interrogé par l’AFP, il a dénoncé des conditions de survie particulièrement dures : « en baskets et petite veste, lorsqu’on vient d’Afrique et qu’on ne connaît pas la neige, ce n’est plus une promenade de santé ».

Dimanche 17 décembre àNévache.

50.000 personnes interpellées dans les Alpes-Maritimes en 2017

De nombreux migrants sont secourus alors qu’ils sont pieds nus, pas assez couverts et n’ont pas mangé depuis plusieurs jours. D’après Max Duez, traumatologue de l’hôpital de Briançon et membre de la cellule médicale créée pour faire face àl’afflux des migrants, « en mer comme en montagne, le secours ne se discute pas ! ». Marie Dorléans, de l’association Tous Migrants, espère que ce type d’action pourra « infléchir la politique anti-migratoire menée par le gouvernement. Ce n’est pas une crise des migrants mais une crise de l’accueil : ce sont les citoyens qui agissent avec réalisme ».
Les militants ont défilé de la gare de Menton-Garavan jusqu’àla frontière terrestre le long du bord de mer.

La veille, 500 personnes avaient également manifesté àMenton pour exprimer leur solidarité avec les migrants. « Solidarité internationale, liberté de circulation », scandaient les personnes mobilisées, dont la majorité appartenait àdes collectifs associatifs ou des partis d’extrême gauche.

 » LIRE AUSSI - « Dans les Hautes-Alpes, le flux migratoire explose »

Ce rassemblement s’est tenu alors que le département des Alpes-Maritimes subit actuellement une pression migratoire sans précédent. D’après la préfecture, d’ici àla fin de l’année, pas moins de 50.000 personnes en situation irrégulière auront été interpellées, dont 98 % reconduites en Italie. Un record.

Voir aussi :
Réfugiés : avec plus de 120.000 places occupées, l’hébergement d’urgence est saturé
Migrants : l’Europe face àun nouveau défi venu d’Afrique
Migrants : pourquoi 2017 risque d’être l’année la plus meurtrière en Méditerranée