Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Iran : Les femmes entrent dans les gradins

Iran : Les femmes entrent dans les gradins

samedi 30 décembre 2017, par siawi3

Source : http://keyhani.blog.lemonde.fr/2017/12/28/en-iran-la-fille-rebelle-qui-deguisee-en-homme-est-entree-dans-un-stade-de-foot/

28 décembre 2017

En Iran, la fille rebelle qui, déguisée en homme, est entrée dans un stade de foot

Shabnam, la jeune iranienne qui, déguisée en homme, a assisté àun match de foot, dans la ville iranienne d’Ahvaz dans le sud-ouest. Photo : Sarpoosh

« Pendant une semaine, je me suis entraînée àme comporter en garçon. J’ai essayé de m’habiller en garçon, de marcher et de parler comme un garçon  ». Ces mots sont ceux d’une jeune iranienne, Shabnam qui, avec son amie Zeinab, a franchi une ligne rouge en se déguisant en garçon et en entrant, le 24 décembre, dans le stade de la ville d’Ahvaz, dans le sud de l’Iran, lors d’un match de football masculin entre deux équipes iraniennes, Foulad et Persépolis.

En République islamique d’Iran, depuis quelques années, les femmes sont interdites d’accès aux enceintes sportives lors des compétitions masculines. « Avec Zeinab, continue Shabnam, rapportée dans le quotidien iranien Vaghaye Etefaghiyeh, nous avons regardé quelques vidéos sur comment se grimer. Une fois, j’ai mis une perruque d’homme et marché avec dans la rue. Le jour du match, j’ai mis de la couleur noire sur mon visage, comme si je portais une barbe. J’ai mis un casque pour cacher dans la mesure du possible mon visage. J’ai dà» faire tout cela pour que la revendication [des femmes] d’accéder aux stades ne soit pas oubliée.  »

La jeune femme qui a publié des photos d’elle dans le stade explique ensuite s’être sentie « en sécurité« , même lors que ceux qui l’entouraient se sont rendus compte de son sexe. Une clarification comme pour essayer de répondre àtous ceux qui s’opposent àla présence féminine dans les stades et qui brandissent l’argument de « l’ambiance inapte dans les stades, àcause notamment des injures prononcées par les supporteurs  ». « Lorsque je levais les bras, les quelque vingt personnes autour de moi ont compris que j’étais une femme, mais elles m’ont fait signe de la tête comme pour me rassurer qu’elles ne nous dénonceraient pas. Il n’y a pas eu la moindre remarque ni hostilité. Au stade, je n’ai senti que la sécurité  », explique-t-elle.

PAS LES PREMIÈRES À BRISER CE TABOU

Shabnam et sa copine Zeinab n’ont pas été les premières femmes àavoir brisé ce tabou. Ù D’ailleurs, le célèbre réalisateur iranien, Jafar Panahi, a consacré en 2006 son film Hors jeu au combat des Iraniennes qui veulent, coà»te que coà»te, entrer dans les stades pour applaudir leur équipe favorite.

L’été 2017 aussi, lors d’un match de qualification pour le Mondial de football 2018, entre l’Iran et la Syrie, quelques supportrices iraniennes ont pu entrer dans le stade Azadi, àTéhéran, en brandissant le drapeau syrien et en faisant semblant d’être syriennes. Ceci alors que d’autres supportrices iraniennes ont dà» faire demi-tour et suivre le match, comme toujours, àla télévision.

De nombreuses fois, les responsables du gouvernement du président modéré Hassan Rohani, arrivé au pouvoir en 2013 et reconduit en 2017, ont promis de se pencher sur cette interdiction infligée aux femmes et de la lever. Pourtant, pour le moment, leurs efforts n’ont pas apporté de résultat. Le blocage semble venir des milieux conservateurs, ainsi que du clergé.

Depuis l’incident survenu lors du match avec la Syrie, la question de la présence des Iraniennes dans les stades est revenue sur le devant de la scène. L’affaire a été référée au Conseil suprême de la révolution culturelle. Des députées aussi se sont rendues àla ville sainte de Qom afin de rencontrer des membres du clergé et de leur parler des femmes et, entre autres, de leur présence dans les stades. L’une de ces parlementaires, Fatemeh Zolghadr, relate ainsi les conclusions de ces conversations : « Les membres du clergé nous ont précisé que l’entrée des femmes dans les stades ne représente pas en soi un problème religieux (…), mais leur place doit être séparée de celle des hommes.  »

Pendant que les débats continuent, Shabnam n’entend aucunement attendre : « A la prochaine opportunité, j’enfilerai les vêtements d’homme et irai au stade jusqu’àce que les femmes puissent enfin assister àun match.  »