Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Cinq croix gammées ont été peintes sur deux enseignes d’alimentation (...)

France : Cinq croix gammées ont été peintes sur deux enseignes d’alimentation cacher

lundi 8 janvier 2018, par siawi3

Source : http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/creteil-des-croix-gammees-taguees-sur-deux-magasins-cacher-03-01-2018-7481565.php

Créteil : des croix gammées taguées sur deux magasins casher

Lucile Métout

03 janvier 2018, 12h32 | MAJ : 03 janvier 2018, 18h01

Photo : Créteil, ce mercredi. Cinq croix gammées ont été peintes sur deux enseignes d’alimentation cacher, dans le centre commercial Kennedy. DR et Lucile Métout

Cinq signes nazis, peints en rouge sur les volets métalliques, ont été découverts par les gérants ce mercredi matin, dans le centre commercial Kennedy au Mont-Mesly.

Cinq immenses croix gammées, tracées à la bombe rouge sur les rideaux métalliques. Voilà ce qu’ont découvert deux commerçants de Créteil en prenant leur service ce mercredi matin. Les signes nazis ont été peints dans la nuit sur l’Hypercacher et l’épicerie voisine Promo & Destock. Deux enseignes d’alimentation casher situées dans le centre commercial Kennedy, au cœur du quartier populaire du Mont-Mesly. Elles ont tout de même ouvert à l’heure habituelle, en attendant l’équipe de nettoyage.

« Quand je suis arrivé, il y avait trois croix sur mes grilles et deux sur celles du voisin. C’est d’ailleurs lui qui a appelé la police », explique le gérant de l’Hypercacher, encore abasourdi deux heures après les premières constatations. Il faut dire que les svastikas — symbole sacré d’Inde transformé en emblème du nazisme — mesuraient plus de deux mètres sur deux.

De quoi poser question dans la ville-préfecture du Val-de-Marne qui, avec 20 000 membres (soit plus d’un habitant sur cinq), abrite la plus grande communauté juive de banlieue parisienne. Par voie de communiqué, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a dit sa « profonde indignation » avant d’adresser son soutien « aux résidents visés par cette attaque ainsi qu’à la communauté juive de France ». Il souhaite que tout soit mis en œuvre pour « identifier les auteurs [de ces inscriptions antisémites], afin qu’ils aient à en rendre compte devant la justice ».

Photo : Créteil, ce mercredi matin. L’Hypercacher a tout de même ouvert ses portes après la découverte des tags. LP/L.M.

« Est-ce une provocation, de l’intimidation ou juste une ânerie ? Je ne trouve pas les mots », avoue le patron de Promo & Destock. Tout juste décrit-il un « sentiment de désolation » face à cette « mesquinerie ». Installé depuis 2009, il affirme que « ça ne s’était jamais produit ». « Ce centre commercial est plutôt connu pour son trafic de stupéfiants », poursuit-il. Lui reste marqué par deux braquages, mais aussi par le casse à 50 000 € opéré sur l’Hypercacher en mars 2015.

Pascal, client régulier de ce supermarché, s’avoue « choqué » ce mercredi. « Je voudrais mettre ça sur le compte de la bêtise. D’autant que les croix ont été peintes à l’envers, note le Cristolien. Mais dans l’atmosphère ambiante, à l’heure où les familles ne demandent qu’à vivre sereinement, c’est très perturbant. » Il espère désormais « des caméras un peu partout pour empêcher l’impression d’impunité ».

Pour le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), « les auteurs ont souhaité marquer à leur manière l’anniversaire de l’attentat antijuif » commis par Amedy Coulibaly le 9 janvier 2015, à l’Hypercacher de la Porte de Vincennes.

« Certains veulent créer des polémiques, ou importer le conflit israélo-palestinien, analyse le gérant de l’épicerie Promo & Destock. Ce que je constate, c’est que les communautés cohabitent très bien à Créteil. Je suis moi-même musulman et je vends du casher ici depuis bientôt dix ans. »