Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > France : Rien n’est pardonné.

France : Rien n’est pardonné.

Cinéma

jeudi 1er février 2018, par siawi3

Source : http://www.telerama.fr/television/zineb-el-rhazoui-je-suis-beaucoup-plus-libre-que-ceux-qui-veulent-me-buter,153294.php

Zineb El Rhazoui : “Je suis beaucoup plus libre que ceux qui veulent me buter ! ”

Publié le 27/01/2017. Mis à jour le 27/01/2017 à 19h13.

Rien n’est pardonné.

FIPA 2017 Festival international de programmes audiovisuels 2017 : cinq documentaires à ne pas rater
On y était Le Fipa 2017 met l’engagement au cœur de son palmarès
Entretien Messieurs les censeurs, où en êtes-vous ?
Sélection L’investigation ne faiblit pas au Fipa 2017
Fipa 2017 La marchandisation du savoir au programme du Fipa

Dans “Rien n’est pardonné”, saisissant portrait de l’ex-journaliste de "Charlie Hebdo" Zineb El Rhazoui, Vincent Coen et Guillaume Vandenberghe dépeignent une femme qui n’a rien abdiqué de son engagement anti-islamiste. Malgré un bon accueil reçu au FIPA, ce documentaire n’a toujours pas trouvé de diffuseur en France. Explications.

Présenté mercredi au FIPA, à Biarritz, le portrait bouleversant de Zineb El Rhazoui, militante féministe marocaine et infatigable adversaire de l’islamisme, n’a pas encore de diffuseur en France. Chaleureusement accueilli par le public biarrot lors de sa diffusion en salle (une nouvelle diffusion est prévue samedi 28 à 17h30), le documentaire des Belges Vincent Coen et Guillaume Vandenberghe raconte six années, de 2011 à 2016, de la vie de cette contemptrice du totalitarisme. De son exil de Rabat, après l’entrée des islamistes au sein du gouvernement marocain, à ses engagements, en France, notamment aux côtés de l’équipe de Charlie Hebdo, où elle est embauchée en 2012, la trajectoire de Zineb, 34 ans, conjugue les drames les plus brûlants de notre actualité. Parce qu’elle a vécu de près les espoirs déçus du Printemps arabe et les attentats en France, parce malgré les risques, elle dénonce avec une détermination sans faille la radicalisation islamique, la parole lucide et libre de Zineb rayonne avec force dans Rien n’est pardonné. Pour elle, comme pour les réalisateurs, la déconvenue serait immense si le film n’était acheté par aucune chaîne française. Interview au lendemain de la première projection publique, dans un café de Biarritz, en présence des gardes du corps de Zineb –, qui vit sous escorte policière depuis le 7 janvier 2015.

Rien n’est pardonné.

Est-ce que le portrait de Zineb dans Rien n’est pardonné entérine la fin de l’insouciance et la disparition d’une vie libre, en écho au désarroi d’une génération entière ?

Vincent Coen : L’histoire singulière de Zineb raconte la trajectoire d’une jeune femme qui fuit une dictature, un Etat qui la menace, pour aller s’installer en France. Et, à l’issue de la tuerie contre Charlie, elle finit par être obligée d’accepter de se faire protéger par un autre Etat. On trouvait ce paradoxe saisissant. Malgré le contexte dramatique, cette bizarrerie était à la fois cruelle et intéressante à raconter pour des réalisateurs.

Zineb El Rhazoui : Ce film ne raconte pas la fin d’une liberté car j’estime que je suis beaucoup plus libre que ceux qui veulent me buter. Même si eux sont physiquement plus libres de leurs mouvements, et si je vis dans de prison ambulante, je suis dans ma tête mille fois plus libre que ces mecs-là ! Eux ont une sorte de cachot dans le crâne… Quant à la fin de l’insouciance, hélas, je ne suis pas la seule dans ce cas-là.

Comment est né le projet de ce portrait et à quand remonte votre première rencontre à tous les trois ?

Vincent Coen  : Début 2011, avec Guillaume, nous étions en train de finir un film sur de jeunes Belgo-Marocains de Bruxelles (Cinéma Inch’Allah, documentaire de 80 mn sorti en 2012, ndlr). On suivait quatre amis qui tentaient réaliser un film amateur de série B, inspiré à la fois par Jean-Claude Van Damme et Louis de Funès ! Lors du tournage qui s’est étalé sur cinq ans, nous avons assisté à la radicalisation de l’un de ces jeunes. Nous l’avons filmé en train de basculer dans le salafisme, à Bruxelles. Comme on était très bien intégré au sein de cette communauté belgo-marocaine et accueilli par un certain milieu bruxellois, on entendait partout dire que ça allait péter au Maroc, et que le printemps arabe allait se propager là-bas. On est donc partis à Rabat dans l’espoir de rencontrer de jeunes militants, pour dresser un portrait collectif de cette génération du « Mouvement du 20-Février » (nom donné à la contestation liée au Printemps arabe au Maroc, ndlr). Dès les premières manifestations, on est vite tombés sur Zineb qui se mobilisait avec son association, le MALI (le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles). L’idée qu’ils avaient d’organiser un pique-nique pendant le ramadan nous a plu : et on avait en tête de raconter dans le film les prochaines actions coups de poing de Zineb et de ses amis. On envisageait de tourner en partie clandestinement et de les suivre. Et évidemment, l’histoire nous a rattrapés et la personnalité de Zineb a fait le reste.

Zineb : Pour résumer, vous alliez filmer des salafistes à Molenbeek et au final vous atterrissez dans les cafés et les beuveries de Rabat, où vous rencontrez tous ces jeunes Marocains qui fument et picolent en faisant la révolution !

Vincent : Des figures comme Zineb et les militants du Mouvement du 20-Février, pour nous, Belges, constituaient des profils très nouveaux. Sans pour autant avoir de préjugés sur la jeunesse marocaine, quand nous sommes arrivés à Rabat, nous avons été très surpris : en 2011, nous n’avions pas encore de smartphone à Bruxelles, et nous nous sommes rendus compte qu’à Rabat, tous les jeunes l’utilisaient déjà pour organiser leurs manifs, pour communiquer et essayer d’organiser leur révolte ! On s’est dit « Ouah ! c’est magnifique ! » On a été portés par leur enthousiasme.

Guillaume : On croyait surtout que le mouvement de révolte allait aboutir, et qu’ils sortiraient vainqueurs. On était vraiment à fond derrière eux. Leur défaite a aussi été la nôtre !

Zineb : Le Maroc n’est pas n’importe quel pays pour la Belgique, puisque la communauté marocaine est la plus grande communauté étrangère installée en Belgique. Elle est omniprésente, et elle a été très tôt traversée par les problèmes d’islamisation et de radicalisme. Le réflexe de Vincent et de Guillaume d’aller filmer au bled de jeunes athées qui se battent pour la liberté, c’était logique, cela faisait le lien avec l’origine culturelle de ceux qu’ils connaissaient à Bruxelles.

“Sur le plan intellectuel, le projet de l’islam politique est déjà mort”

Qu’attendez-vous de la diffusion du film, au FIPA et ailleurs ? Appréhendez-vous les réactions du public ?

Zineb : Que voulez-vous qu’il puisse se passer de pire que le 7 janvier à Charlie Hebdo ? De toutes façons, je suis protégée et je n’appréhende plus grand-chose… Il faut aussi souligner que le film débute bien avant que j’intègre Charlie, et que même si les attentats donnent une autre portée au documentaire, pour moi, il s’agit bien d’une suite logique. Il y a toujours eu ce fil conducteur de l’irrévérence et de la révolte dans ma vie : au Maroc, à Paris, à Charlie Hebdo… Je ne me fais plus d’illusion sur le fait qu’il y aura toujours des gens qui continueront, malgré tous les crimes qui ont lieu, à s’indigner que l’on puisse critiquer librement l’islam.

Pour ma part, je suis certaine que sur le plan intellectuel, le projet de l’islam politique est déjà mort. L’islamisme a échoué partout : les Frères musulmans n’ont pas réussi à garder le pouvoir une année en Egypte, alors qu’ils se battaient dans ce but, depuis 80 ans. Et regardez la tournure prise par l’islam politique en Turquie, où il était censé représenter la version la plus moderne, et où il a fini par montrer son vrai visage ! Pour moi, il est évident que l’islamisme a capitulé : il est d’ores et déjà vaincu sur le plan intellectuel et c’est d’ailleurs pour cela qu’il est extrêmement violent désormais. Ce sont les derniers soubresauts d’une bête blessée devenue très violente. Pendant ces dernières années d’agonie, cette idéologie va faire encore énormément de dégâts ; mais cela nous permettra enfin de nous en débarrasser à jamais. Quant aux réactions du public face au film, hier, après la projection, il y a eu des signes extrêmement généreux et même affectueux à mon égard. Les spectateurs m’ont témoigné leur sympathie, leur soutien et même leur respect.

Vincent : C’est au moment des attentats à Bruxelles (le 22 mars 2016, ndlr) que nous avons décidé de terminer le film pour la date anniversaire du 7 janvier, deux ans après l’attentat de Charlie Hebdo. Nous avons été sollicités pour figurer dans le catalogue de la société suisse First Hand Films, qui commercialise de très bons programmes documentaires : la condition sine qua non était de terminer Rien n’est pardonné pour la fin 2016 ; nous avons relevé le défi parce que nous souhaitons qu’il soit largement diffusé. En revanche, nous n’étions pas prêts pour sortir le film en salles, vu les conditions de sécurité à Bruxelles et en France, et la boîte de production était du même avis. L’important reste que le film soit un objet accessible au grand public car ce n’est pas un film de propagande. Hier, pendant la projection, l’atmosphère était parfois lourde, pesante… Mais à certains moments, grâce à l’humour de Zineb, on voyait que le public se lâchait et qu’il riait franchement. C’est exactement ce mélange d’émotions que l’on souhaitait préserver dans notre documentaire.

Pourquoi Rien n’est pardonné ne sera-t-il pas prochainement visible sur une chaîne française, alors que la Suisse et la Belgique l’ont déjà diffusé ?

Vincent : On ne sait pas du tout pourquoi notre film n’a pas encore été acheté par les Français. Il a effectivement été diffusé en avant-première en Suisse, et en Belgique, sur la RTBF, le 11 janvier, puis rediffusé une semaine plus tard. Il n’y a eu aucune polémique. Et l’Autriche va bientôt le programmer ! Est-ce qu’il y a une peur en France à cause de l’élection présidentielle ? Il me semble au contraire que c’est un bon argument pour le programmer. Est-ce le fait que ce soit deux Belges qui aient traité le sujet qui agace ? Comme l’accueil a été très positif au FIPA, on est obligés de se demander s’il y a une peur, une gêne ou si les critiques ne se manifestent pas ouvertement…

Guillaume  : Ici même, mercredi, lors de la diffusion dans la salle du Casino à Biarritz, les responsables des grandes chaînes étaient présents : Arte, TV5, France Télévisions, Canal+. Tous ont fait savoir aux représentants de la RTBF (coproductrice du film avec Eklektik Productions, ndlr) qu’ils trouvaient le documentaire très bien, mais personne n’a manifesté l’intention de l’acheter pour le diffuser !

Zineb : Espérons quand même que le politique n’intervient pas dans la vie culturelle française. Tout le monde a l’air de trouver normal que la culture souffre du calendrier électoral… Mais enfin, cela veut dire quoi ? Qu’un film sur le chômage ne pourrait pas sortir non plus juste avant la présidentielle ?

Vincent : Si le film n’était pas diffusé en France, ce serait un échec et une grande déception pour nous !