Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > Le Sénat polonais adopte une loi controversée sur la Shoah

Le Sénat polonais adopte une loi controversée sur la Shoah

jeudi 1er février 2018, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/02/01/le-senat-polonais-adopte-une-loi-controversee-sur-la-shoah_5250085_3214.html#qIbZyv3M5TRYqBfb.99

Le Sénat polonais adopte une loi controversée sur la Shoah

Elle punit par des amendes ou des peines de prison ceux qui attribuent « à la nation ou à l’Etat » des crimes commis par les nazis en Pologne occupée.

Le Monde.fr avec AFP | 01.02.2018 à 03h44 • Mis à jour le 01.02.2018 à 10h28 |

image : http://img.lemde.fr/2018/01/29/0/0/3500/2355/534/0/60/0/8bd9b2c_5606-vbns33.m88bc.jpg
Un panneau sur lequel est écrit « Stop ! » en allemand et en polonais dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne. KACPER PEMPEL / REUTERS

La vague d’indignation internationale n’aura pas suffi. Moins d’une semaine après le feu vert donné en Chambre basse, le Sénat polonais a avalisé dans la nuit du mercredi au jeudi 1er février un dispositif de « défense de la réputation de la République et de la nation polonaises » prévoyant notamment une peine de trois ans de prison contre les personnes coupables « d’attribuer à la nation ou à l’Etat polonais, de façon publique et en dépit des faits, la responsabilité ou la coresponsabilité des crimes nazis commis par le IIIe Reich allemand(…), de crimes de guerre ou d’autres crimes contre la paix et l’humanité ».

Lire aussi : Israël condamne une loi mémorielle sur la Shoah portée par la droite polonaise

« J’espère que la conclusion du processus législatif contribuera à faire retomber les émotions », a déclaré le président du Sénat polonais, Stanislaw Karczewski, dans les heures précédant l’adoption expéditive de cette loi mémorielle à l’origine d’une crise diplomatique inédite avec Israël et ses alliés. Les rapporteurs du projet avaient motivé cette initiative par leur volonté de lutter contre l’emploi abusif et erroné de l’expression « camps de la mort polonais » pour désigner les camps d’extermination construits par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale sur le territoire de la Pologne occupée. En mai 2012, même la Maison Blanche avait dû présenter des excuses après un usage malencontreux de ce terme par le président Barack Obama.
« Réécriture de l’Histoire »

Toutefois, le texte a soulevé un immense tollé en Israël, où il est perçu comme une tentative de « réécriture de l’Histoire » et de « négation de la Shoah ». Une coalition de députés de la Knesset, le Parlement israélien, a même déposé cette semaine un contre-projet de loi qui placerait sur un même plan le déni de l’Holocauste et la minimalisation du rôle joué dans le génocide par les collaborateurs et autres soutiens des nazis.

Alors que le débat était encore en cours au Sénat, le département d’Etat américain avait pour sa part publié un communiqué brutal exprimant son « inquiétude » vis-à-vis d’une loi qui pourrait non seulement « remettre en cause la liberté d’expression et le débat universitaire », mais plus encore « avoir des répercussions sur les intérêts et les relations stratégiques de la Pologne, y compris avec les Etats-Unis et Israël. Les divisions qui pourraient émerger entre nos alliés ne profitent qu’à nos rivaux. Nous encourageons la Pologne à réévaluer le texte à la lumière de son impact potentiel sur le principe de la liberté d’expression et sur notre capacité à être de réels partenaires ».

Les autorités polonaises ont semblé prises au dépourvu par la vigueur de la mobilisation internationale contre ce projet. Varsovie considère pourtant Israël comme un important allié politique et idéologique face aux critiques européennes sur ses dérives en matière d’Etat de droit. De plus, quel que soit le parti au pouvoir, la diplomatie polonaise d’après 1989 a fait des bonnes relations avec Tel-Aviv un symbole de rupture avec l’époque communiste ainsi qu’avec une lourde histoire d’antisémitisme.
Portée trop générale

En effet, même si l’Etat polonais n’a pas pris part à l’Holocauste, certains de ses citoyens se sont livrés à des actes de dénonciation ou de pogrom. Or, selon les critiques de la loi, le texte a une portée trop générale qui pourrait englober ces crimes. Ils soulignent également que les instances de jugement polonaises sont en train d’être reprises en main par le pouvoir ultraconservateur, qui mène une politique historique visant ouvertement à restaurer la fierté nationale.

L’historien polono-américain Jan Tomasz Gross, auteur de plusieurs travaux très critiques de l’attitude des Polonais à l’égard des juifs pendant l’Occupation et l’immédiat après-guerre, s’est ainsi retrouvé plusieurs fois dans le collimateur du gouvernement polonais. Bien que le président de la République, Andrzej Duda, puisse encore utiliser son veto, cela reviendrait à contredire le discours nationaliste du parti Droit et justice au pouvoir, qui se fait fort de refuser toute intervention des puissances étrangères.