Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Iran : une trentaine de femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en (...)

Iran : une trentaine de femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en public

vendredi 2 février 2018, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/02/02/en-iran-une-trentaine-de-femmes-arretees-pour-avoir-enleve-leur-voile-en-public_5250732_3218.html#Fkeki3TQCaI4UCjU.99

En Iran, une trentaine de femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en public

La loi en vigueur en Iran depuis la révolution islamique de 1979 impose aux femmes de sortir tête voilée et le corps couvert d’un vêtement ample plus ou moins long.

Le Monde.fr avec AFP | 02.02.2018 à 09h50

Une trentaine de femmes, « qui perturbaient l’ordre social » selon les autorités, ont été arrêtées en Iran jeudi 1er février pour avoir enlevé leur voile en public en guise de protestation contre son port obligatoire depuis la révolution islamique de 1979. Elles ont été « remises à la justice », a fait savoir la police de Téhéran, relayée par les agences Fars, ILNA et Tasnim.

Ce mouvement de protestation des femmes iraniennes est partie d’une action menée le 27 décembre dernier par Vida Movahed. Cette Téhéranaise était montée sur un coffret électrique à un croisement d’avenue et avait retiré son voile, restant quelques instants tête nue. Arrêtée sur le champ, elle avait été incarcérée et relâchée quinze jours plus tard.

De nombreuses Iraniennes et quelques Iraniens lui ont emboîté le pas depuis, le phénomène étant largement partagé sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : En Iran, des femmes retirent leur voile en public pour protester contre le pouvoir
Les autorités minimisent

La loi en vigueur en Iran depuis la révolution islamique de 1979 impose aux femmes de sortir tête voilée et le corps couvert d’un vêtement ample plus ou moins long. Le zèle de la police des mœurs à faire respecter cette loi a nettement diminué ces dernières années et un nombre croissant de Téhéranaises mais aussi des femmes d’autres grandes villes du pays prennent des libertés en laissant apparaître nettement leur chevelure.

L’avocate et militante des droits humains Nassrin Sotoudeh a fait savoir que la justice avait fixé à près de 90 000 euros la caution pour la libération d’une autre contestatrice arrêtée cette semaine, estimant que cela montrait « l’intention » des autorités de la maintenir en détention.

La remise en cause de l’obligation du port du voile par quelques femmes en Iran est « puérile », a déclaré mercredi le procureur général de la République islamique, Mohammad Jafar Montazeri, en minimisant l’importance de cette contestation. « Il s’agit d’une affaire insignifiante qui n’a rien de préoccupant », avait-il déclaré en ajoutant que les manifestantes avaient « agi par ignorance » et qu’« elles pourraient avoir été influencées à partir de l’étranger ».