Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > « En Iran, la peur a changé de camp »

« En Iran, la peur a changé de camp »

jeudi 1er mars 2018, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/01/en-iran-la-peur-a-change-de-camp_5264006_3232.html#h5LGwqWwI4rVqiQb.99

« En Iran, la peur a changé de camp »

Dans sa chronique, Christophe Ayad, chef du service International du « Monde », observe que les récents mouvements de contestation ont révélé l’existence de sérieuses failles au sein du régime.

LE MONDE | 01.03.2018 à 06h38 • Mis à jour le 01.03.2018 à 07h52

Par Christophe Ayad
(chef du service International du « Monde »)

Chronique. L’histoire retiendra peut-être que c’est là, sur ce caisson électrique gris et anonyme au croisement des avenues Enghelab et Taleghani, dans le centre de Téhéran, que tout a commencé. Que tout a commencé ou que tout a fini, cela dépend du point de vue.

Le 27 décembre 2017, Vida Movahed, 31 ans, a grimpé sur le caisson et, sans un mot, après avoir ôté son voile blanc, l’a agité au bout d’une perche. Depuis, des dizaines d’autres femmes de tous âges et de toutes tendances l’imitent. Une protestation tranquille et débonnaire, comme une manifestation de pêcheurs à la ligne.

Il y a, dans ce geste, comme l’écho inversé de celui de Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant tunisien qui s’était immolé le 17 décembre 2010 devant la mairie de Sidi Bouzid, donnant le signal d’une contestation qui allait déboucher sur la révolution tunisienne et le soulèvement d’une bonne moitié du monde arabe. Mais là où Mohamed, désespéré, ne voyait d’autre issue que la mort, Vida, elle, est du côté de la vie. Et c’est pourquoi sa protestation gêne tellement les autorités iraniennes, qui ne savent comment s’y prendre pour y mettre fin, allant jusqu’à recouvrir le fameux caisson.

Emeutes contre la vie chère et le chômage

Quelque chose a changé en République islamique d’Iran. Est-ce grâce à Vida Movahed ou à d’autres ? Peu importe, mais le fait est là : la peur a changé de camp, ou plutôt, les Iraniens n’ont plus peur de leur régime.

Lire aussi  : En Iran, le mouvement des femmes qui protestent contre le port du voile ne s’essouffle pas

Le geste de Vida Movahed est intervenu en pleine vague de manifestations, qui ont agité l’Iran fin décembre 2017 et début janvier. Cette contestation, qui a débuté à Machhad, une ville conservatrice, n’avait rien à voir avec la demande de libéralisation portée par la jeune femme. Elle aurait pour origine la colère de petits épargnants ruinés par la faillite d’instituts de crédit aux pratiques similaires à la pyramide de Ponzi. La capitale, Téhéran, est restée plutôt à l’écart de la protestation, contrairement au « mouvement vert » de juin 2009, qui avait suivi la réélection contestée du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad et avait été portée par les classes moyennes et supérieures.

Là, rien de tel : il s’agissait d’émeutes contre la vie chère et le chômage, menées par la jeunesse pauvre dans quelque 80 villes de province, c’est-à-dire la base sociale du régime ! C’est un terrible constat d’échec pour les gestionnaires de l’Etat, notamment l’équipe du président modéré Hassan Rohani.

Les autorités sont venues à bout de la contestation, par un mélange de menaces et de promesses. Mais le feu couve toujours sous la cendre et pourrait renaître à tout moment. D’abord parce que la situation économique n’est pas près de s’améliorer étant donné le durcissement du ton et des sanctions de Washington, qui dissuade les investisseurs étrangers de s’engager en Iran. D’ailleurs, sporadiquement, différentes catégories font savoir leur mécontentement : retraités sans le sou, employés impayés, citadins souffrant de la pollution et ruraux de la sécheresse…

Différences d’approche au sommet de l’Etat

Ensuite et surtout, des failles sérieuses sont apparues au sein du régime à l’occasion des manifestations. Il est toujours difficile de savoir ce qui se passe vraiment derrière le théâtre d’ombres qu’est la scène politique iranienne, mais il semble bien que les manifestations aient été encouragées au départ par certains cercles ultra-conservateurs, furieux que le président Rohani ait dévoilé la part gigantesque des fondations religieuses dans le budget de l’Etat. Mais au lieu de sortir affaibli, M. Rohani a été renforcé par cette séquence de contestation dont il a su venir à bout sans abuser de la répression ni causer trop de morts.

Lire aussi  : En Iran, les forces armées priées de se retirer des affaires économiques

Un troisième round se joue désormais dans les tribunaux et les prisons – deux institutions qui échappent en grande partie au président – où plusieurs décès de prévenus dans des conditions suspectes ont été déclarés comme des suicides. C’est notamment le cas du célèbre sociologue et environnementaliste Kavous Seyed Emami, dont la mort a beaucoup choqué en Iran. L’alourdissement des peines visant les femmes qui ont choisi d’imiter Vida Movahed, après un traitement initial relativement clément, est un autre révélateur des différences d’approche au sommet de l’Etat.

Ce que les Iraniens auront retenu de ces batailles obscures au sommet, notamment dans la perspective de la succession du Guide suprême Ali Khamenei, âgé de 78 ans, c’est surtout que les factions à la tête de l’Etat sont plus occupées à se combattre les unes les autres qu’à défendre un régime dont elles ont des visions fondamentalement divergentes.

EN S’ATTAQUANT AU VOILE – OBLIGATOIRE DANS LA RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE –, ELLES TOUCHENT À UN SYMBOLE ET À UN FONDEMENT DU RÉGIME

Les enfants de Khomeyni ont de plus en plus de mal, en effet, à s’accorder sur l’héritage du père fondateur de la République islamique : ce mélange de chiisme triomphant, de cléricalisme d’Etat, de populisme à façade démocratique et d’expansionnisme révolutionnaire. Les militaires, les religieux et les élus du peuple se disputent le sceptre du patriarche et ils ont tous une légitimité réelle.

Attaque contre un symbole et un fondement du régime

La population, elle, a déjà fait son choix et semble avoir écarté les religieux de la course. C’est le sens de la protestation de Vida Movahed et de ses nombreuses imitatrices. En s’attaquant au voile – obligatoire dans la République islamique –, elles touchent à un symbole et à un fondement du régime. L’une des causes de la révolution de 1979 contre le Shah était sa campagne de « dévoilement » forcé des femmes, dans un pays qui n’était pas prêt à un tel bond dans une modernité à l’occidentale.

En rejetant aujourd’hui le voile, les femmes s’attaquent à la légitimité de ceux qui avaient kidnappé la révolution de 1979 au nom de la religion. Quant aux manifestations populaires contre la vie chère, elles sont un désaveu pour les élus et les technocrates.

Lire aussi  : La fausse icône de la révolte en Iran

Cela ne fait pas les affaires de Hassan Rohani, qui entend se prévaloir de sa double qualité de membre du clergé et de président – largement – élu à deux reprises pour un jour succéder au Guide suprême et sauver la République islamique, dont il est le premier à percevoir les fragilités. L’homme est populaire, il est respecté, mais cela suffira-t-il ?

Si Rohani échoue – et il a de grandes chances d’échouer, car les Iraniens ne croient plus ni dans l’islam ni dans la démocratie tels que la République islamique les propose –, ce sont les militaires qui ramasseront la mise. Car ils sont les seuls à pouvoir se prévaloir d’un ressort aussi fort que l’islam ou la démocratie : c’est le nationalisme.