Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Burkina Faso : Attaque à Ouagadougou : au moins 28 personnes sont (...)

Burkina Faso : Attaque à Ouagadougou : au moins 28 personnes sont mortes

vendredi 2 mars 2018, par siawi3

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/burkina-faso/burkina-faso-une-attaque-a-ouagadougou-vise-l-ambassade-de-france-et-l-institut-francais-suivez-notre-direct_2636808.html

DIRECT. Attaque à Ouagadougou : au moins 28 personnes sont mortes

"Quatre assaillants ont été neutralisés dans l’attaque de l’ambassade de France", indique par ailleurs le service d’information du gouvernement burkinabé.

Photo : Des personnels de sécurité devant l’Institut français, à Ouagadougou (Burkina Faso) le 2 mars 2018. (AHMED OUOBA / AFP)

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 02/03/2018 | 19:32
publié le 02/03/2018 | 12:21

Ce qu’il faut savoir

Une attaque a visé l’ambassade de France et l’état-major des armées à Ouagadougou (Burkina Faso), vendredi 2 mars. La situation est désormais sous contrôle. Selon plusieurs sources sécuritaires françaises et ouest-africaine, au moins 28 personnes ont été tuées dans l’attaque contre l’état-major des armées.

Un bilan lourd. Le bilan provisoire fait état d’au moins sept morts du côté des forces de l’ordre, et de six morts du côté des assaillants.

Il s’agit d’une "attaque terroriste". Jean-Claude Bouda, ministre de la Défense burkinabé, a affirmé à Jeune Afrique qu’il s’agissait d’une "attaque terroriste visant l’état-major et l’ambassade de France".

La justice française se saisit de l’affaire. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "tentative d’assassinat terroriste".

Le live
Suivez le live et réagissez en direct
#BURKINA
Retrouvez ici l’intégralité de notre live #BURKINA

19h32 : Ouagadougou a été la cible d’attaques perpétrées par plusieurs groupes armés, ce matin. Elles ont visé l’ambassade de France et l’état-major des armées burkinabées, situés dans le centre de la ville. Voici ce que l’on sait de la situation.

18h32 : On ne connaît pas encore la nationalité des victimes. Aucun Français n’est à déplorer, ont déclaré un peu plus tôt les autorités.

(AHMED OUOBA / AFP)

17h17 : Au moins 28 morts dans l’attaque perpétrée à Ouagadougou (Burkina Faso).

16h27 : Il précise également que six assaillants ont été tués.

16h26 : L’attaque contre l’état-major général des armées et l’ambassade de France à Ouagadougou a fait sept morts parmi les forces de défense et de sécurité burkinabées, selon le Service d’information du gouvernement national.

15h31 : L’agence Reuters vient de partager des photos montrant des hommes s’échappant de l’état-major des armées à Ouagadougou pendant l’attaque.

(ANNE MIMAULT / REUTERS)

15h27 : Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "tentative d’assassinat terroriste"

15h33 : L’attaque de Ouagadougou (Burkina Faso) n’a pas fait de victime française, selon une source diplomatique française.

14h57 : Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, réagit dans un communiqué après l’attaque de Ouagadougou : "Des attaques ont visé ce matin plusieurs lieux à Ouagadougou, dont l’ambassade de France. Les forces de sécurité burkinabè sont mobilisées contre les assaillants, avec le soutien des forces chargées de la sécurité de notre ambassade en vue de réduire la menace (...). Des consignes de sécurité sont diffusées au fur et à mesure à l’attention des Français présents sur place. Leur sécurité est ma priorité."

14h02 : Contacté par nos confrères de Jeune Afrique, le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, confirme que "l’ambassade de France a été prise pour cible, ainsi que l’état-major." L’attaque aurait été menée par "une dizaine d’assaillants", qui "ont fait sauter une voiture bourrée d’explosif" à l’entrée du bâtiment.

14h02 : Joint par nos confrères de Jeune Afrique, le ministre de la Défense burkinabé, Jean-Claude Bouda, estime qu’il s’agit d’une "attaque terroriste." .

13h51 : Quatre assaillants ont été tués, précise le Service d’information du gouvernement burkinabé sur sa page Facebook.

13h48 : Cela concerne l’ambassade de France et l’Institut français, les deux lieux se trouvant à proximité.

13h46 : La situation est sous contrôle pour les bâtiments français à Ouagadougou (Burkina Faso), selon le ministère des Affaires étrangères contacté par France 2.

13h28 : Emmanuel Macron est "tenu informé en direct de l’évolution de la situation", selon un communiqué de l’Elysée transmis à l’AFP.

13h18 : Bonjour @anonyme, pas de bilan pour l’instant. Surtout, la situation semble assez confuse sur place. L’ambassade de France au Burkina Faso vient de publier un nouveau message sur Facebook, expliquant qu’il n’y avait "pas de certitude à ce stade sur les lieux visés."

13h16 : Un bilan deja ?

13h09 : "On entend les hélicoptères se déployer ainsi que la gendarmerie", explique Mohamed. Cet habitant de Ougadougou vient de transmettre à franceinfo des photos qu’il a prises de l’attaque.

13h04 : L’AFP vient de nous faire parvenir ses premières photos de l’attaque à Ouagadougou.

(AHMEDOUOBA / AFP)

12h52 : Souleymane a maintenant quitté son bureau pour se mettre à l’abri. Il décrit la panique dans les rues : "C’était la débandade. Tout le monde cherchait à se mettre à l’abri".

12h52 : "Je travaille non loin du rond-point des Nations unies où a eu lieu l’attaque. On a d’abord entendu une explosion qui a fait tomber l’ordinateur de mon collègue et a fait trembler les bureaux", me raconte Souleymane, un habitant de Ouagadougou. "Puis les tirs ont suivi, ça a duré pendant 45 minutes. C’était la panique totale."

13h49 : Le ministère des Affaires étrangères français fait le point sur la situation à Ouagadougou. "Des fusillades ont eu lieu à Ouagadougou. Les forces de l’ordre sont en cours d’intervention et des mesures de sécurité renforcées pourraient être prises par les autorités, écrit le Quai d’Orsay sur son site internet. Il est recommandé de suspendre tout déplacement en ville jusqu’à nouvel ordre et rester confiné dans un lieu sûr, respecter les consignes des autorités locales, se tenir informé de l’évolution de la situation, rassurer ses proches."

12h38 : L’explosion s’est bien déroulée à l’intérieur de l’état major #attaqueburkina

12h38 : Une journaliste franco-burkinabée confirme avoir entendu une explosion dans les locaux de l’état-major.

12h35 : Sur Facebook, la police nationale du Burkina Faso adresse un message aux habitants.

12h29 : Attaque terroriste ce matin à #Ouagadougou #burkinafaso : solidarité aux collègues et aux amis burkinabé #prudence #évitezlecentreville

12h28 : Sur Twitter, le diplomate Jean-Marc Châtaigner, nommé envoyé spécial de la France pour le Sahel, qualifie les événements à Ouagadougou "d’attaque terroriste".

12h34 : Selon un journaliste de l’AFP, des tirs intenses ont été entendus dans le centre de la capitale, ce matin. Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d’une voiture. Ils ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l’ambassade de France.

12h25 : Panique totale à Ouagadougou.

12h24 : Les tirs continuent à l’#ambassade de #France au #Burkina après près d’une heure de temps. #terrorisme #attaque

12h23 : Ambassade de France, l’institut français, l’Etat major, des lieux qui font la cible de tirs à l’arme

12h23 : Plusieurs internautes (et notamment des journalistes) ont publié sur Twitter des photos de l’attaque en cours.

12h20 : L’ambassade de France à Ouagadougou vient de publier un message sur sa page Facebook.

12h25 : Une attaque visant l’ambassade de France et l’Institut français est en cours à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Suivez notre direct.

12h08 : Attaque en cours à Ouagadougou. Consignes de prudence absolue à tous les compatriotes de rester dans un endroit sûr.

12h08 : L’ambassadeur de France au Burkina Faso appelle les Français à la "prudence absolue" et à "rester dans un endroit sûr".

12h05 : Attaque terroriste ce matin à #Ouagadougou #burkinafaso : solidarité aux collègues et aux amis burkinabé #prudence #évitezlecentreville

12h05 : Nommé envoyé spécial de la France pour le Sahel, le diplomate Jean-Marc Châtaigner qualifie les événements à Ouagadougou "d’attaque terroriste", sur Twitter.

11h50 : URGENT : L’état major attaqué en même temps qu’une explosion vers le premier Ministère #burkina

11h50 : Une journaliste de franceinfo sur place tweete une photo montrant un panache de fumée, après l’explosion qui a eu lieu dans le centre de Ouagadougou.

11h48 : D’autres témoignages ont fait état d’une explosion près de l’état-major des armées et de l’institut français à Ouagadougou, à environ un kilomètre de là, toujours dans le centre de la capitale burkinabè.

11h47 : Selon un journaliste de l’AFP, des tirs intenses étaient entendus dans le centre de Ouagadougou, non loin de l’ambassade de France au Burkina Faso, ce matin. Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d’une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l’ambassade.

°°°

Source : http://www.leprogres.fr/france-monde/2018/03/02/burkina-faso-attaque-armee-contre-l-ambassade-de-france

AFRIQUE Burkina Faso : une enquête pour "tentative d’assassinat terroriste", au moins 30 morts

Des attaques ont été lancées ce vendredi dans le centre de la capitale Ouagadougou, non loin de l’ambassade de France et de l’Institut français. Une enquête pour "tentative d’assassinat terroriste" a été ouverte par le parquet de Paris.

Le 02/03/2018 à 17:31 mis à jour à 18:23

La situation reste confuse à Ouagadougou. Photo AFP

La capitale du Burkina Faso était frappée ce vendredi par deux attaques terroristes d’ampleur, visant notamment l’ambassade de France et l’état-major des armés, tous deux situés dans le centre de Ouagadougou.

L’attaque a au moins fait sept morts parmi les « forces de défense et de sécurité » burkinabè, selon la télévision publique, citant le Service d’information du gouvernement.

Un bilan encore flou et provisoire

Les sources sécuritaires françaises font elles état d’une trentaine de morts dans l’attaque contre l’état-major des armées. Des sources militaires et sécuritaires burkinabè ont elles parlé d’une quinzaine de morts.

Il y a également au moins 85 blessés, selon des sources des services de santé de Ouagadougou.

Pas de victime française

Dans l’après-midi, "une enquête de flagrance a été ouverte pour tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle", a précisé le parquet, compétent car l’attaque a visé des ressortissants et des intérêts français.

Les investigations ont été confiées à la Direction générale des services intérieurs (DGSI) et aux policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat). Aucune victime de nationalité française n’est heureusement à déplorer.

Le président Macron suit la situation "en direct"

Emmanuel Macron est "tenu informé en direct par ses équipes de l’évolution de la situation" à Ouagadougou, alors que des attaques se déroulent en plein centre-ville où se trouvent l’ambassade de France, l’institut français et l’état-major des armées burkinabè, a indiqué vendredi l’entourage du président de la République.

"Les ressortissants français présents à Ouagadougou doivent suivre les instructions de l’ambassade", en restant confinés, a déclaré l’Élysée.
"Situation sous contrôle"

"La situation est sous contrôle" à l’ambassade de France et à l’Institut français de Ouagadougou, cible d’une attaque vendredi matin, a-t-on indiqué dans l’entourage du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

"La situation est sous contrôle concernant les emprises diplomatiques françaises", a-t-on indiqué de même source.

Le ministre de la défense du Burkina Faso, Jean-Claude Bouda, a qualifié les faits, auprès de l’hebdomadaire français Jeune Afrique, "d’attaque terroriste visant l’état-major et l’ambassade de France". "Il s’agit bien d’une attaque terroriste. L’ambassade de France a été prise pour cible, ainsi que l’état-major, qui a été attaqué par une dizaine d’assaillants", a renchéri le maire de la ville.

Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d’une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l’ambassade de France dans le centre de la capitale du Burkina Faso.

L’explosion d’une voiture piégée aurait également eu lieu sur le parking de l’état-major des armées.

Une source à l’intérieur affirme qu’ils auraient essayé de rentrer dans le bâtiment sans y parvenir. Ils auraient alors tiré sur l’ambassade avant de filer vers l’état-major des armées burkinabè. Plusieurs assaillants auraient revêtu des treillis de l’armée en s’infiltrant dans le bâtiment de l’état-major, ce qui entretient le doute sur leur identité.

D’autres témoignages ont en effet fait état d’une explosion près de ce dernier bâtiment et de l’institut français, à environ un kilomètre de la première attaque, toujours dans le centre de la cité.

Selon le Service d’information du gouvernement burkinabè, "quatre assaillants auraient été neutralisés dans l’attaque de l’ambassade de France", qui confirme que la représentation française et l’état-major général des armés étaient visés. Au moins deux autres ont été "neutralisés" lors de l’attaque visant ce dernier site.

Infographie Visactu

Selon Le Monde, une explosion aurait retenti dans le QG de l’armée, sur le parking de l’état-major. Au même moment, des tirs ont été entendus dans la zone de la résidence du Premier ministre et de l’ambassade de la France.

Nommé envoyé spécial de la France pour le Sahel, le diplomate Jean-Marc Châtaigner a qualifié les faits "d’attaque terroriste", tandis que l’ambassadeur appelait les Français à une "prudence absolue". Des forces spéciales de l’armée se sont déployées sur les lieux et des hélicoptères survolent le ciel de Ouagadougou.

La capitale du Burkina a été ces dernières années à plusieurs reprises la cible d’attaques djihadistes visant des cibles fréquentées par les Occidentaux. Le 13 août dernier, deux assaillants avaient ouvert le feu sur un café-restaurant hallal, le Aziz Istanbul, situé sur la principale avenue de la capitale, faisant 19 morts et 21 blessés. L’attaque n’a pas été revendiquée.

Le 15 janvier 2016, trente personnes, dont six Canadiens et cinq Européens, avaient été tuées lors d’un raid djihadiste contre l’hôtel le Splendid et le restaurant Cappuccino dans le centre de "Ouaga". L’assaut, donné par les forces burkinabè soutenues par des militaires français, avait duré une douzaine d’heures et l’attaque avait été attribuée au groupe Al-Mourabitoune.