Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Algérie : Bataille pro et anti islamiste autour d’une statue

Algérie : Bataille pro et anti islamiste autour d’une statue

Casser ses seins que je ne saurais voir ? : « Ce sont ces idées qui doivent être mises au musée »

lundi 26 mars 2018, par siawi3

Source : http://elwatan.com/actualite/ce-sont-ces-idees-qui-doivent-etre-mises-au-musee-24-03-2018-364979_109.php

Mihoubi à propos de la statue de Aïn El fouara
« Ce sont ces idées qui doivent être mises au musée »

le 24.03.18 | 12h00

Madjid Makedhi

La statue de Aïn El Fouara ne sera pas déplacée, comme le souhaitent les islamistes.

Vandalisée il y a quelques mois, elle sera bientôt remise à sa place au niveau de la fontaine mythique de la ville de Sétif. C’est ce qu’a affirmé, jeudi dernier, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui a polémiqué avec des députés islamistes du FJD-Addala que préside Abdallah Djaballah. Jugeant la statue « impudique », trois élus de la formation islamiste réclament son déplacement au musée.

Et le ministre de la Culture ne s’est pas laissé faire. « Ce sont les auteurs de cette question qui méritent d’être mis au musée », déclare-t-il en réponse à ces députés, dont Hassan Aribi et son chef du groupe parlementaire de ce parti, Lakhdar Benkhellaf. Azzedine Mihoubi oppose ainsi une fin de non-recevoir à leur requête.

Selon lui, la statue dont l’existence remonte à l’époque coloniale « demeurera à sa place et ne sera jamais déplacée au musée ». « Elle a fait l’objet récemment d’un acte de vandalisme occasionnant des dégâts dans certaines de ses parties, mais ne sera jamais transportée au musée. Le déplacement de la statue constituera un précédent grave qui ouvrira le champ à des opérations de déplacement de toutes les statues au musée.

Que restera-t-il dans nos rues ? » interroge-t-il. Face à une levée de boucliers des députés concernés, le ministre clarifie ses déclarations devant les journalistes à la fin de la séance de l’APN consacrée aux questions orales. « Mes réponses sont claires. J’ai dit que ce sont ces idées sur le déplacement des statues qui doivent être mises définitivement au musée. Je n’ai pas parlé de personnes », souligne-t-il.

Mais les auteurs de cette demande indécente montent à nouveau au créneau pour s’en prendre au ministre, en qualifiant ses réponses d’« indignes ». « La meilleure place pour les statues est dans les musées. Nous n’avons pas demandé sa destruction », justifient-ils, en tentant de taire leur arrière-pensée.

Il est à rappeler que l’idée de déplacer la statue réalisée par le sculpteur français d’origine italienne Francis de Saint-Vidal, il y a 120 années de cela, « n’a jamais été posée auparavant ». Classée propriété culturelle nationale en 1999, la statue de Aïn El Fouara a été la cible des islamistes à trois reprises. Elle avait fait l’objet de destruction par les terroristes en 1997, comme elle avait été attaquée en 2006 et en 2017. La prolifération de la pensée extrémiste hostile à une création humaine constitue une véritable menace pour le patrimoine matériel du pays.

Par ailleurs, Azzedine Mihoubi rassure les députés que « la statue a été restaurée à titre gracieux par des compétences relevant des établissements culturels en charge de l’archéologie », ajoutant qu’« elle sera bientôt remise à sa place initiale ».

Les vidéos concernant cette polémique font, depuis jeudi dernier, le buzz sur les réseaux sociaux. Les internautes, qui les ont largement diffusées, critiquent la position des députés islamistes qui ne se soucient que des statues et « observent un silence intrigant sur les questions d’intérêt national ».

°°°

Source : http://geopolis.francetvinfo.fr/algerie-une-statue-nue-defiguree-ses-seins-detruits-au-marteau-172633

Algérie : une statue « nue » défigurée, ses seins détruits au marteau

Par Géopolis

Publié le 18/12/2017 à 14H09, mis à jour le 19/12/2017 à 15H03

Ain Fouara
Capture d’écran Facebook © DR

La statue de la Fontaine de Sétif (Ain Foura, littéralement source jaillissante), réalisée par le sculpteur français Francis de Saint-Vidal en 1898, a été vandalisée le 18 décembre 2017 par un « islamiste », déclenchant un tsunami de colère sur les réseaux sociaux.

Les images sont terribles : un homme barbu, habillé d’un qamis (gandoura), s’attaque à la statue emblématique de la ville de Sétif. Monté sur le socle de la fontaine (Aïn Fouara), il défigure l’œuvre de Francis de Saint-Vidal et détruit ses seins au marteau et au burin. Il a fallu l’intervention de la police pour arrêter l’acte de vandalisme.

La statue a subi, par le passé, plusieurs actes de vandalisme. « C’est la troisième fois en l’espace de 20 ans que la statue d’Ain Fouara subit des tentatives de destruction. La première date d’avril 1997, il s’agit d’une bombe artisanale. La seconde date de 28 février 2006, lorsqu’un jeune a essayé à l’aide d’un marteau de détruire la statue », rappelle Maghreb émergent.

Sur les réseaux sociaux algériens, les internautes ne cachent pas leur indignation.

Photos ici

Pour les radicaux islamistes, toute représentation figurative, a fortiori une femme nue, est illicite. La destruction des Bouddhas de Bâmiyân par les talibans en 2001 a soulevé l’indignation dans le monde. Plus tard, l’organisation djihadiste a détruit le musée de Mossoul et dynamité les sites de Nimroud et Hatra.

°°°

Source : http://geopolis.francetvinfo.fr/algerie-la-statue-qui-derange-les-islamistes-restera-sur-la-place-publique-183931

Algérie : la statue qui dérange les islamistes restera sur la place publique

Par Eléonore Abou Ez

Publié le 25/03/2018 à 18H56, mis à jour le 25/03/2018 à 19H02

La fontaine d’Ain El Fouara à SétiF
Une photo prise le 6 mai 2012, montre des Algériens buvant à la fontaine d’Ain El Fouara à Sétif, à 300 kilomètres à l’est de la capitale. © STRINGER / AFP

La statue de la Fontaine de Sétif « Ain El Fouara » (source jaillissante) qui fait la gloire de la ville, a été réparée et retrouvera sa place malgré l’opposition des islamistes. L’œuvre centenaire, qui représente une femme nue, avait été vandalisée en décembre 2017 par un individu « atteint de troubles psychiatriques ».

« Ce n’est pas à la statue de Ain El Fouara d’aller au musée. C’est à ceux qui appellent à son déplacement d’y aller ». Voici la réponse du ministre algérien de la Culture Azzedine Mihoubi à des députés islamistes, lors d’un débat à l’Assemblée, le 22 mars 2018.
Les élus du FJD (Front pour la Justice et le développement) réclamaient l’envoi de l’œuvre « impudique » au musée.

Casser ses seins que je ne saurais voir

La statue représentant une femme nue, avait été défigurée par un homme qui l’avait attaquée au marteau et au burin en plein jour, suscitant l’émoi des habitants de la ville de Sétif (300km à l’est d’Alger).
Ce n’est pas la première fois qu’un individu s’en prend à l’œuvre du sculpteur français Francis de Saint-Vidal, réalisée il y a plus d’un siècle spécialement pour la ville de Sétif.

La statue fontaine d’Ain El Fouara à Sétif vandalisée
Une photo prise le 18 décembre 2017 montre la fontaine d’Ain El Fouara à Sétif, à 300 kilomètres à l’est d’ Alger après avoir été vandalisée. © STRINGER / AFP

Trois attaques en 20 ans

La dame en pierre a été prise pour cible au moins trois fois durant ces vingt dernières années.
En 1997, l’œuvre avait été quasiment détruite par l’explosion d’une bombe artisanale avant d’être reconstituée à l’identique.
En 2006, « un forcené », âgé de 26 ans s’était attaqué à la statue à coups de marteau tout comme la dernière agression perpétrée en décembre par « un individu atteint de troubles psychiatriques ».

C’est la première fois en revanche que des responsables politiques demandent ouvertement le déplacement de l’œuvre installée depuis 1899 et classée « propriété culturelle nationale depuis 1999 » comme le souligne El Watan.
Ils n’auront pas le dernier mot.