Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > « Israël a droit à un territoire » : nouveau geste saoudien envers l’État (...)

« Israël a droit à un territoire » : nouveau geste saoudien envers l’État hébreu

jeudi 5 avril 2018, par siawi3

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/03/01003-20180403ARTFIG00114-israel-a-droit-a-un-territoire-nouveau-geste-saoudien-envers-l-etat-hebreu.php


« Israël a droit à un territoire » : nouveau geste saoudien envers l’État hébreu

Par Georges Malbrunot

Mis à jour le 03/04/2018 à 14:40 Publié le 03/04/2018 à 12:44

Aux États-Unis, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman a déclaré que « les Israéliens avaient droit à leur propre terre ». Mais pourra-t-il aller plus loin sur un sujet aussi sensible ?

C’est une déclaration qui intervient après de nombreux gestes d’ouverture adressés par l’Arabie envers son ancien ennemi israélien. « Je pense que les Palestiniens et les Israéliens ont droit à leur propre terre », a déclaré dans un entretien publié lundi par la revue américaine The Atlantic , le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman (MBS), actuellement en tournée aux États-Unis.

Mais pour aller plus loin dans ce concubinage de moins en moins secret entre Riyad et Tel Aviv, le jeune prince a pris soin de préciser que « nous devons obtenir un accord de paix pour garantir la stabilité de chacun et entretenir des relations normales ». MBS sous-entend qu’il ne pourra y avoir de relations diplomatiques entre l’Arabie et Israël, tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu, et que les Palestiniens ne disposeront pas d’un État. Mais de quel État parle-t-on, dans l’esprit du jeune leader saoudien ? Alors que Donald Trump prépare un « plan de paix » entre Israéliens et Palestiniens bien loin de répondre aux aspirations nationales des Palestiniens, fondées sur les résolutions 242 et 338 de l’ONU, MBS - qui entretient d’excellentes relations avec Jared Kushner, le gendre de Trump - pourrait au contraire, selon plusieurs indiscrétions, avaliser ces idées américaines.

« Il y a beaucoup d’intérêts que nous partageons avec Israël, explique MBS, et, s’il y a la paix, il y aura beaucoup d’intérêts entre Israël et les pays du Conseil de coopération du Golfe », c’est-à-dire l’Arabie, les Émirats arabes unis, le Koweït, Qatar, Oman et Bahreïn.

Trump, un allié de taille pour Tel Aviv et Riyad contre la menace iranienne

Au premier rang de ces intérêts communs figure la menace iranienne, partagée par l’Arabie et Israël. Pour Tel Aviv et Riyad, le renforcement de l’influence iranienne au Moyen-Orient doit être, à tout prix, contrée. Les deux pays ont trouvé en Donald Trump un allié de taille dans ce combat. Pour Tel Aviv, c’est d’abord le renforcement de son ennemi chiite libanais, le Hezbollah, présent désormais dans le sud de la Syrie, qu’il faut impérativement freiner. Pour l’Arabie, plus que le départ d’Assad du pouvoir à Damas, c’est le maintien d’un axe Téhéran-Damas, qui lui est insupportable. MBS l’a clairement dit dans une autre de ses interviews données aux médias américains : « Bachar va rester au pouvoir, mais j’espère qu’il ne va pas être une marionnette entre les mains des Iraniens », a-t-il affirmé au magazine Time.

Depuis deux ans déjà, les signes de décrispation se sont multipliés entre Saoudiens et Israéliens. Un ex-officiel saoudien a rencontré à plusieurs reprises le prince Turki al-Faysal, ex-patron des renseignements saoudiens. Le mois dernier, l’Arabie saoudite a ouvert pour la première fois son espace commercial aérien à des vols israéliens, une décision qui a pris deux années de négociations. Le rapprochement va très vraisemblablement jusqu’à des échanges entre responsables des renseignements israéliens et saoudiens, voire plus, selon certaines sources sécuritaires françaises.

« Nous avons des inquiétudes religieuses concernant la mosquée sacrée à Jérusalem. »

Mais à Riyad, où l’on n’ignore pas qu’Israël voudrait aller encore plus vite dans ce rapprochement - à la fois pour contrer l’Iran et pour affaiblir les Palestiniens - le sujet est sensible. À preuve : ce mardi, le roi Salman lui-même a réaffirmé « la position habituelle du royaume à l’égard de la question palestinienne et les droits légitimes du peuple palestinien à disposer d’un État indépendant avec Jérusalem comme capitale », selon un communiqué de l’agence officielle SPA. Une fraction importante de la population saoudienne, adepte d’une version ultrarigoriste de l’islam, voit d’un mauvais œil cette nouvelle amitié avec Israël. D’autant que la question de Jérusalem attise les tensions. « Nous avons des inquiétudes religieuses concernant la mosquée sacrée à Jérusalem », a ajouté le prince héritier dans son entretien à The Atlantic. Le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, ajouté au projet de l’équipe Trump de faire, semble-t-il, du faubourg de Abou Dis la « capitale » d’un futur État palestinien dont la naissance reste virtuelle, alimentent les réticences saoudiennes.

En 2002, déjà, le roi saoudien Abdallah avait proposé, au nom des pays arabes, son plan de paix à Israël qui reposait sur l’édification d’un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, en échange de la reconnaissance et de la normalisation de l’État hébreu par tous les pays arabes. Un plan rejeté par Ariel Sharon, le premier ministre israélien de l’époque.