Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : "Communautés" : Le plus dangereux des mots

France : "Communautés" : Le plus dangereux des mots

vendredi 20 avril 2018, par siawi3

Source : https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-30-mars-2018

vendredi 30 mars 2018

par Bernard Guetta

Le plus dangereux des mots

Le seul emploi du mot de « communauté  » conduit àfaire croire que les juifs ou les musulmans constitueraient des blocs étrangers au reste de la diversité nationale
C’est un mot effroyablement dangereux et, d’abord, fallacieux

Il y a, bien évidemment, en France des Français juifs ou musulmans mais il n’y a pas, non, quoi qu’on entende nuit et jour, de « communautés  » juive ou musulmane, pas plus qu’il n’y a de « communauté chrétienne  ».

Il y a des chrétiens croyants ou incroyants, pratiquants ou bien peu, libéraux ou intégristes, de gauche ou de droite, hétéro ou homosexuels. Le seul point commun entre ces chrétiens de toute sorte est d’être de filiation chrétienne et il en va de même des musulmans ou des juifs.

Comme dans toute l’Europe et même dans les mondes arabes, il y a, en France, et toujours plus nombreux, des musulmans athées. Il y a des musulmans sur tout l’éventail politique et il y a, parmi eux, des entrepreneurs, des fonctionnaires des hôpitaux ou de la police, des médecins, des avocats, des ouvriers, des profs et bien peu, très peu, de ces dangereux misérables qui s’inventent dans le djihadisme la raison d’être qu’ils n’ont pas su trouver ailleurs.

Les musulmans sont aussi divers que les chrétiens, et les juifs le sont tout autant puisqu’on en trouve aussi dans tous les partis et dans toutes les professions, qu’ils peuvent être voltairiens ou confits en dévotions, aisés ou bien pauvres, comme l’était Mme Knoll, cette dame tuée par un assassin antisémite qui la croyait riche parce que juive.
Ce mot de communauté ne traduit ainsi pas la moindre réalité

Pas la moindre, mais il est surtout effroyablement dangereux car, dès lors qu’on pense « communautés  » on met en valeur des organisations censées incarner et représenter les juifs ou les musulmans.

Or, par définition, ces organisations regroupent, c’est le cas du Comité représentatif des institutions juives de France (CRIF), des associations et mouvements incroyablement divers et auxquels la très grande majorité des juifs ou des musulmans de France n’appartiennent pas pour la bonne raison qu’ils ne se définissent pas comme juifs ou musulmans, ou pas, en tout cas, comme d’abord juifs ou musulmans.

Le seul emploi de ce mot de « communauté  » conduit ainsi àcroire et faire croire que les juifs ou les musulmans constitueraient des blocs plus homogènes que les chrétiens ou les bouddhistes, des blocs qui seraient donc étrangers au reste de la diversité nationale, différents au moins et autres en un mot.

et c’est dangereux

Car c’est ainsi que les juifs, les musulmans, les Corses de plus en plus, et toutes les minorités sans exception deviennent autres aux yeux des autres. Ne reconnaissant que des citoyens, la République avait toujours refusé de reconnaître des communautés. Il serait urgent de s’en souvenir et de s’y tenir.