Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Moyen Orient : Députée au Koweit et ministre en Arabie Saoudite défendent le (...)

Moyen Orient : Députée au Koweit et ministre en Arabie Saoudite défendent le libre choix vestimentaire des citoyennes

dimanche 22 avril 2018, par siawi3

Source : https://oumma.com/koweit-une-deputee-cree-la-polemique-pour-avoir-critique-une-campagne-de-promotion-du-hijab/

Koweït : une députée crée la polémique pour avoir critiqué une campagne de promotion du hijab

17 avril 2018, 14 h 20

Première femme àsiéger dans le temple législatif du Koweït depuis que ses concitoyennes ont, en 2005, obtenu le droit de vote et d’éligibilité, Safa Al Hashem, 54 ans, a défrayé la chronique pour avoir vivement désapprouvé la campagne promotionnelle en faveur du port du voile qui a fleuri dans le paysage urbain, s’exposant àtous les regards, aux carrefours névralgiques des cités phares de son pays.

« Un pays doté d’une Constitution qui garantit la liberté personnelle ne devrait pas tolérer de telles publicités !  », s’est-elle indignée récemment, en s’interrogeant sur les objectifs poursuivis par le ministère des Awqaf et des Affaires islamiques, le concepteur de cette vaste opération de communication, tout en demandant instamment àce que soient retirées ces affiches qui, àses yeux, l’affichent plutôt mal…

« Ce dont nous avons besoin, c’est d’une campagne qui renforce l’unité nationale et ne favorise pas les divisions !!! Je viens de contacter le Ministre des Dotations pour qu’il mette un terme àcette campagne. Il a promis d’agir dans ce sens toutes affaires cessantes  ». Très remontée, la députée koweïtienne a laissé éclater sa colère sur Twitter, fustigeant une campagne de la discorde dont le slogan « Mon hijab rend ma vie meilleure  », perçu comme lourd de sens, envoie un mauvais signal aux citoyennes qui ne l’arborent pas : il les met d’office au ban de la société.

Loin d’elle l’idée de proscrire le port du voile islamique car, comme elle l’a réaffirmé avec force sous le feu nourri de critiques que ses tweets ont déclenché, le combat qu’elle mène est celui de la préservation du libre choix des femmes de se vêtir comme bon leur semble, au nom de la fragile « unité nationale  ».

Stoïque dans la tempête de protestations que ses prises de position ont soulevée, Safa Al Hashem a persisté et signé. Elle a insisté sur le devoir qui lui incombe, en tant que première femme àavoir conquis les suffrages au Koweït, de veiller au respect de toutes ses concitoyennes, sans exclusive, et àce que l’une de leurs libertés individuelles fondamentales ne soit pas bafouée.

« Je n’ai pas attaqué le port du hijab et je crois toujours que le porter relève d’un choix personnel et d’une liberté individuelle essentielle. Autour de moi, dans ma famille ou parmi mes connaissances, il y a tellement de femmes que je connais qui sont des hijabis !!  », a-t-elle clamé haut et fort en conférence de presse.

Mais sa voix, dont la dissonance a heurté bien des oreilles, semble s’être perdue dans le bruit assourdissant de la polémique qui a retenti au Koweït, dans le monde réel comme virtuel.

°°°

Source : https://oumma.com/une-ministre-saoudienne-critiquee-pour-avoir-retire-son-niqab/

Une ministre saoudienne critiquée pour avoir retiré son niqab

17 avril 2018, 10 h 10

Le Dr Haya Al Awad, vice-ministre saoudienne de l’Education pour les filles, a été la semaine dernière au centre d’une polémique qui a fait rage sur Twitter, après être apparue publiquement sans son niqab .

Une apparition àvisage découvert qui a particulièrement choqué dans le très rigoriste royaume wahhabite, confronté àune série de réforme initiée par le prince héritier Mohamed Ben Salmane dont l’objectif affiché est d’accorder plus de droits àla femme.

Sur Twitter, de nombreux internautes saoudiens ont estimé que la décision du Dr Haya Al Awad de se présenter sans son niqab risquait d’influencer d’autres femmes, surtout parmi les jeunes filles qui l’ont toujours considérée comme un modèle àsuivre, en raison de son érudition et du poste de ministre qu’elle occupe au sein d’un gouvernement àdominante masculine.

L’initiative du Dr Haya Al Awad n’a pas eu cependant que des détracteurs. D’autres internautes saoudiens l’ont soutenue. Soulignant son courage, ces derniers ont affirmé que son geste n’avait rien de provoquant ni d’ostentatoire, car le niqab ne représente en aucun cas “une obligation dans l’Islam, contrairement au voile.†Rappelons que, le mois dernier, le prince héritier Mohammed ben Salmane avait proclamé, dans une interview télévisée sur CBS, que le traditionnel port de l’abaya noire, qui est la tenue correcte exigée dans ce pays, était désormais non obligatoire pour les femmes.