Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home > Uncategorised > The Guardian view on the Toronto van attack: a misogynist movement (...)

The Guardian view on the Toronto van attack: a misogynist movement spreads?

Qu’est ce qu’un Incel?

Saturday 28 April 2018, by siawi3

Source: https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/apr/25/the-guardian-view-on-the-toronto-van-attack-a-misogynist-movement-spreads

Toronto van incident
Opinion

The Guardian view on the Toronto van attack: a misogynist movement spreads?

Editorial

The suspect in Monday’s deadly incident reportedly posted hateful ‘incel’ material, shedding light on an alarming subculture

Wed 25 Apr 2018 18.40 BST
Last modified on Wed 25 Apr 2018 22.20 BST

People place flowers at a memorial for the victims of Monday’s van attack in Toronto. ‘The structures of male power are ultimately buttressed by the threat of violence.’ Photograph: Canadian Press/Rex/Shutterstock

The Toronto van attack that killed 10 people and injured 13 others on Monday caused shock and horror worldwide, and its method immediately raised suspicions of terrorism. Since then we have learned that the suspect appears to have published a post minutes before, claiming to be part of an “incel [involuntary celibates] rebellion” and praising a misogynist who shot six people dead in 2014, saying he wanted to punish women for rejecting him.

The atrocity has shed light on the unsavoury, disturbing internet subculture of “incels”, some of whom have celebrated the crime. They believe they have been denied a fundamental right to have sex with women (more specifically, women they consider attractive). As twisted as this perspective is, it contains a kernel that is painfully familiar to women in particular. Some men believe they have a right to female attention and bodies, and are ashamed and then angry if either is not granted. Some of those will attempt to impose their demands by threat or force. As Margaret Atwood wrote, men are afraid that women will laugh at them; women are afraid that men will kill them.

The structures of male power are ultimately buttressed by the threat of violence; it is no coincidence that suffragettes were sexually assaulted as well as shouted down. Violence against women and girls, often instrumental and sometimes explicitly described as punishment for their imaginary sins, is age-old and global. What is new is the interpretation of a perceived personal slight in social and political terms, and the vow to overturn what incels regard as the current status quo.

Yet the discovery of the post, if anything, steered coverage away from discussion of terrorism – which the FBI defines simply as “the unlawful use of force and violence against persons or property to intimidate or coerce a government, the civilian population, or any segment thereof, in furtherance of political or social objectives”. Details of this case are still emerging, and whether it can be defined as terrorist in purely legal terms is arguable. But misogynist violence is not just a personal issue. It is a social one.

The Southern Poverty Law Center, which monitors far-right hate groups in the US, this year added male supremacy, including incel culture, to the ideologies it tracks. One factor appears to be a backlash against the gains that women have made. Though women are still a long way from achieving parity in pay or other areas, some men believe the progress towards it is unfairly bought at male expense. Like the white bigots who felt threatened by Barack Obama’s presidency, they portray equality as not only a warping of the “natural” order but also a form of oppression.

Another factor is that the internet and social media have facilitated and supercharged this form of misogyny, just as they have allowed a fourth wave of feminism to burgeon. People can more easily find like-minded souls, have their identities reaffirmed, develop their thinking and organise – for better or for worse. Communities can easily turn into echo chambers, radicalising minds and hardening hearts.

So tackling the misogyny of the online world is essential. Yet companies so quick to remove intellectual property infringements have proved ineffectual in removing vile material that demeans or attacks women, or in dealing with direct threats and abuse towards them. This normalises and fosters hatred.

But the internet did not invent such attitudes and instincts. We need to challenge a broader strain of toxic masculinity which equates manhood with the capacity for brute conquest and shames men for any perceived weakness, bringing them misery too. Boys and young men need to know that masculinity does not have to be so narrowly defined and that vulnerability is no mark against them (a message that the grime artist Stormzy sent effectively in acknowledging his depression, for example). You do not have to read very far between the lines of incel forums to detect a festering sense of humiliation and fear that has turned into anger and aggression. There are no excuses for violence. But we cannot tackle it unless we stop treating it as an anomaly, and instead recognise it as an extreme manifestation of a wider problem.

°°°

Source: http://www.lunion.fr/87959/article/2018-04-25/qui-sont-les-celibataires-involontaires-dont-se-revendique-alek-minassian

Qui sont les «célibataires involontaires», dont se revendique Alek Minassian?

Par Anaïs Lecoq

Publié le 25/04/2018 à 09h10

«La rébellion ‘incel’ a déjà débuté ! Nous allons renverser les Chads et les Stacys ! Tous saluent le Supreme Gentleman Elliot Rodger ! »

Voilà le message qu’a posté sur son compte Facebook Alek Minassian, 25 ans, quelques minutes avant de foncer volontairement sur les passants à Toronto, tuant 10 personnes et en blessant 14.

C’est quoi un Incel ?

« Incel », c’est la contraction de l’expression « involuntary celibate », à savoir « célibataire involontaire » en français. Ce groupe composé majoritairement d’hommes hétéros entre 18 et 35 ans, se rassemble sur internet pour partager sa haine des femmes. Selon eux, elles sont responsables de leur célibat. Ils se retrouvent par exemple sur le forum 4chan ou sur le site Incels.me (un site interdit aux femmes).

On y trouve entre autres des appels au viol et au harcèlement, des conseils pour violer les femmes. En France, on retrouve le même type de messages sur le forum 18-25 ans du site jeuxvideo.com, même si peu se revendiquent comme étant des « incels ». La journaliste féministe Nadia Daam en avait d’ailleurs fait les frais avec des appels au meurtre et au viol sur sa fille.

Dans son post Facebook, Alek Minassian se présente justement comme un soldat, une « recrue de l’infanterie 00010 » souhaitant parler au « Sergeant 4chan » (le forum où se retrouvent de nombreux Incels donc).

Sur le site incels.me, il y a des règles très précises sur les personnes autorisées à rejoindre le forum. Les femmes sont interdites ainsi que les « fakecel » : les hommes qui prétendent être des incels mais qui en réalité ont été dans une relation il y a peu. On y parle aussi de truecel : les incels qui n’ont jamais eu de relations sexuelles et amoureuses.

Sur ce même site, certains incels s’inquiètent d’être catalogués comme des tueurs, tandis que d’autres félicitent allègrement Alek Minassian : « Je pense que c’est une bonne chose car ça permet de mettre en lumière la souffrance de l’homme contemporain », écrit l’un d’eux. « Quel héro » écrit l’internaute « SupremeIncel », qui a mis le visage de Minassian en photo de profil.
Les Chads et Stacys ?

Dans le jargon des « célibataires involontaires », Chad est le nom donné aux hommes populaires qui sortent avec toutes les femmes que les Incels n’ont pas. Ils seraient charmeurs, à l’aise avec la gent féminine, avec une vie sexuelle débordante. Stacy donc, est le nom donné aux femmes en couple avec les « Chads ». Les femmes sont aussi appelées « femoid » par les Incels : c’est la contraction de femmes et humanoïde, histoire de les déshumaniser encore plus.

Elliot Rodger et le Supreme Gentleman ?

Dans son message, Alek Minassian fait référence à Elliot Rodger. Ce dernier est l’auteur de la tuerie d’Isla Vista, un campus de Santa Barbara en Californie. C’était en 2014.

Elliot Rodger avait tué six personnes et s’était revendiqué comme étant un Supreme Gentleman, nourrissant cette même haine des femmes que les « incels ». Pour cause, Ellio Rodger était un incel lui-même.

Le jour de la tuerie, il postait ce message sur les réseaux sociaux : « Je suis le mec parfait et pourtant vous préférez vous jeter dans les bras d’hommes odieux plutôt que moi, le gentleman suprême. » Il expliquait alors vouloir se venger des femmes puisque sa situation amoureuse était « une injustice » et « un crime ».

Les incels : une nouveauté ?

Avec Alek Minassian, tout le monde semble découvrir les incels : pourtant nous les connaissons déjà, ou du moins leur idéologie, très présente dans les comédies américaines (et françaises aussi). Aseptisée, mais présente quand même. Vous savez, c’est ce film qui présente un gentil garçon un peu looser ou geek (donc forcément looser CQFD), amoureux fou d’une fille qui lui préfère le mec le plus populaire du lycée (qui est évidemment une ordure qui la trompe).

C’est le syndrome du « nice guy », ce personnage qu’on nous rend sympathique mais qui en réalité aborde une idéologie misogyne où les femmes devraient tomber pour lui au lieu du beau mec populaire.

En vrac : The Big Bang Theory, Revenge of the Nerds (où l’un des nerds se fait passer pour le petit ami de sa victime pour coucher avec elle, et donc, la violer), la série de Netflix Love, Fifteen Candles... et bien d’autres encore.
Une histoire de masculinité toxique

Les « célibataires involontaires » sont clairement un groupe misogyne et masculiniste qui promeut une haine des femmes.

Les Incels, c’est aussi une histoire de masculinité toxique, où les hommes voient les femmes comme une chose qui leur est due. Celles qui se refusent à eux seraient donc des « salopes », « des menteuses pathologiques » et des « êtres diaboliques » comme l’écrivent ces hommes sur leurs forums.

Car ces hommes se voient comme des « nice guys », des « mecs biens » en somme. Des hommes gentils et attentionnés qui ne comprennent pas pourquoi les femmes préfèrent les « connards » qui « leur font du mal » plutôt qu’être avec eux.

Et cette masculinité toxique tue, comme l’a prouvé Elliot Rodger. Ou Marc Lépine lors de la tuerie antiféministe de 1989 où il a tué 14 femmes à l’école polytechnique de Montréal. Et c’est cette même masculinité toxique qui agit lors des féminicides et autres crimes conjugaux (131 en 2017 en France). Ces hommes font des femmes leur propriété : leur vie et leur corps leur sont dus et ils préfèrent les tuer plutôt que de les voir les quitter (ou aller vers un autre homme).

Si les autorités prennent des pincettes et ne peuvent pour l’instant pas confirmer qu’Alek Minassian a visé principalement des femmes, son message avant de passer à l’acte est clairement orienté vers cette haine des femmes. Sur les forums, les Incels saluent d’ailleurs la tuerie d’Alek Minassian : « On se croirait dans un rêve », écrit l’un d’eux.

Mais pas sûr que les féminicides (et le terrorisme patriarcal, comme le nomment plusieurs associations féministes) intéressent autant que les attentats commis au nom de l’État Islamique.

°

À lire aussi

10 morts à Toronto: les revendications floues et misogynes de l’auteur présumé
Toronto: une majorité de femmes parmi les victimes du chauffeur de la camionnett