Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > France : Dans la famille Ramadan, les autorités s’intéressent (aussi) au (...)

France : Dans la famille Ramadan, les autorités s’intéressent (aussi) au frère

samedi 23 juin 2018, par siawi3

Source : https://www.franceinter.fr/societe/les-avoirs-du-frere-de-tariq-ramadan-sont-geles

Dans la famille Ramadan, les autorités s’intéressent (aussi) au frère

Publié le mardi 19 juin 2018 à 19h04

par France Inter avec agences

Le gouvernement français a décidé de geler les avoirs de l’islamologue suisse controversé Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, selon un arrêté publié au Journal Officiel. On ignore pour l’instant les causes de cette décision.

Photo
Hani Ramadan en conférence à Nice en 2016 © Maxppp / Franck FERNANDES

Frère de Tariq Ramadan, Hani Ramadan, 59 ans, a été expulsé de France vers la Suisse en avril 2017, après avoir fait l’objet d’une interdiction administrative. Voilà comment le présentait alors le ministère de l’Intérieur :

Il a dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français.

Selon le mensuel Lyon Capitale qui révèle l’information ce mardi, le ministère de l’Économie et des Finances et le ministère de l’Intérieur ont pris 17 arrêtés le 15 juin dernier pour geler les avoirs de personnes liées au terrorisme, dont Hani Ramadan.

1’06 video

Le frère de Tariq Ramadan dans le collimateur des autorités françaises

Par Sara Ghibaudo

Selon l’arrêté publié dimanche au Journal officiel, Hani Ramadan voit ses avoirs gelés pour une durée de six mois, dans le cadre d’un article du Code monétaire et financier visant "les personnes physiques ou morales, ou toute autre entité qui commettent, tentent de commettre, facilitent ou financent des actes de terrorisme, y incitent ou y participent".

Hani Ramadan peut contester cette mesure dans "les deux mois à compter de sa notification", selon l’arrêté.

Contacté par le quotidien 20 minutes après la révélation du gel de ses avoirs, Hani Ramadan a déclaré :

Il s’agit d’un affichage politique. Cette mesure est inutile car je n’ai aucun avoir en France.

Il a affirmé ne pas envisager de contester ce gel :

Ce n’est pas nécessaire, puisqu’il s’agit d’une mesure inutile et vide : n’ayant pas d’avoirs, je ne suis pas gêné.

A lire aussi : Un portrait glaçant de Tariq Ramadan, accusé de viols par trois femmes

Le texte réglementaire visant Hani Ramadan figure parmi une liste d’arrêtés comprenant 16 autres noms de ressortissants étrangers condamnés ou soupçonnés d’être en lien avec une organisation terroriste ou d’en faire la propagande.

En septembre 2002, Hani Ramadan avait fait scandale en défendant dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde l’application de la charia – la loi islamique – et la lapidation des femmes adultères.

Il avait ensuite été licencié de son poste d’enseignant de français par le gouvernement genevois :

Il a tenu des propos contraires aux valeurs démocratiques et aux objectifs de l’école publique.

À lire : Justice
Tariq Ramadan : "C’est moi qui suis harcelé"

La famille Ramadan à l’origine des frères musulmans

Hani Ramadan tient un blog dans La Tribune de Genève. Il est moins connu en France que son frère Tariq, mais donne comme lui des conférences et écrit des livres sur l’islam. Il dirige le Centre islamique de Genève.

Les frères Ramadan ont grandi et enseigné à Genève. Car c’est en Suisse que s’est réfugiée la famille Ramadan après que l’Egypte a pourchassé les membres ds Frères musulmans, courant de l’islam politique fondé par leur grand-père, Hassan el-Benna, un instituteur égyptien.