Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Birmanie. Les Rohingyas sont victimes d’un génocide selon l’ONU

Birmanie. Les Rohingyas sont victimes d’un génocide selon l’ONU

lundi 3 septembre 2018, par siawi3

Source : https://www.courrierinternational.com/article/birmanie-les-rohingyas-sont-victimes-dun-genocide-selon-lonu

Birmanie. Les Rohingyas sont victimes d’un génocide selon l’ONU

mardi 28 août 2018,

par Courrier International

Un rapport des Nations unies accuse les généraux birmans de commettre un génocide contre la minorité musulmane du pays. 700 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh depuis l’an dernier.

Les Nations unies parlent rarement de génocide. Mais après un an de recherches, l’ONU a publié lundi 27 août un rapport ne laissant aucun doute sur le sort des Rohingyas en Birmanie. L’enquête, menée par l’avocat des droits de l’homme Marzuki Darusman, repose sur des entretiens avec 875 témoins et survivants, ainsi que l’analyse d’images satellites et d’autres documents.

700 000 Rohingyas, membres de la minorité musulmane du pays, ont été soumis à un exil forcé depuis un an. Au moins 10 000 d’entre eux ont été massacrés. L’armée birmane a justifié ses actes par un risque sécuritaire. “La nécessité militaire ne saurait à aucun moment excuser les tueries aveugles, le viol collectif des femmes, l’agression d’enfants et l’incendie de villages entiers”, incrimine le rapport, cité par CNN.

L’enquête dénonce l’inaction de la première conseillère d’État (l’équivalent de Premier ministre) Aung San Suu Kyi. “Sa réputation est un peu plus égratignée”, souligne The Guardian allant jusqu’à écrire que “son nom ne restera pas comme l’un des choix les plus inspirés pour un prix Nobel de la paix”.

Cette dénonciation officielle ne fait que confirmer ce que reporters du monde entier et organisations de défense des droits de l’homme ont observé depuis des mois. Mais le rapport représente “une prise de conscience qui fait honte à une communauté internationale ayant promis après les horreurs de Srebrenica et du Rwanda que cela ne se reproduirait pas”, s’agace le Daily Telegraph. “Les conclusions du rapport devraient marquer la fin des discussions stériles et le début de l’action”, espère le quotidien britannique.

“Mais nommer une atrocité génocide et faire quelque chose sont deux choses différentes”, prévient le site Slate, qui ne s’attend pas à ce que les responsables des massacres comparaissent devant la justice “prochainement”. La Birmanie n’a pas signé le Statut de Rome et n’a donc pas à craindre la Cour pénale internationale (CPI). Et si le Conseil de sécurité de l’ONU a bien le pouvoir d’agir, Russie et Chine s’opposeront sans doute à toute mesure concrète.
Facebook ferme dix-huit comptes de militaires

“Ce rapport a réuni suffisamment de preuves pour garantir la poursuite des chefs des forces armées de Birmanie. Cela sera impossible à ignorer pour les membres de la communauté internationale”, estime Jonathan Head, le correspondant de la BBC dans la région. Mais lui aussi se fait peu d’illusions sur les sanctions à venir.

Cet échec annoncé inquiète The Guardian. Il ne laisserait pas seulement les généraux libres. Il pourrait aussi précipiter la fin de la CPI. Le quotidien invite donc le Royaume-Uni, l’ancienne puissance coloniale, à prendre ses responsabilités.

Également mis en cause dans le rapport, Facebook a annoncé lundi avoir fermé dix-huit comptes de chefs militaires birmans ainsi qu’un compte Instagram. Une première pour le réseau social. “Les experts ont tiré la sonnette d’alarme sur la façon dont Facebook pouvait alimenter la violence ethnique en Birmanie depuis au moins 2014”, rappelle The Verge, jugeant la réponse de l’entreprise de Menlo Park “lente et inégale”. Le réseau est passé de deux modérateurs parlant birman début 2015 à soixante cette année.

“Le site est massivement populaire comme source d’information” dans le pays, note Slate. “Mettre la pression sur les officiels pour faire cesser les violences devrait être une priorité plus importante que mettre la pression sur Mark Zuckerberg mais, à l’heure actuelle, il ne semble pas y avoir beaucoup d’autres solutions”, regrette le site.