Subscribe to SIAWI content updates by Email

France : Sexisme, racisme

samedi 8 septembre 2018, par siawi3

Source : http://www.lepoint.fr/societe/raphael-enthoven-j-aimerais-etre-une-femme-noire-pour-qu-on-arrete-de-m-emmerder-04-09-2018-2248518_23.php

Sexisme, racisme : la mise au point de Raphaël Enthoven

Le philosophe répond à ses détracteurs qui l’accusent de racisme et de misogynie et défend sa vision universaliste. Entretien sans langue de bois.

Propos recueillis par Thomas Mahler

Modifié le 05/09/2018 à 15:41 - Publié le 04/09/2018 à 18:59 | Le Point.fr

Le philosophe Raphaël Enthoven répond à ceux qui l’accusent de racisme.
© Constant Form-Bcherat / Hans Lucas

Raphaël Enthoven serait-il à la fois raciste et misogyne ? C’est l’impression qui, ces jours-ci, ressort de la lecture de deux quotidiens de référence. Sur Le Monde.fr, une chronique d’Hamidou Anne est devenue l’article le plus lu du site en expliquant que le philosophe, mais aussi Laurent Bouvet ou Gilles Clavreul (du Printemps républicain) contribuent à un acharnement raciste contre Rokhaya Diallo. «  De manière quasi quotidienne, avec une obsession qui frise la pathologie, ces hommes blancs, intellectuels médiatiques, la livrent en pâture à leurs followers. Ils savent qu’ils peuvent agir de la sorte sans devoir se justifier, surtout dans une période de libération de la parole raciste et d’excitation du phénomène identitaire  », écrit Hamidou Anne, qui se présente comme «  consultant en communication institutionnelle sénégalaise  ». Dans Libération, c’est Léa Domenach qui publie une lettre ouverte à Marlène Schiappa pour déplorer la présence de Raphaël Enthoven parmi les «  intervenant.e.s  » aux universités d’été du féminisme, organisées les 13 et 14 septembre. «  Ses prises de position à l’antenne sont autant de claques dans la figure du féminisme  », assure cette réalisatrice. Frappés par ces deux attaques véhémentes, nous avons donné la parole au présentateur de Philosophie sur Arte.

Le Point : Hamidou Anne, communicant et chroniqueur du Monde Afrique, vous range parmi « ces hommes blancs, intellectuels médiatiques » qui livrent en pâture Rokhaya Diallo à vos followers et la « lynchent médiatiquement »...

Raphaël Enthoven : Le lexique n’est pas innocent. Mais raciste et outrancier. Déduire mes opinions de la couleur de ma peau, c’est du racisme. Parler de « pâture » ou de « lynchage », voire de « harcèlement » (pour désigner, en ce qui me concerne, de courtoises invitations à discuter), c’est outrancier. On sent, dans cette tribune, le dépit d’une censure qui n’a pas les moyens de sa haine. L’auteur déclare, en préambule, que Mme Diallo « dérange ». Or, Rokhaya Diallo ne dérange rien du tout ! Ses prises de position (toutes prévisibles) sur des sujets comme la couleur des pansements, l’accusation systématique d’être un « nègre de salon » faite à tout interlocuteur noir en désaccord, et l’obstination à se présenter comme la victime d’une sainte alliance « république-pouvoir blanc » font d’elle un poids mort dans la lutte pour l’égalité et contre le racisme. Pire (et sans vouloir retourner l’accusation) : les seuls à déclarer, après la victoire de la France, que la Coupe du monde avait en fait été gagnée par l’Afrique, étaient les identitaires blancs (pour s’en désoler) et les identitaires « racisés » (comme ils se désignent) pour s’en réjouir...

Lire aussi Kamel Daoud - La victoire des Bleus, c’est un échec de l’Afrique


La tribune vous associe aussi au Printemps républicain, qualifié « d’association identitaire ». Or vous n’êtes pas membre de ce mouvement...

Ben non. J’ai beau chercher. Je ne suis pas membre du Printemps républicain et je m’en suis déjà expliqué dans vos colonnes. Que mes détracteurs m’en excusent... Mais ce qui est intéressant, c’est l’étroitesse d’esprit dont témoigne ce genre d’amalgames. Deux personnes se distinguent et ne sont pas d’accord sur tout ? Qu’importe ! Ne nous embarrassons pas de ces finesses ! Mettons-les dans le même panier, bien malin qui vérifiera. Enthoven = Printemps républicain = extrême droite. Donc Enthoven = extrême droite. CQFD. Divine simplicité d’un monde en noir et blanc... Au lieu de proposer à ses lecteurs des distinctions qui pourraient l’éclairer, l’unique objet de cette tribune (et de toutes celles qui lui ressemblent) est d’écraser la nuance et d’homogénéiser l’adversaire. On en revient toujours, quand on la connaît, à la sentence prodigieuse de Bergson : « Nous ne voyons pas les choses mêmes. Nous voyons seulement les étiquettes que nous avons collées sur elles. » Est-ce une stratégie, ou bien seulement une illusion d’optique ? Les gens qui étiquettent leurs adversaires (quitte à falsifier des propos ou à leur reprocher ce qu’ils n’ont pas dit) sont-ils des stratèges qui neutralisent l’adversaire en indexant ce qu’il dit sur une appartenance présumée, ou bien des myopes qui, de l’extrême où ils se trouvent, n’arrivent plus à faire de différence entre la critique et l’offense ? C’est indécidable. Le résultat est le même : tout le monde s’insulte, et personne ne discute.

Lire aussi Marylin Maeso, une philosophe contre les polémistes


« C’est un dialogue de sourds entre ceux qui veulent dialoguer et ceux qui croient que les couleurs ont des opinions », avez-vous écrit sur Twitter...

La confrontation passionnante entre deux visions de l’antiracisme a été recouverte par le choc, stérile, de deux méthodes. La première, républicaine, consiste à contredire un adversaire et à penser par-delà la couleur de sa peau ; la seconde, identitaire, consiste à disqualifier un ennemi, dont, en cas de désaccord, l’opinion est indexée sur la couleur. Impossible de s’entendre ! Entre des gens qui dénoncent systématiquement les attaques racistes dont Mme Diallo fait parfois l’objet (et qui n’oublient pas que les auteurs de ces attaques sont nos ennemis communs) et les partisans de Mme Diallo qui (à ma connaissance) s’arracheraient la langue plutôt que de prendre, à l’occasion, la défense de leurs adversaires, la partie n’est pas équitable. On ne peut pas être élégant pour deux. Une logique de discussion (comme elle anime, dans son immense majorité, le camp républicain) ne peut trouver aucun terrain d’entente avec la logique de représentation dans laquelle s’inscrit, en France, un antiracisme racialiste. Et c’est d’autant plus dommage qu’il y aurait bien des concessions à faire – de part et d’autre !


Mais, comme l’explique la tribune, Rokhaya Diallo est bien victime d’un racisme nombreux sur les réseaux sociaux...

Personne ne le conteste ! En ce qui me concerne – et il est aisé de le vérifier –, je bloque ou menace de bloquer systématiquement toute personne se livrant à des commentaires objectivement racistes sur Rokhaya Diallo, du type « rentre chez toi Béninoise » ou bien « ta gueule, négresse ! ». J’en ai vu plein, ça n’est jamais passé, et je leur écris – c’est presque devenu une formule rituelle : « Je préfère la compagnie d’adversaires comme elle à la compagnie de partisans comme vous. » On ne peut pas être plus clair. Le racisme dont elle fait l’objet est un racisme antique, parfaitement crétin, et c’est l’ennemi de tout le monde. Mais il y a une différence entre le fait de subir de telles attaques (et Mme Diallo le fait tête haute) et le fait d’instrumentaliser les attaques qu’on subit pour éviter, opportunément, de répondre aux vraies critiques (ce que Mme Diallo fait en loucedé). Avec ce processus, on est au cœur de la victimisation. Et du procès d’intention : traiter Gilles Clavreul ou Laurent Bouvet de « racialistes blancs », comme s’y essaient parfois des militants obtus, est aussi absurde que d’accuser Galak (souvenez-vous) d’être un chocolat raciste.

Le même jour, une autre tribune dans Libération, signée par la réalisatrice Léa Domenach, s’indigne de votre présence aux universités d’été du féminisme les 13 et 14 septembre...

Ce n’est pas nouveau. J’ai aussi été invité à Science Po, avec Aurore Bergé, Laurence Rossignol, Élisabeth Lévy et Pierre-Olivier Sur, pour débattre de « la mort en ligne sur les réseaux sociaux ». Des « féministes » de Sciences Po s’étaient indignées de ma présence (mais pourquoi ?) et de celle d’Élisabeth Lévy (ce qui, à mon avis, se comprend davantage, mais ne se justifie pas plus), menaçant très clairement de compromettre le débat. Les responsables ont pris peur et l’ont annulé. Une semaine plus tard, j’ai été convié au Parlement de la Fédération de Wallonie-Bruxelles à discuter, entre autres, avec Sandra Muller, initiatrice de #Balance ton porc. Même cirque, mêmes pressions pour éviter que ce « fasciste misogyne blanc d’Enthoven » ne prenne la parole, sauf que les Belges sont moins pusillanimes que Sciences Po Paris. Le président de la Fédération de Wallonie-Bruxelles a fait un discours exemplaire, voltairien, où il regrettait le boycott des censeurs déçus, et on a eu un débat avec Sandra Muller où on n’était pas d’accord, mais on s’est embrassés à la fin. Un monde meilleur est possible (rires) !

Lire aussi Savons-nous encore débattre ?
«  Il faut éviter que le nettoyage de la porcherie ne dégénère en épuration  »

Et que vous inspire ce nouvel appel à vous écarter d’un débat sur le féminisme ?

Je n’ai pas un tempérament de victime. Je n’aime pas brandir mes blessures ni capitaliser sur des injustices, alors, honnêtement, ça m’agace. Et je n’aime pas la petite monnaie que ça me rapporte. Mais en même temps, pour un prof de philo, quel délice, la censure d’un discours par un discours qui se vit lui-même comme plus tolérant que celui qu’il censure ! Sans racisme, tomber sur ce genre de contradiction, c’est un peu comme trouver une truffe blanche.

Mais peut-on être féministe et critiquer comme vous le faites l’écriture inclusive, le manspreading ou Balance ton porc ?

Il faut reprendre le texte de la tribune en question. Il y est d’abord écrit noir sur blanc (à mon sujet) que mes « prises de position à l’antenne sont autant de claques dans la figure des féministes ». La métaphore n’est pas anodine. Elle vise à me ranger implicitement dans le camp des hommes qui peuvent donner des claques. Or, ni au propre ni au figuré, je ne donne de claques aux femmes (ou aux féministes). Plutôt me couper les mains. En trois années de chronique à Europe 1, les deux qui ont fait le plus parler d’elles portaient, pour la première, sur les ordures qui battaient les Femen au Salon de la femme musulmane et, pour la seconde, sur Bertrand Cantat. Associer mon nom à l’idée d’une claque aux femmes est odieux. Comme dirait Dominique Besnehard, « j’ai envie de la gifler » (rires).

Quant à l’écriture inclusive, j’ai effectivement affirmé que c’était « une agression de la syntaxe par l’égalitarisme ». Ce qui ne fait pas de moi un partisan de l’inégalité, mais un adversaire de l’égalitarisme. C’est-à-dire : de la tentation orwellienne d’instiller sournoisement la vertu d’égalité par une réforme verticale de l’orthographe. Qu’une langue évolue, change, c’est normal et je suis le premier à en jouer. Mais penser qu’on va modifier la langue par un décret (et en vertu d’une morale) relève, à mon sens, d’une ambition totalitaire avantageusement recouverte par le souci de lutter pour l’égalité hommes-femmes.

En ce qui concerne le « manspreading », l’auteure de la tribune explique que j’ai présenté cela comme un concept sexiste. Alors que – désolé de me citer moi-même – j’ai expliqué dans ma chronique que le manspreading est une « incivilité maximale typiquement masculine, qui consiste à s’asseoir dans le métro en écartant les cuisses au mépris total de la voisine ». J’ai simplement ajouté que ce mot de manspreading exclut le 1 % de femmes qui se livrent aussi à cette pratique, et qu’en cela, il est essentialisant. C’est tout ! C’est essentialisant de la même manière que dans les trains, le sigle qui représente la table à langer est systématiquement associé aux toilettes des femmes. Il y a peut-être un 1 % des hommes qui changent les couches de leurs enfants (et qui sauvent l’honneur), d’accord, mais ce n’est pas une raison pour essentialiser un comportement fréquemment féminin. D’un côté, on condamne les femmes à changer les couches à jamais, ce qui est monstrueux, et de l’autre, on désigne les hommes comme étant les seuls êtres incivils, ce qui est faux. Rien de misogyne dans ces observations.

Enfin, concernant Balance ton porc, j’ai dit que c’était une nécessité démocratique. Que le voile se lève sur les saloperies quotidiennes dont les femmes sont victimes, les chantages, les humiliations, les patrons libidineux, les voyous qui veulent « attraper les filles par la chatte », les impuissants qui leur demandent de se cacher le visage, ou les violeurs qui disent que les filles couchent pour faire carrière… C’est merveilleux ! Le seul bémol était, à mon sens, le risque qu’une parole libératrice devînt elle-même une parole qui enferme, qui juge sans procès et qui ne fasse aucune différence entre Jean-Claude Dus, Frédéric Haziza, Tariq Ramadan ou Harvey Weinstein... Quand un justiciable se prend pour un justicier, et considère, au mépris de la présomption d’innocence, qu’on peut bien sacrifier quelques innocents à la mise au pilori d’une majorité de brebis galeuses, il raisonne comme un Khmer rouge (« mieux vaut mettre un innocent en prison que de laisser un coupable en liberté », disaient-ils). Quiconque est attaché, comme moi, à ce slogan doit éviter que le nettoyage de la porcherie ne dégénère en épuration.

Lire aussi 13 octobre 2017 : le jour où... les femmes ont « balancé leur porc »

Vous êtes donc féministe ?

Je suis résolument féministe ! Viscéralement. Car le sexisme, comme le racisme ou l’antisémitisme, est l’affaire de tous, hommes et femmes. Je l’ai toujours été, et je défendrai toujours et partout les droits des femmes. Contre ceux qui voudraient les écraser, mais aussi contre ceux qui, sous le prétexte de les défendre, luttent contre l’IVG ou abandonnent les Iraniennes à leur sort. Mon féminisme et mon antiracisme sont des universalismes, qui n’auront plus de raison d’être le jour où le sexe et la couleur de la peau ne seront, dans la société, ni un avantage ni un handicap. Ce n’est pas la parole d’un Blanc. J’aimerais être une femme noire pour pouvoir dire la même chose de la même manière et qu’on arrête de m’emmerder avec mon sexe ou la couleur de ma peau. Mais personne n’est parfait.

(1) Publié sous le titre « J’aimerais être une femme noire pour qu’on arrête de m’emmerder », cet entretien a surtout été critiqué sur les réseaux sociaux pour cette raison. Nous avons donc modifié ce titre, qui était un raccourci, afin de rendre justice à la complexité de la pensée de Raphaël Enthoven.