Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home > fundamentalism / shrinking secular space > Belgique: “Islam”, ce parti politique belge qui fait scandale

Belgique: “Islam”, ce parti politique belge qui fait scandale

Tuesday 11 September 2018, by siawi3

Source: https://www.bfmtv.com/international/islam-ce-parti-politique-belge-qui-fait-scandale-1518138.html

“Islam”, ce parti politique belge qui fait scandale

10/09/2018 à 05h55

Ariane Kujawski

Fondée en 2012, cette formation politique veut appliquer la charia en Belgique, où elle présente des listes à l’occasion des élections communales.

A l’approche des élections communales belges, le parti Islam fait parler de lui. Cette formation politique, fondée en 2012 et dont l’acronyme signifie “intégrité, solidarité, liberté, authenticité, moralité”, va présenter des listes dans 28 communes à Bruxelles et en Wallonie.

Dans son programme détonant, on retrouve des mesures comme appliquer la “charia occidentale”, ouvrir les droits à la polygamie, interdire les tatouages et les piercings ou encore séparer hommes et femmes dans les transports en commun.

“Durant les heures de pointe, certaines personnes, surtout d’origine étrangère, profitent du fait que les véhicules sont pleins à craquer pour se ’coller’ aux femmes. Ce ne sont pas seulement les femmes musulmanes qui se sentent ainsi humiliées. C’est pourquoi je plaide pour les hommes montent à l’avant et les femmes à l’arrière”, précise Redouane Ahrouch, conseiller communal à Anderlecht, à l’agence Belga.

Selon lui, un tiers de la population bruxelloise est musulmane et d’ici 2030, “Bruxelles sera principalement composée de musulmans”. Logique, à ses yeux, qu’un parti politique se charge de les représenter.

Vers une interdiction du parti?

Malgré le peu de poids politique de ce parti – il ne compte que deux élus, dont Redouane Ahrouch, son programme fait scandale en Belgique. Au point que certains veulent l’interdire.

Olivier Maingain, du parti DéFI, estimait en avril sur Twitter qu’il faut “avoir le courage d’interdire un parti comme Islam qui a un projet théocratique contraire à la démocratie”. Il réclamait l’inscription de la laïcité dans la Constitution belge.

Le secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration, Theo Francken (N-VA) avait lui aussi protesté sur Twitter au même moment, rappelant que “la charia est en violation avec les droits de l’homme. Les partis pour la charia sont donc antidémocratiques”, écrit-il.

Quatre partis, DéFI, M, cdH et PS souhaitent désormais le faire interdire. Les deux premiers veulent même un changement de Constitution. S’il est trop tard pour faire interdire ce mouvement aux élections communales, les partis espèrent voir leur texte adopté à temps pour qu’il entre en vigueur lors des élections législatives et régionales de 2019.