Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Tunisie : la longue marche des fministes pour lgalit juridique

Tunisie : la longue marche des fministes pour lgalit juridique

mardi 25 septembre 2018, par siawi3

Source : https://www.solidarites.ch/journal/d/article/8786

Tunisie : la longue marche des fministes pour lgalit juridique

jeudi 23 aot 2018,
solidaritS n 332 (23/08/2018)

Ahlem BELHADJ interviewe par Joseph DAHER

En Tunisie, des associations fministes ont organis, ces dernires semaines, des mobilisations importantes pour rclamer une galit totale au niveau des lois, notamment par rapport au Code tunisien du statut personnel (CSP). Le CSP consiste en une srie de dispositions juridiques encadrant les rapports maritaux entre lhomme et la femme et les questions dhritage. Interview avec Ahlem Belhadj, militante fministe membre de lAssociation tunisienne des femmes dmocrates.

Photo : Manifestation pour lgalit, Tunis, aot 2018

Joseph Daher Peux-tu nous parler des dernires mobilisations fministes et de leur dynamique ?

Ahlem Belhadj Le 13 Aot est la fte nationale des femmes en Tunisie. Cette anne, quelques milliers de femmes et dhommes ont envahi lavenue Habib Bourguiba pour dfendre lgalit et les liberts individuelles. Lappel a man des associations fministes, dont lAssociation tunisienne des femmes dmocrates, des organisations de dfense des droits humains et plusieurs jeunes associations LGBTIQ. Peu de partis politique ont soutenu lappel fministe. Le front populaire a rejoint la marche la veille, le Massar (ex parti communiste tunisien) a galement appel rejoindre la marche.

La manifestation sinscrit dans le long cheminement du mouvement fministe tunisien pour linstauration de lgalit entre les sexes. Elle fait suite la bataille pour la constitutionnalisation des droits des femmes de 2011 2014. Les mouvements fministes rclamaient la reconnaissance de lgalit entre les citoyennes et les citoyens. Mais lharmonisation des lois avec la Constitution rencontre encore beaucoup de rsistance.

Le code du statut personnel devenu obsolte avec le temps fait lobjet dun dbat national houleux. Ce code comporte des mesures franchement discriminatoires inspires de la charia : le mari comme chef de famille, la tutelle paternelle des enfants sauf situation particulire, lobligation de la dot pour les mariages (mme si elle est symbolique), et surtout la discrimination dans lhritage.

Au-del de lgalit entre hommes et femmes, les revendications ont galement port sur le respect des liberts individuelles et en particulier sur la dpnalisation de lhomosexualit et la libre disposition du corps. Lalliance entre le mouvement fministe et le mouvement LGBTIQ est rcente. Elle sest traduite par plusieurs actions communes et par la mise en place dun collectif tunisien pour les liberts individuelles. Les manifestantes et les manifestants ont scand des slogans pour lgalit, pour les liberts individuelles mais galement contre le cot de la vie, la corruption et tous les conservatismes.

Le 11 aot, les islamistes parmi les plus durs ont organis une marche contre ces rformes. Ils affirment que ces dernires sont en contradiction avec la religion et considrent que lgalit et les liberts individuelles menacent la socit tunisienne musulmane.

Les deux partis au pouvoir, Nidaa Tounes et Ennahdha, essayent de crer un climat de polarisation politique en vue des lections de 2019. Dans cette optique, linstrumentalisation des droits des femmes est le sujet qui marche le mieux. Cad Essebsi, pour marquer lhistoire par linstauration de lgalit successorale, a besoin de tout llectorat fminin pour pouvoir contrecarrer Ennahdha. De son ct, Ennahdha joue sur la religion et sur lidentit pour que sa base oublie ses checs.

La manifestation du 13 aot a bris ltat de lthargie et de dmobilisation des derniers mois, aprs des dceptions multiples. Le gouvernement est dsavou par les siens. La centrale syndicale de lUGTT demande le dpart du gouvernement face aux mesures nolibrales dictes par le FMI et la banque mondiale, dans un climat de crise conomique sans prcdent : inflation 7,2%, taux dendettement 72% du PIB, dvaluation du dinar.