Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Relativisme culturel et racialisme au Planning Familial vs droits (...)

France : Relativisme culturel et racialisme au Planning Familial vs droits universels des femmes

vendredi 28 septembre 2018, par siawi3

Source : https://blogs.mediapart.fr/elena-mangusta/blog/260918/que-se-passe-t-il-au-planning-familial

Que se passe-t-il au Planning Familial ?

26 sept. 2018

Par Elena Mangusta

Blog : Le blog de Mangusta

Le relativisme au sein du Planning Familial, Lila Charef en a rêvé, Médiapart le relaie.

Le Planning Familial, un symbole.

Le Planning Familial est un symbole.
De liberté, de progressisme, d’émancipation, d’écoute, de bienveillance, de protection.

Il parle à chacune d’entre nous, il a accompagné nos mères, nos amis et amies désemparés ou simplement confiants, il a été de toutes les luttes anti-patriarcat et anti-dogmes, il a changé nos vies. Il fait partie de la famille et de l’histoire de l’émancipation des femmes et du couple.

Dans ces temps difficiles qui voient un retour du religieux, voire de l’intégrisme, ainsi que la multiplication par petites touches des atteintes aux droits des femmes et des agressions contre les minorités sexuelles, il devrait être un navire amiral, un point de repère, un cap.
C’est un pilier à préserver absolument, quand tant d’organismes, de syndicats, d’associations, tombent peu peu dans l’escarcelle de la nouvelle bigoterie, des nouveaux catéchismes : LDH, UNEF, Sud, Ligue de l’enseignement, Act Up, les prises de guerre s’accumulent.

C’est pourquoi les indignations surjouées qui ont été publiées à divers endroits ces derniers jours sont malvenues.

Des signes avant-coureurs

Oui, le Planning, malgré son histoire, sa réputation, sa place centrale et symbolique, l’importance qu’il revêt pour chacun de nous, et même justement A CAUSE de ces caractéristiques, qui en font une cible de choix, est susceptible d’être l’objet lui aussi de convoitise de la part de mouvements communautaristes et bigots émergents.
L’éventualité en tous cas ne peut être écartée, l’idée est même confortée par quelques signes précurseurs, comme le soutien apporté à l’association communautariste Lallab l’an dernier.

lallab-1-1 voir ici

Cette association étrangement mise en lumière en quelques mois seulement et qui, sous couvert de lutte contre les discriminations, est bien moins areligieuse et anodine qu’elle ne le prétend. Elle frôle le racialisme par le rejet du « féminisme blanc »et milite contre la loi de 2004 dite « des signes religieux à l’école ».

baham voir ici

Nous relevons aussi, concernant l’antenne du département des Bouches-du-Rhône, le soutien au projet Baham Bar, dont le langage de présentation ne laisse pas place au doute concernant l’inspiration indigéniste : « Nous organisons donc une programmation en mixité choisie (sans hommes cis) afin de mettre en lumière des artistes invisibilisé.e.s, notamment les personnes racisées et les personnes trans. »

De même, le partage régulier par l’antenne 13 du Planning Familial, entre des publications classiques et tout à fait rassurantes sur l’ivg, la contraception, de publications de la même association Lallab sur des sujets s’éloignant de la ligne du Planning et utilisant des vocables racialistes nous interpelle avec gravité :

lallab-2 voir ici

L’universalisme qui était le socle du Planning Familial est fragilisé et peut s’effacer peu à peu sous les coups de boutoirs réactionnaires. Ceux qui se prétendent choqués par l’idée sont d’ailleurs aussi ceux qui, « hasard et coïncidence », se réjouissent ou sont même à l’origine du changement de ligne des organismes cités plus haut.
On y trouve notamment des représentants du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France), de groupes « intersectionnels », de la Libre Pensée pour ne citer qu’eux.
Et quand des transfuges de Act Up rejoignent le CCIF, il est clair que tout devient possible et que la vigilance doit être de mise.

Un visuel dérangeant

C’est donc dans ce contexte, qui a donc son importance, que le week-end dernier était publié sur la page Facebook de l’antenne des Bouches-du-Rhône du Planning Familial ce visuel très douteux, d’un côté une femme en sous-vêtements, cuisses ouvertes, chairs étalées, posture avachie et inélégante, cheveux rare et mimique grimaçante, de l’autre, une femme noire, debout, mince, posture altière et...hijab élégamment noué.

pf-1 voir ici

Nudité dévalorisante contre voile valorisant, malgré une légende « égalitaire », le message créait un malaise car on retrouvait là un grand classique de la rhétorique d’un Marwan Muhammad, ancien responsable du CCID, c’est à dire l’opposition sans demi-mesure entre femme musulmane forcément voilée ,« pudique » et « respectable », et femme occidentale forcément très dévêtue, voire nue en toute occasion, exhibée « pour vendre du yaourt » (sic), la fameuse « pièce de deux euros qui passe de mains en mains » et donc sans valeur selon un autre prédicateur..
S’ajoutait une légende en forme de slogan novlangue à coup d’« empouvoirement » et une définition étrange du féminisme réduit à un « droit de choisir ».

La promotion manifeste du voilement des femmes par cette image valorisante de la « pudeur » (modesty), clairement en contradiction avec l’éthique et l’objectif du Planning a rapidement fait réagir de nombreux internautes, féministes notamment, stupéfaits et inquiets. Leurs inquiétudes étaient fondées, en effet, aux demandes d’explications sur ce visuel qui pouvait sembler simplement maladroit, se sont rapidement ajoutées des réponses pour le moins étranges de la part du gestionnaire de la page du PF13 :

pf-2 voir ici

Remise en cause du caractère universel de la liberté, définition très relativiste du féminisme, parallèles infondés entre voile et talons, tous les éléments de la rhétorique pro-voile faussement appelée « pro-choix » étaient là : banalisation du voile par la comparaison avec des codes vestimentaires ponctuels, des accessoires féminins non permanents, non idéologiques et ne donnant lieu à aucune infériorisation, menaces ou brutalité.

C’est donc dans ce contexte déjà choquant qu’en désespoir de cause, et après plusieurs réponses convenues et floues, une internaute a poussé le raisonnement du « choix » jusqu’au bout dans l’espoir de faire réagir son interlocuteur, lui demandant si le « libre-choix » serait encore défendu pour l’excision. Cette question n’avait rien de gratuit ni de provocant, comme ont essayé de le faire croire divers « soutiens » autoproclamés du PF depuis. Elle faisait au contraire allusion à des campagnes de publicité odieuses qui ont circulé ces derniers temps sur les réseaux, valorisant l’excision, camouflée sous le terme de « ciconcision féminine ».

excision voir ici

Une réponse simple par la négative aurait coupé court.
Ce ne fut pas le cas, le PF13 réaffirma son soutien au « libre-choix »....
Par la suite et devant l’indignation croissantes des internautes, il renvoya simplement à la charte du Planning, sans autre précision.
La vague d’indignation qui a secoué les réseaux est donc tout sauf une attaque contre le Planning Familial, comme certains mauvais esprits et spécialistes de la victimisation ont essayé de le faire croire, mais bien au contraire un appel à la clarification, à la vigilance concernant certaines antennes ou certains membres, pour la protection de la mission essentielle du Planning.

Des « soutiens »étranges

Mérôme Jardin (nom de plume d’un adhérent CCIF) notamment a cru bon, à partir d’informations de troisième main, de se répandre en insinuations malsaines sur son blog Médiapart dans un billet du 24 septembre, agressif et tentant d’inverser la charge, billet intitulé sobrement « le Planning Familial face au complotisme raciste »1 (suivait « Grand Remplacement » et Renaud Camus, si si !),excusez du peu !
Ces insinuations tombent à plat : non, dans le contexte de la discussion ( rapidement supprimée hélas par la page du PF13), les « autres hypothèses », à savoir autre que la complaisance du responsable PF ce soir là vis à vis de l’excision, n’étaient pas si crédibles que cela.
M. Jardin évoque en effet pour justifier l’absence de réponse claire du PF13, « le refus de tomber dans le piège grossier d’une troll, l’idée que les positions et les combats du Planning sont connues et n’ont pas besoin d’être explicitées, l’idée que la condamnation de l’excision découle du principe de libre-choix défendu dans la réponse, etc »
Or, les intervenants n’avaient rien de trolls, féministes pour la plupart, argumentant, choqués mais restant corrects malgré la colère. Les nombreuses captures d’écran réalisées par diverses personnes prouvent une ambiance tendue mais un débat réel.
Ensuite, les positions du Planning sont certes connues mais précisément les éléments rappelés en début d’article justifient une inquiétude quant à l’évolution de la ligne, et une évolution de la notion de « libre-choix ». Par ailleurs, aucune ambiguïté, aucun non-dit, aucun « en même temps » ne peut être admis sur des sujets d’une telle gravité. Il suffit de se mettre à la place quelques instants d’une femme confrontée à la réalité abjecte de l’excision et lisant ces lignes pour le comprendre.
D’où la légitimité totale de l’interpellation.

Mais le billet de M. Jardin, expert de la manipulation, est malin, il ergote sur quelques points de détail et de déontologie journalistique pour nourrir une ambiance complotiste et noyer ainsi discrètement le coeur du sujet : la demande simple et de bon sens, à savoir une mise au point claire de la part du Planning Familial National et l’engagement de faire procéder à un contrôle au sein de l’antenne du 13. Non seulement celle-ci n’a pas été entendue mais pire le sujet initial à savoir la promotion du voilement a été soigneusement écarté.

Une réaction décevante et inquiétante

Les communiqués du PF ont même confirmé toutes les craintes : non content de se solidariser avec l’antenne locale, le Planning national semble avoir adopté la rhétorique victimaire typique des groupes indigénistes le refus de toute remise en cause ou d’explication, le renversement accusatoire, l’assignation de la critique au racisme et à la fameuse « faschosphère ». Pire il n’a pas hésité à partager sur ses pages le billet au vitriol de M. Jardin, accréditant un peu plus la collusion au moins de quelques uns de ses membres avec ce groupuscule communautariste et soutien de l’intégrisme religieux qu’est le CCIF.
Dramatique. Nous n’avons pas à ce jour la réponse simple à une question simple : le Planning Familial, qui doit accueillir bien évidemment, et nul ne remet cela en cause une seule seconde, toutes les personnes sans aucune forme de discrimination, pratique-t-il le relativisme culturel et notamment la promotion du voilement des femmes et des fillettes ?

Il semble donc plus que temps de tirer la sonnette d’alarme et d’interpeller associations féministes et ministères concernés. Le loup levé est bien là, le problème semble même plus profond que prévu et ne pourra donc pas se régler en interne. La survie du Planning Familial en tant que tel pourrait en dépendre.

Nous vivons des temps troublés, ces périodes de perte de repères, de doutes identitaires, ce chien et loup dangereux où surgissent les monstres. Ils prennent la forme d’extrémismes classiques, ou encore de théories ubuesques prétextant la modernité et nous ramenant en fait à des temps victoriens ou ségrégationnistes.
Racialisme, féminisme « islamique », autant d’impostures que certains agitent dans l’ombre pour diviser et ainsi mieux régner.
Les droits des femmes et la liberté ne se déclinent pas selon la latitude. Les « traditions », le « respect des cultures » sont trop souvent de faux-nez pour faire perdurer la misogynie.
Quand l’antiracisme prend le pas sur le féminisme et conduit à invisibiliser les femmes, le féminisme n’est plus.

C’est ce genre d’imposture que des Mérôme Jardin nous vendent.
C’est ce genre d’imposture que les communiqués du Planning familial laissent craindre.
C’est ce genre d’imposture qu’il est urgent et vital pour les féministes universalistes de combattre.

[1] https://blogs.mediapart.fr/merome-jardin/blog/240918/le-planning-familial-face-au-complotisme-raciste