Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > France : La bataille de l’Aquarius

France : La bataille de l’Aquarius

samedi 6 octobre 2018, par siawi3

Source : https://www.lci.fr/justice/marseille-le-siege-de-sos-mediterranee-aquarius-envahi-par-des-militants-generation-identitaire-extreme-droite-garde-a-vue-2100556.html

Le siège de SOS Méditerranée envahi par Génération identitaire : 22 militants toujours en garde à vue

MARSEILLE - Le siège de l’association de sauvetage de migrants SOS Méditerranée a été brièvement occupé vendredi par une vingtaine de militants du groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire. Les envahisseurs ont été interpellés. Leur garde à vue a été prolongée samedi.
06 oct. 17:00 - La rédaction de LCI

« Le siège de SOS Méditerranée à Marseille a été attaqué ce vendredi par une dizaine de militants identitaires. La police est sur place et procède à des arrestations », a indiqué l’association de sauvetage de migrants sur son compte Twitter dans l’après-midi. « Le personnel de SOS Méditerranée est sain et sauf, mais sous le choc » a continué l’ONG, connue pour affréter l’Aquarius, le bateau qui secourt des naufragés dans la Méditerranée avec Médecins sans frontières.

Dans le même temps, sur ses réseaux sociaux, Génération Identitaire rendait compte de son action au sein des locaux de l’association. Le groupuscule indiquait occuper les lieux depuis 14h et avoir déployé une grande banderole « SOS Méditerranée complice du trafic d’êtres humains ». « Notre action vise à dénoncer la complicité de cette ONG, qui sous couvert ’d’humanitaire’, collabore avec les passeurs de clandestins », expliquait Génération Identitaire. Une accusation régulièrement opposée à l’ONG par les tenants d’une politique répressive en matière migratoire.

Sur son compte Twitter personnel, le porte-parole du groupuscule d’extrême-droite Romain Espino se défendait de toute violence envers les membres de SOS Méditerranée. Dans un tweet répondant à celui de l’ONG, il écrivait : « Nous avons occupé vos locaux pour dénoncer votre complicité avec les mafias de passeurs. Que vous n’appréciez (sic) pas qu’on expose vos liens objectifs avec le crime organisé peut se comprendre. En revanche, stop les #FakesNews, notre action s’est déroulée de manière pacifique ». L’association de secours aux migrants n’a jamais parlé de violence mais a seulement indiqué que ses équipes étaient « sous le choc ».

Les identitaires évacués rapidement

Un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique a expliqué à l’AFP que les individus avaient « mis dehors tout le personnel qui était présent » avant de déployer leur banderole. Cette même source a indiqué que personne n’avait été blessé et que les militants avaient été interpellés sans incident très rapidement après le début de leur action.

L’association a porté plainte et a décrit une « attaque violente », rapportant que des militants avaient « molesté » certains membres du personnel et « empêché plusieurs autres par la force » de quitter les lieux avant l’arrivée de la police. Au terme des examens médicaux, aucun jour d’interruption de travail n’a été prescrit aux salariés de SOS Méditerranée qui étaient présents au siège de l’association lors de l’irruption des militants identitaires, au terme des examens médicaux, a indiqué samedi le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux à l’AFP.

Lire aussi
Génération identitaire : des militants d’extrême droite à la com’ bien rodée

Les gardes à vue de vingt-deux militants ont toutefois été prolongées samedi pour vingt-quatre heures. « L’enquête se poursuit » pour « violences en réunion », « séquestration », « participation à un groupement en vue de commettre des violences » et « enregistrement et diffusion d’images violentes », a précisé le procureur.

Hamon et Brossat condamnent

Plusieurs personnalités politiques de gauche ont condamné cette invasion. « Un nouveau pas a été franchi dans la violence de l’extrême droite » a réagi Benoît Hamon sur Twitter. « Qui ne voit pas que chaque fois que la France tourne le dos à ses valeurs et ferme les portes à l’Aquarius, elle renforce ses milices ! Aujourd’hui les réfugiés, demain tous les étrangers puis les minorités, puis... » a continué l’ancien candidat socialiste à la présidentielle de 2017. Ian Brossat, adjoint au Logement à la mairie de Paris et chef de file du PCF aux prochaines élections européennes a lui affiché sa « pleine solidarité aux équipes de l’ONG ». « Honte aux haineux de Génération Identitaire. (...) Quand le gouvernement prendra-t-il enfin ses responsabilités en décidant la dissolution de ce groupuscule d’ultra droite ? » a-t-il interrogé. Le député LFI Ugo Bernalicis a demandé la même chose au Premier ministre Edouard Philippe.

°°°

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille/lille-centaines-personnes-sauver-aquarius-1553696.html

Lille : des centaines de personnes pour “sauver l’Aquarius”

Des centaines de Lillois se sont réunis place de la République à Lille ce samedi après-midi, pour répondre à l’appel lancé par l’ONG SOS Méditerranée pour « sauver » le bateau de sauvetage de migrants en mer.

Par Myriam Schelcher Publié le 06/10/2018 à 17:08
Entre 200 et 300 personnes se sont réunis à Lille samedi après-midi, en soutien à l’Aquarius, ce bateau humanitaire qui porte secours aux migrants dans la Méditerranée.

Des centaines de Lillois se sont réunis en soutienau navire humanitaire l’Aquarius

La manifestation était organisée par le comité des sans-papiers du Nord et la Ligue des droits de l’Homme de Lille, qui ont relayé l’appel lancé le 3 octobre par l’ONG SOS Méditerranée pour « sauver l’Aquarius ».

Depuis jeudi, le navire est à l’arrêt à Marseille après avoir passé plusieurs jours à à errer dans les eaux internationales avec 58 personnes à bord. La raison ? Le Panama lui a retiré son pavillon et l’Aquarius ne peut donc plus mettre les voiles, à moins qu’un autre pays lui accorde un nouveau pavillon. Les manifestants demandent donc à la France de s’en charger, afin que le bateau puisse reprendre sa mission humanitaire.

Qu’est ce qu’un pavillon ?

Un pavillon est en quelques sorte la « plaque d’immatriculation » d’un bateau. Il prend la forme d’un drapeau hissé à l’arrière du navire et permet d’identifier auprès de quel pays il est affilié. Sans pavillon, un navire ne peut pas prendre la mer.

Chaque pays fixe lui même les conditions d’attribution de son pavillon, et peut décider de retirer leur immatriculation à certains navires. C’est ce qui s’est passé avec l’Aquarius. Le Panama a révoquer le pavillon de l’Aquarius, si bien que le bateau humanitaire, stoppé à Marseille depuis jeudi, ne peut plus prendre la mer tant qu’un autre pays ne lui a pas accordé un pavillon.

°°°

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/video-800-personnes-au-soutien-de-l-aquarius-rennes-6005245

Rennes
VIDÉO. 800 personnes au soutien de l’Aquarius à Rennes

Photo : Bérengère Matta, responsable Grand Ouest de SOS Méditerranée : « Si on ne peut plus naviguer, on ne peut plus aller sauver des vies ». | OUEST-FRANCE

Angélique CLÉRET.

Modifié le 06/10/2018 à 17h26

Publié le 06/10/2018 à 17h21

De nombreuses personnes ont répondu, ce samedi 6 octobre, à l’appel de l’ONG SOS Méditerranée. À 14 h 30, elles étaient 500, mobilisées place de la République pour « sauver le navire de sauvetage ». Elles étaient environ 800, une demi-heure plus tard, au moment du départ pour une marche en direction de la place Charles-de-Gaulle.

Un vent de solidarité s’est mêlé à la pluie, ce samedi 6 octobre, place de la République, à Rennes, pour sauver l’Aquarius et le sauvetage en mer. Des centaines de personnes se sont rassemblées sous les arcades du palais du commerce, avec pour seul signe distinctif un t-shirt orange.

« Si on ne peut plus naviguer, on ne peut plus aller sauver des vies. Et on ne peut plus être témoin du drame qui se déroule en Méditerranée centrale » , a alerté Bérengère Matta, responsable Grand Ouest de SOS Méditerranée.

Le navire de sauvetage est arrivé jeudi 3 octobre à Marseille et attend un nouveau pavillon, après le retrait par Panama.

« C’est inadmissible ! »

L’ONG qui gère le bateau, en partenariat avec Médecins Sans Frontières, appelait à la mobilisation citoyenne à l’échelle européenne, pour demander « à tous les États d’Europe de prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible, de faire respecter le devoir d’assistance aux personnes en détresse en mer, d’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée ».
[Tugdual Clouet, Malouin de 31 ans, a passé douze semaines à bord du navire de l’ONG SOS Méditerranée.]
Tugdual Clouet, Malouin de 31 ans, a passé douze semaines à bord du navire de l’ONG SOS Méditerranée. | OUEST-FRANCE

Tugdual Clouet, marin sauveteur, a passé deux fois six semaines à bord de l’Aquarius, l’hiver dernier. « Pendant que l’on parle et pendant que l’Aquarius est bloqué à Marseille, il y a des gens qui se noient. C’est inadmissible ! »

« France solidaire et humaine »

Dans la foule des soutiens, Flavie, 31 ans, mobilisée pour la première fois de sa vie : « On vit dans un monde qui manque de solidarité et avec beaucoup de discriminations. Nous sommes tous des fils d’immigrés. La vie humaine compte. Dans un contexte où de nombreux pays se tournent vers l’extrême droite, ce rassemblement citoyen est une bonne pause. »

Véronique et Jean-Luc sont présents ce samedi, aux côtés d’amis, pour « montrer que la France est solidaire et humaine, encore » .

Photo : Des slogans ont ponctué les discours : « SOS humanité en danger », « Un drapeau pour le bateau », « Hissez haut vos valeurs »… | OUEST-FRANCE

Des slogans ont ponctué les discours : « SOS humanité en danger » , « Un drapeau pour le bateau » , « Hissez haut vos valeurs » … La foule, composée de quelque 500 soutiens, à 14 h 30, a grossi jusqu’à atteindre le nombre de 800 personnes. Elle a pris le départ, à 15 h, d’une marche improvisée, en direction de la place Charles-de-Gaulle.

Sauver des vies est le principal objectif de l’association SOS Méditerranée. Le deuxième objectif est d’accompagner et protéger les rescapés.

°°°

Source : https://www.liberation.fr/france/2018/10/06/a-marseille-une-vague-orange-citoyenne-pour-soutenir-l-aquarius_1683674

Solidarité
A Marseille, une « vague orange citoyenne » pour soutenir l’Aquarius

Par Stéphanie Harounyan,
correspondante à Marseille

6 octobre 2018 à 18:19

Photo : A Marseille, plusieurs milliers de personnes se sont réunies. AFP
Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi à Marseille et dans toute la France pour dénoncer la situation du navire humanitaire.

A Marseille, une « vague orange citoyenne » pour soutenir l’Aquarius

Un drapeau du Panama flotte dans un angle du Vieux-Port de Marseille, volant dans l’air au-dessus d’une foule de tee shirts de couleur orange, comme les gilets de sauvetage. C’est au pied du consulat du pays qui vient de retirer son pavillon à l’Aquarius, que l’association SOS Méditerranée avait donné rendez-vous aux Marseillais ce samedi après-midi pour soutenir son bateau humanitaire.

Depuis jeudi, l’Aquarius est bloqué à quai à deux pas de là, près de la Joliette, empêché, faute de pavillon, de poursuivre sa mission de sauvetage des migrants en Méditerranée. C’est pour convaincre le Panama de changer d’avis et reprendre au plus tôt son action humanitaire que SOS Méditerranée, qui a affrété l’Aquarius avec Médecins du Monde, a lancé un appel à une « vague orange citoyenne » ce samedi. « Aujourd’hui, plus que jamais, il est important de nous avoir à nos côtés, a lancé à la foule Sophie Beau, la directrice de SOS Méditerranée France, avant le départ du cortège. Il n’y a pas d’alternative : soit on tend la main, soit on laisse les gens mourir sous nos yeux. »

Tribune. Donnons le pavillon français à l’« Aquarius » !

Si la première revendication reste de retrouver un pavillon pour reprendre la mer au plus tôt, la directrice générale a aussi lancé un appel aux pays européens à « prendre leurs responsabilités » en déployant une vaste flotte de sauvetage pour venir en aide à ceux qui tentent la traversée. « Ce n’est pas aux ONG de mener ces sauvetages seules, a-t-elle insisté. L’inaction des Etats européens est criminelle, merci de leur rappeler que non, nous ne sommes pas indifférents. »

Le siège de l’association envahi par des identitaires

Outre la pétition en ligne, lancée il y a une semaine par l’ONG, qui a déjà recueilli plus de 200 000 signatures, près d’une cinquantaine de villes en France, mais aussi dans plusieurs capitales européennes, avaient organisé des rassemblements ce samedi pour témoigner leur soutien. A Marseille, ils étaient quelque 4 000 personnes à s’être réunies le long des quais.

Une façon de répondre par le nombre à l’attaque menée la veille par un groupuscule d’extrême droite sur le siège local de SOS Méditerranée. Vendredi, en début d’après-midi, une vingtaine de militants d’extrême droite s’étaient introduits dans les locaux de l’ONG, expulsant dans la foulée le personnel présent sur place avant de déployer, sur la façade de l’immeuble, une banderole. « SOS Méditerranée complice du trafic d’êtres humains », proclamait leur bâche photographiée et diffusée ensuite sur les réseaux sociaux identitaires, qui ont également relayé un communiqué du groupe Génération identitaire revendiquant l’action. Après intervention de la police, 22 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Une enquête a été ouverte pour « violences en réunion », « séquestration » et « participation à un groupement en vue de commettre des violences », a précisé ce samedi le parquet de Marseille, indiquant que la garde à vue des 22 militants d’extrême droite avait été prolongée de 24 heures.

Si aucun blessé n’est à déplorer, les membres de l’équipe de SOS Méditerranée présents lors de l’intrusion sont « extrêmement choqués », a indiqué Frédéric Penard, le directeur des opérations de l’ONG. SOS Méditerranée ayant déposé plainte, ses membres ne souhaitent pas pour l’heure faire plus de commentaire, le temps de l’enquête.

Défilant parmi les manifestants marseillais, le député FI Jean-Luc Mélenchon, lui, indique que son groupe parlementaire avait déposé une demande de commission d’enquête auprès de l’Assemblée nationale pour faire la lumière sur cette affaire. Si plusieurs responsables politiques ont condamné l’action de Génération identitaire, le sénateur RN des Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier, a lui applaudi des deux mains : « L’ONG pseudo-humanitaire SOS Méditerranée est bel et bien complice des trafiquants d’êtres humains : bravo à Génération identitaire pour son action pacifique devant leurs locaux à #Marseille ! Le temps de l’impunité est terminé ! », a-t-il ainsi tweeté hier.

Face à la foule marseillaise, Sophie Beau, la directrice générale de SOS Méditerranée, a demandé aux Etats européens de choisir leur camp : « Qu’ils condamnent ces pratiques. Qu’ils soient à nos côtés et pas en travers de notre chemin. Nous en appelons à sauver le devoir d’assistance. » Depuis le début de sa mission, en février 2016, l’Aquarius a sauvé près de 30000 vies en Méditerranée.