Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > Egypte : Massacres Made in France – Un rapport et une campagne d’Amnesty (...)

Egypte : Massacres Made in France – Un rapport et une campagne d’Amnesty International

lundi 5 novembre 2018, par siawi3

Source : https://npa2009.org/actualite/international/egypte-des-massacres-made-france

Égypte : des massacres Made in France – Un rapport d’Amnesty International

Mercredi 24 octobre 2018, mise à jour Jeudi 25 octobre 2018, 17:59

par Stéphane PIRES

Un rapport d’Amnesty International daté du 16 octobre fait état de ventes d’armes de la France à l’Égypte de 2012 à 2017 pour un total de 4 milliards d’euros.

Les entreprises françaises sont devenues les premiers fournisseurs de matériel de mort de l’Égypte, à hauteur de 37 % des livraisons d’armes lourdes, devant les entreprises américaines sur la période 2012-2017. La France est le troisième pays exportateur d’armes au monde, et un tel fleuron industriel, ça se défend. Hollande et son gouvernement faisaient semblant de dénoncer l’islamisme de Morsi d’abord, puis le pouvoir militaire d’Al-Sissi. Mais en plus de jouer aux clowns, ils jouaient aux VRP de chars de Renault, de navires de guerre et d’avions Rafale de Dassault, contournant sans trop de difficultés une directive européenne de 2013 contre ce type de vente d’armes à l’instar de onze autres pays européens (sur 28). Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de 2012 à 2017 et actuellement ministre des Affaires étrangères, a même été décoré de l’ordre de la République égyptienne par Al-Sissi l’année dernière. Pour services rendus ?

Des armes au service d’une répression tous azimuts

Le rapport d’Amnesty International pointe l’utilisation de ces armes dans la répression meurtrière qui s’abat sur les opposantEs au pouvoir militaire en place. Il souligne que les véhicules blindés de Renault Trucks Défense ont été utilisé dans l’écrasement des manifestations du 14 août 2013. Cette répression avait entraîné plus de 1 000 mortEs en une seule journée à l’occasion de manifestations en opposition au coup d’État des militaires d’Al-Sissi contre les Frères musulmans de Morsi quelques semaines auparavant. Cette répression d’août 2013 ne s’était pas abattue que sur les militantEs et sympathisantEs islamistes : moins de deux semaines plus tard, le régime réprimait violemment une grève des ouvrierEs du textile à Mahalla. Depuis, ce sont l’ensemble des forces d’opposition qui ont été victimes de la répression tous azimuts du régime militaire de Sissi.

À la suite de la publication de ce rapport, Florence Parly, ancienne d’Air France, de la SNCF, du gouvernement de Jospin et aujourd’hui ministre des Armées de Macron, ne fait pas semblant d’être choquée, et invoque « nos emplois ». On est ravi d’apprendre, au-delà du cynisme de ce genre de déclarations, que ce gouvernement qui ne s’intéresse qu’aux profits des patrons se préoccuperait aussi de l’emploi… Surtout, la ministre a voulu se dédouaner en affirmant que la France ne vend des armes qu’à l’armée et ne serait donc pour rien dans leur utilisation à des fins de répression interne. Or, en Égypte c’est justement l’armée au pouvoir qui mène la répression, et ce depuis des décennies, ce que les politiciens français, dont le soutien à l’armée égyptienne ne date pas d’hier, savent pertinemment.

°°°

Source : https://www.amnesty.fr/actions-mobilisation/vente-arme-france-egypte?utm_campaign=vente_armes_égypte&utm_medium=email&utm_source=emailing-action

Répression sanglante en Egypte : Stop aux ventes d’armes de la France !

mardi 16 octobre 2018,

par Amnesty International France

Pour tous les liens permettant de twitter ou d’agir sur Facebook, reportez-vous à l’article original :
https://www.amnesty.fr/actions-mobilisation/vente-arme-france-egypte?utm_campaign=vente_armes_égypte&utm_medium=email&utm_source=emailing-action

INTERPELLEZ VOS PARLEMENTAIRES

RÉPRESSION SANGLANTE EN ÉGYPTE : STOP AUX VENTES D’ARMES DE LA FRANCE !

Publié le 16.10.2018.

La France continue de livrer des armes à l’Égypte, pays qui réprime ses citoyens dans le sang. Interpellez vos parlementaires ! Il est temps que la France fasse preuve de transparence et exerce un meilleur contrôle sur ses ventes d’armes.

Depuis le soulèvement de 2011 en Égypte, plusieurs milliers de personnes ont été tuées ou ont été blessées par la répression violente du gouvernement. Nous avons apporté la preuve que la France a livré à l’Égypte plus de 200 véhicules blindés de 2012 à 2014, qui ont été déployés et utilisés, en pleine répression].

Le manque de transparence de la France sur ses transferts d’armes et l’absence de tout contrôle parlementaire, ne permet pas aujourd’hui de s’assurer qu’elle respecte ses engagements internationaux (Traité sur le commerce des armes). Ce qui s’est passé avec l’Egypte en est la preuve et ne doit plus se reproduire.

Ensemble, exigeons la transparence sur les ventes d’armes de la France, un contrôle parlementaire et l’arrêt des exportations vers l’Égypte d’armes pouvant être utilisées à des fins de répression interne.

Est-ce que ça fonctionne ? Lors de notre dernière action, nous avons poussé Marielle de Sarnez à prendre position sur la ventes d’armes françaises à la coalition engagée au Yémen

INTERPELLEZ VOS PARLEMENTAIRES !

Aidez-nous à obtenir des présidents de commission des Affaires étrangères et de la Défense à se positionner pour une plus grande transparence sur les ventes d’armes françaises, pour un plus grand contrôle parlementaire et pour l’arrêt immédiat des transferts vers l’Égypte.

Sur Twitter

Interpeller sur Twitter la présidente de la commission Affaires étrangères et le président de la commission Défense nationale et des Forces armées.

Interpellez la présidente de la commission Affaires étrangères, Marielle de Sarnez

Madame @desarnez la France s’est rendue complice de graves violations des droits humains en Égypte. C’est intolérable ! J’exige l’arrêt des transferts d’armes vers l’Égypte et une plus grande transparence sur les ventes d’armes françaises !

TWEETER CE MESSAGE

Interpellez le président de la commission Défense nationale et des Forces armées, Jean-Jacques Bridey.

Monsieur @jjbridey94260 la France s’est rendue complice de graves violations des droits humains en Égypte. C’est intolérable ! J’exige l’arrêt des transferts d’armes vers l’Égypte et une plus grande transparence sur les ventes d’armes françaises !

TWEETER CE MESSAGE
Sur Facebook

Interpellez la présidente de la commission Affaires étrangères, Marielle de Sarnez, et le président de la commission Défense nationale et des Forces armées, Jean-Jacques Bridey, sur Facebook.

Voici un exemple de commentaire à poster sur les publications Facebook de ces deux élus.

« Madame de Sarnez/ Monsieur Bridey, dans un récent rapport, Amnesty International démontre que des armes françaises ont été utilisées en Égypte dans le cadre de la répression.

La France est complice de violations des droits humains !

J’exige que la France cesse immédiatement de transférer vers l’Egypte des armes pouvant être utilisées à des fins de répression interne. Je demande également que la France fasse preuve de plus de transparence, que les élus s’emparent enfin de cette question et mettent en place un mécanisme de contrôle pour que cela ne se reproduise plus ! »

> Aller sur la page Facebook de la Présidente de la commission Affaires étrangères, Marielle de Sarnez

> Aller sur la page Facebook du Président de la commission Défense nationale et des Forces armées, Jean-Jacques Bridey

Par Email

Envoyez un email à la présidente de la commission Affaires étrangères, Marielle de Sarnez, et le président de la commission Défense nationale et des Forces armées, Jean-Jacques Bride
marielle.desarnez assemblee-nationale.fr
jean-jacques.bridey assemblee-nationale.fr

Voici l’email que vous pouvez envoyer aux élus :

Madame la Présidente, / Monsieur le Président,

Je vous écris afin de vous faire part de mes préoccupations au sujet des transferts d’armes de la France à l’Egypte qui ont eu lieu entre 2012 et 2014, et plus largement des ventes d’armes de le France qui n’ont cessé d’augmenter depuis lors, faisant de l’Egypte le premier client de la France. Dans un récent rapport d’Amnesty International intitulé « Égypte : Des armes françaises au cœur de la répression » nous apprenons que, lors de la répression de événements ayant suivi le soulèvement du 25 janvier 2011, la France a fourni plus de 200 véhicules blindés à l’Egypte entre 2012 et 2014. Une partie de ces véhicules ont ensuite été déployés et utilisés par les forces du ministère de l’Intérieur pour écraser toute contestation. Ce fut le cas lors des événements du 14 août 2013, plus connus sous le nom de massacre de Rabaa, au cours duquel les forces de sécurité ont eu recours à une force meurtrière excessive. Personne n’a été amené à rendre de comptes pour les atrocités commises.

La dispersion du sit-in de Rabaa marque un tournant important pour les droits humains en Égypte. Depuis, les forces de sécurité ont intensifié leurs atteintes aux droits humains et ont varié leurs méthodes, pratiquant des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires à une échelle jamais vue auparavant. Le 21 août 2013, les États membres de l’Union européenne ont a décidé de suspendre les licences d’exportation afférentes à tous les équipements susceptibles d’être utilisés à des fins de répression en Égypte. Pourtant, de nombreux États membres dont la France, ont continué à fournir le pays enmatériel militaire et de sécurité. Parallèlement, la France négociait, signait et ratifiait le Traité sur le commerce des armes. Les transferts de véhicules blindés autorisés par la France n’ont fait l’objet d’aucune publicité du gouvernement auprès du Parlement, ni même concernant leur détournement des forces armées aux forces de sécurité.

Je vous demande d’agir, Madame la Présidente/ Monsieur le Président, de façon à ce que la France cesse immédiatement tout transfert d’armement pouvant être utilisé à des fin de répression interne. Je vous demande également d’agir afin d’obtenir une véritable transparence du gouvernement envers le Parlement en matière d’exportations d’armes de la France. Nous avons le droit de connaître par exemple les types d’armes que la France exporte, à qui, et dans quelle quantité. Enfin, je vous demande d’agir afin que le Parlement se dote des moyens de contrôler les exportations d’armes françaises autorisées par le gouvernement, de façon à s’assurer qu’elles soient conformes aux engagements internationaux de la France.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien porter à ma demande et vous prie d’agréer, Monsieur le Président/ Madame la Présidente, l’expression de ma meilleure considération.

https://www.amnesty.fr/controle-des-armes/actualites/france-egypte-aux-armes-policiers-egyptiens