Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Italie : Médecins réticents et pression religieuse : le droit à l’IVG des (...)

Italie : Médecins réticents et pression religieuse : le droit à l’IVG des Italiennes est en péril

mercredi 21 novembre 2018, par siawi3

Source : http://cheekmagazine.fr/societe/italie-droit-ivg-peril/

Italie
Médecins réticents et pression religieuse : le droit à l’IVG des Italiennes est en péril

Publié le 31 octobre 2018 à 0:33

Floriane Valdayron, à Rome

Des motions anti-IVG similaires à celle adoptée à Vérone au début du mois sont étudiées à Rome et à Milan, tandis que le taux de gynécologues objecteurs de conscience progresse en Italie, s’élevant à 70,7% sur l’ensemble du pays. Pression religieuse, délais d’attente extrêmement longs, IVG médicamenteuses rarissimes… Le droit d’avorter des Italiennes est en péril.

Photo : Manifestation pro-IVG à Vérone le 13 octobre 2018, Facebook/Non Una Di Meno

Bien qu’il ait fêté les 40 ans de sa légalisation le 22 mai dernier, le droit d’avorter est toujours mis à mal en Italie. Début octobre, le conseil municipal de Vérone a ainsi adopté une motion autorisant le financement de groupes anti-IVG, déclarant la ville “favorable à la vie”. Deux motions similaires, encore à l’étude, ont ensuite été présentées à Rome puis à Milan. Le même mois, le pape François a comparé l’IVG au fait de recourir “à un tueur à gages”.

“Il y a encore des résistantes très fortes au droit des femmes à disposer de leur corps dans le pays, soupire Ludmila Acone, docteure en histoire spécialiste de l’Italie contemporaine. Elles sont liées à la culture véhiculée par l’Église, qui s’est opposée pendant des décennies à la contraception et à l’IVG”. Lidia, 28 ans, doctorante en physique ; en a fait les frais. Quand la jeune femme a réalisé qu’elle était enceinte, elle s’est rendue à un “consultorio familiare”, c’est-à-dire à un centre d’accueil d’accès gratuit, géré par les régions italiennes, dont l’une des missions est la “protection de la santé sexuelle et reproductive” des femmes. “Au lieu de me faire voir un·e médecin, j’ai eu une entrevue avec une assistante sociale, raconte la jeune activiste, alors âgée de 19 ans. Ça a duré trois heures : elle a tenté de me convaincre par tous les moyens de ne pas avorter.” Afin de pouvoir parler à un·e gynécologue, Lidia a dû se rendre dans un autre centre, “l’un des rares” de Rome à donner véritablement la marche à suivre pour faire une IVG. Le jour même, la jeune femme a été placée sur une liste d’attente pour les avortements, effectués dans un hôpital public romain.

Sept semaines d’attente pour avorter

Après son rendez-vous au consultorio, Lidia a dû attendre près de sept semaines pour avoir des nouvelles de l’hôpital. “C’était tellement long, se remémore la jeune femme. J’avais très peur, on m’a rappelée juste avant que je ne dépasse le délai légal.” Celui-ci, défini par la loi 194, est établi à 90 jours, soit un peu plus de 12 semaines de grossesse. “C’était horrible de voir mon corps changer pendant presque deux mois, confie Lidia. J’avais du mal à le cacher, et je ne voulais pas que mes parents soient au courant. Au bout d’un moment, je suis partie deux semaines à Londres pour ne pas être vue comme ça à Rome.”

L’IVG de Lidia a eu lieu en 2009. “Mais ces conditions sont toujours d’actualité”, regrette Ludmila Acone. Le cas de Lidia -dont deux amies ont connu les mêmes délais pour avorter- est malheureusement très répandu. En effet, d’après les derniers chiffres publiés par le ministère de la Santé, en 2014, 22,1% des Italiennes ont dû attendre entre 15 et 21 jours pour avorter, à partir du moment où un·e médecin leur a délivré le certificat requis pour l’IVG. La même année, ce délai était de 22 à 28 jours pour 9,2% des femmes et de plus de 28 jours pour 4% d’entre elles.

En 2014, 70,7% des gynécologues italiens étaient objecteurs de conscience.

En cause ? Les objecteurs de conscience, excessivement nombreux en Italie. Car, si la loi française -pas toujours respectée- stipule que “les établissements publics qui disposent de places en gynécologie-obstétrique ou en chirurgie ne peuvent refuser de pratiquer des IVG” ; en Italie, la clause de conscience est souveraine. En 2014, sur l’ensemble du pays, seulement 59,6% des établissements publics avaient un département de gynécologie-obstétrique pratiquant l’IVG. La même année, 48,4% des anesthésistes, 45,8% du personnel non médical et 70,7% des gynécologues italiens étaient objecteurs de conscience. Un dernier chiffre en hausse puisqu’il s’élevait à 69,3% en 2010.

Objecteurs : des cas de conscience, mais pas seulement

Devant ces chiffres préoccupants, l’hôpital public San Camillo, à Rome, avait passé en février 2017 un appel à candidatures pour recruter deux médecins pouvant pratiquer des IVG. Cette initiative avait suscité une vive polémique : des associations catholiques et certains médias étaient montés au créneau, soutenus par la centriste catholique Beatrice Lorenzin, alors ministre de la Santé.

Outre cette influence de l’Église, Ludmila Acone dénonce des abus purement financiers. “Le taux de médecins objecteurs augmente ; et on se doute bien qu’il ne s’agit pas que de personnes frappées par des scrupules religieux”, assure la docteure en Histoire. Elle fait référence à un commerce qui existe depuis la légalisation de l’avortement en Italie : réaliser l’IVG dans un cabinet privé, en faisant payer les femmes. Une pratique illégale et clandestine déjà condamnée à plusieurs reprises par la justice italienne.

“La clause de conscience est utilisée pour marchander l’IVG, en faisant en sorte qu’elle ne soit pas praticable dans des conditions normales dans le public.”

“Ces gynécologues se déclarent objecteurs dans les structures publiques, disent ensuite aux femmes qu’elles n’auront pas de rendez-vous avant plusieurs mois dans ces établissements et les convainquent de se faire avorter dans leur cabinet, rapporte Ludmila Acone. Ils créent une pénurie qui leur profite : la clause de conscience est utilisée pour marchander l’IVG, en faisant en sorte qu’elle ne soit pas praticable dans des conditions normales dans le public.”

L’IVG médicamenteuse, seulement légale depuis 2009

Outre les sept semaines qu’elle a dû attendre pour avorter, Lidia a également été confrontée à ces mauvaises conditions de traitement pendant son IVG. “Après m’être réveillée de l’opération, j’ai commencé à vomir, raconte-t-elle. Je n’avais aucune force, j’avais du mal à bouger.” Lidia a attendu, mais personne n’est venu contrôler son état. Au bout d’un moment, une infirmière est arrivée. “Elle m’a dit ‘sortez, le service ferme’, sans même m’apporter de quoi m’essuyer. Donc je suis partie, pleine de vomi, en pleurant et en continuant de régurgiter, poursuit la jeune femme. Avec le recul, je sais que ce n’était pas pour être méchante que l’infirmière s’est comportée comme ça ; c’est parce que peu de moyens sont consacrés aux femmes qui avortent, et que le personnel est débordé.”

Afin d’avoir accès à des meilleurs soins et de ne pas devoir dépendre des hôpitaux, les Italiennes ne peuvent pas compter sur l’IVG médicamenteuse, dont l’accès est très strictement encadré. La pilule abortive, légale depuis 28 ans en France, n’est autorisée que depuis 2009 en Italie. Elle y fait l’objet d’un délai de réflexion d’une semaine, ne peut être prise après la septième semaine de grossesse et elle est synonyme d’une hospitalisation obligatoire allant jusqu’à 72 heures -en France elle peut être pratiquée à domicile. À cela s’ajoute le fait que la pilule abortive n’est pas disponible dans tous les hôpitaux. Conséquence : seulement 15,4% des IVG étaient médicamenteuses en 2014 en Italie.

La lutte s’organise

“Il y a une bataille sociétale très importante à mener”, assure Ludmila Acone. En ce sens, la lutte s’organise peu à peu. L’association Vita di Donna, très active dans le milieu féministe italien, recense les hôpitaux où il est possible de pratiquer une IVG médicamenteuse. Sur le même principe, en mars de cette année, des activistes ont créé Obiezione Respinta, une carte recensant tous les objecteurs de conscience : personnels des consultori, gynécologues, pharmaciens refusant de délivrer la pilule du lendemain, etc.

Le mouvement féministe Non Una Di Meno -connu sous le nom Ni Una Menos en Argentine et au Pérou- prend quant à lui de plus en plus d’ampleur. À son appel, des milliers de personnes ont manifesté le 13 octobre à Vérone contre la motion anti-IVG adoptée depuis par le conseil municipal. Des rassemblements sont souvent organisés dans tout le pays : Rome, Bologne, Milan… Une forte mobilisation est attendue le 24 novembre, à la veille de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. “Nos droits sont attaqués, lâche Lidia. Nous devons réagir.”