Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Soudan : Une très jeune femme vendue aux enchères sur Facebook

Soudan : Une très jeune femme vendue aux enchères sur Facebook

lundi 26 novembre 2018, par siawi3

Source : https://www.lapresse.ca/international/afrique/201811/21/01-5205122-soudan-du-sud-une-femme-vendue-aux-encheres-sur-facebook.php

Publié le 21 novembre 2018 à 15h37 | Mis à jour le 21 novembre 2018 à 17h48

Soudan du Sud : une femme vendue aux enchères sur Facebook

Associated Press
Juba

Cinq cents vaches, deux voitures de luxe, 10 000 $ US en argent, deux vélos, un bateau et quelques téléphones portables : voilà la mise finale d’une vente aux enchères à laquelle ont participé plusieurs hommes pour s’approprier une jeune mariée au Soudan du Sud, un événement devenu viral après avoir été rendu public sur Facebook.

C’est la plus grosse dot jamais payée dans ce pays très pauvre déchiré par la guerre civile, selon le gouvernement.

L’homme ayant remporté la mise est trois fois plus âgé que l’adolescente de 17 ans. Au moins quatre autres hommes ont aussi fait des offres, a dénoncé Philips Anyang Ngong, un avocat spécialiste des droits de la personne qui avait tenté de mettre fin aux enchères le mois dernier. Le vice-gouverneur de l’État où s’est déroulée la vente figurait parmi les intéressés.

« Elle a été réduite à une simple marchandise », a déploré M. Ngong à l’Associated Press, affirmant qu’il s’agissait du pire exemple possible « de maltraitance, de traite et de vente aux enchères d’un être humain ». Toutes les personnes impliquées devraient rendre des comptes, a-t-il estimé.

La jeune femme, Nyalong, est devenue la neuvième épouse de l’homme. Les photos publiées sur Facebook la montrent assise à côté de son nouveau mari, vêtue d’une robe et regardant le sol d’un air défait. L’Associated Press utilise uniquement son prénom pour protéger son identité. Le marié n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Au Soudan du Sud, la pratique consistant à payer une dot pour une épouse, généralement sous la forme de vaches, est une coutume profondément enracinée. Les mariages précoces y sont aussi très fréquents. Bien que cette pratique soit maintenant illégale, 40 % des filles se marient encore avant l’âge de 18 ans, selon le Fonds des Nations unies pour la population. Cette pratique « menace la vie des filles » et limite leurs perspectives d’avenir, souligne Mary Otieno, représentante de l’agence onusienne dans ce pays.

Une vague d’indignation

Cette vente aux enchères a provoqué l’indignation régionale et internationale. Il a fallu plusieurs jours à Facebook pour supprimer le message annonçant l’événement. Mais même après le retrait de la publication, d’autres articles « glorifiant » la vente étaient toujours en ligne, a dénoncé George Otim, directeur national au Soudan du Sud de l’organisation Plan International.

« Cette utilisation barbare de la technologie rappelle les marchés d’esclaves du passé. Qu’une fille puisse être aujourd’hui vendue en mariage sur le plus grand site de réseau social du monde dépasse tout entendement », a-t-il dit. Précisons que la vente aux enchères a fait l’objet de discussions sur Facebook, mais qu’elle n’a pas été réalisée sur le site.

Facebook n’a pas répondu à une demande de commentaire à ce sujet.

Alors que le gouvernement du Soudan du Sud condamne le mariage des mineurs, il affirme ne pas pouvoir réglementer les normes culturelles des communautés, en particulier dans les régions éloignées.

« Vous ne pouvez pas appeler cela une enchère comme s’il s’agissait d’une vente aux enchères. Ce ne sont pas des enchères. Si vous voyez cela avec des yeux européens, vous appellerez cela une vente aux enchères, a déclaré à l’Associated Press le porte-parole du gouvernement, Ateny Wek Ateny. Vous devez le voir avec un oeil africain, car c’est une tradition qui remonte à des milliers d’années. Il n’y a pas de mot pour le dire en anglais. »

Certains élus et militants sud-soudanais ne sont pas d’accord. Dans une déclaration publiée cette semaine, l’Alliance nationale des femmes juristes du Soudan du Sud a appelé les responsables à se conformer au plan du gouvernement visant à mettre fin au mariage des enfants d’ici 2030. Mettre fin à cette pratique implique de mettre fin à la vente aux enchères des filles, souligne l’organisation.

Le responsable de la lutte contre la traite de personnes au Soudan du Sud a rappelé que cette histoire évoquait d’autres situations semblables qu’il a vues à travers le pays, lors desquelles des filles ont été forcées de se marier ou ont été mises devant le fait accompli après s’être fait dire qu’elles partaient étudier ou vivre avec des proches.

Dans d’autres cas, des filles sud-soudanaises vivant à l’étranger ont été ramenées au pays et contraintes de se marier. L’Associated Press s’est entretenue avec plusieurs personnes qui connaissent des filles arrivées au pays pour ce qu’elles pensaient être des vacances, mais dont le passeport a été confisqué et qui ont été forcées de se marier par leur famille.