Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Israel : Le retour de la rougeole lié au mouvement anti-vaccin chez les (...)

Israel : Le retour de la rougeole lié au mouvement anti-vaccin chez les religieux

mercredi 28 novembre 2018, par siawi3

Source : https://www.liberation.fr/planete/2018/11/28/en-israel-le-retour-de-la-rougeole-lie-au-mouvement-anti-vaccin-chez-les-religieux_1694540

En Israël, le retour de la rougeole lié au mouvement anti-vaccin chez les religieux

Par Guillaume Gendron,
Correspondant à Tel-Aviv

28 novembre 2018 à 08:28

Le vice-ministre de la Santé israélien Yaakov Litzman, en 2016 près de Tel-Aviv. Photo JACK GUEZ. AFP

Chronique sur la société israélienne, dans ce qu’elle a de plus surprenant – son futurisme, son tribalisme, ses déchirements, ses espoirs. Aujourd’hui, comment une épidémie de rougeole ravage les enclaves ultraorthodoxes, où le mouvement anti-vaccin a fait des émules.

En Israël, le retour de la rougeole lié au mouvement anti-vaccin chez les religieux

Début novembre, une équipe de secouristes israéliens se rend au domicile d’une famille religieuse de Méa Shéarim, cette enclave haredi (« craignant-Dieu ») de Jérusalem si radicale qu’elle est bouclée par des barrières durant le shabbat. Les médecins ont été appelés pour secourir une fillette de 18 mois qui, selon ses parents, s’est « évanouie ». À leur arrivée, le bébé n’a plus de pouls. La famille, dont la progéniture a le visage grêlé par les marques de la rougeole, s’enferme dans une pièce adjacente et prie. L’enfant ne ressuscitera pas.

Le fait divers a fait la une en Israël, symbole de la gravité de l’épidémie de rougeole qui touche le pays, et plus spécifiquement la région de Jérusalem et ses quartiers ultraorthodoxes. En 2016, seuls neuf cas ont été recensés dans l’Etat hébreu, puis 33 en 2017. Cette année, le dernier comptage du ministère de la Santé réalisé fin novembre faisait état de 2000 cas, dont plus de 800 à Jérusalem. Du jamais vu depuis des décennies.

La contagion a commencé à toucher les Etats-Unis, où la rougeole a été officiellement éradiquée au début des années 2000. Là encore, la centaine de malades signalés vit dans les bastions haredim de Brooklyn et du New Jersey, les responsables locaux pointant du doigt les ultraorthodoxes revenant de voyage en Israël. Très contagieuse, la rougeole est considérée par l’Organisation mondiale de la Santé comme l’une des principales causes de décès chez les jeunes enfants, malgré l’efficacité du vaccin contre la maladie.

Ecoliers

Dans l’immense majorité des cas, dont celui de la fillette de Méa Shéarim, les malades ne sont pas vaccinés, contrairement à 96 % du reste de la population israélienne. Israel Hayom, quotidien pourtant acquis au Premier ministre Benyamin Nétanyahou, s’est alarmé de l’apathie des autorités, révélant cette semaine que 500 des 600 écoliers de la ville de Pardes Hanna-Karkur (nord d’Israël) n’ont toujours pas été immunisés contre le virus.

Yaakov Litzman, le vice-ministre de la Santé en charge du dossier, a lancé une campagne de sensibilisation s’appuyant sur les rabbins, tout en minorant l’épidémie qu’il qualifie de « légère ». Cet ultraorthodoxe à la longue barbe blanche est sous le feu des critiques pour avoir estimé que la situation actuelle est autant due au « secteur arabe qu’au secteur haredi ». Assertion fermement démentie par Nadav Davidovitch, président de l’Association de la santé publique israélienne, qui rappelle le très haut taux de vaccination de la population palestinienne et la quasi-absence de cas dans ces communautés.

« Meurtriers »

Le 18 novembre, une proposition de loi prévoyant une amende de 2 000 shekels (un peu moins de 500 euros), prélevés sur les allocations familiales, contre les parents refusant de vacciner leurs enfants a été approuvée à l’unanimité par le comité ministériel de la Knesset. Mais il est peu probable, alors que la coalition de Nétanyahou est en crise, que le texte soit voté dans l’immédiat. Ni qu’il soit très dissuasif.

Les médias communautaires tentent d’analyser la montée du mouvement « anti-vax » chez les hommes en noir. Un groupe d’influents rabbins a signé un avis religieux distribué sous forme de prospectus dénonçant les parents récalcitrants comme « meurtriers », violant le principe talmudique du pikuach nefesh qui veut que la préservation de la vie humaine supplante toute autre considération, y compris religieuse.

Mais des sectes minoritaires du mouvement haredi se retranchent derrière la volonté de Dieu. Se mêlent inquiétudes en vogue (notamment la conviction que le vaccin provoque l’autisme) et méfiance multiséculaire envers le monde moderne et les autorités. Certains avancent aussi des raisons sociales derrière l’épidémie, notamment les conditions de vie insalubres des « craignant-Dieu » et leur difficulté à accéder à l’information, puisque la plupart se passent d’internet.