Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Strasbourg, les parents de l’auteur présumé de l’attentat (...)

France : Strasbourg, les parents de l’auteur présumé de l’attentat parlent

lundi 17 décembre 2018, par siawi3

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/strasbourg-les-parents-de-l-auteur-presume-de-lattentat-parlent_3103365.html

Strasbourg : les parents de l’auteur présumé de l’attentat parlent

Sortis de garde à vue, les parents de Chérif Chekatt ont témoigné et ont confirmé que leur fils était un sympathisant de l’Etat islamique.
avatarFrance 3France Télévisions

Mis à jour le 16/12/2018 | 11:25
publié le 16/12/2018 | 11:25

Video ici 3:28

Le père du terroriste de Strasbourg (Bas-Rhin) est sorti de garde à vue et s’exprime pour la première fois publiquement. Il s’est rendu de lui-même au commissariat mardi 11 décembre quand il a commencé à comprendre que son fils était le terroriste traqué par toutes les polices.

« J’ai dit aux policiers : ’Si jamais vous localisez Chérif, vous me le dites, et j’irais vers lui pour tenter de le raisonner pour se rendre’ », explique Abdelkrim Chekatt. Il assure ne avoir été en contact avec son fils durant sa traque : il a essayé de l’appeler, mais il est « tombé sur le répondeur ». Son dernier contact avec lui remonte « avant les faits ». « Je l’ai vu trois jours auparavant ». « S’il avait parlé de ce projet, je l’aurais dénoncé à la police, comme ça il n’aurait tué personne et ne se serait pas fait tuer », ajoute Abdelkrim Chekatt, qui assure ne pas avoir été au courant du projet de son fils.

Le père fiché S

Selon lui, son fils défendait les causes de l’État islamique. « Daech combat pour une juste cause selon lui. Je lui disais de ne pas écouter ce qu’ils disent », explique cet ancien chauffeur-livreur, désormais retraité, qui emmène ensuite l’équipe de France 3 rencontrer sa femme. « J’étais choquée », avoue-t-elle devant la caméra. Les parents de Chérif Chekatt, divorcés depuis longtemps, affirment ne partager en rien les idées de leur fils. Son père est fiché S pour fondamentalisme religieux. Les parents tiennent à présenter leurs condoléances aux familles des victimes.