Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home page > impact on women / resistance > Algérie: Riposte citoyenne pour imposition vestimentaire au lycée

Algérie: Riposte citoyenne pour imposition vestimentaire au lycée

Saturday 25 September 2010, by siawi2 (Date of earlier publishing: 25 September 2010).

Source:
http://www.elwatan.com/une/de-la-ju...

De la jupe au lycée pour dénoncer l’excès de zèle des surveillants !

le 14.09.10

Le Lycée Chihani Bachir de Azazga est en ébullition. Au premier jour de
la rentrée scolaire, une fille a été renvoyée chez elle pour avoir porté
une jupe jugée "très courte" par une surveillante "voilée", rapporte les
lycéens qui se sont montrés indignés par cette attitude.

La surveillante aurait même signifié à la jeune lycéenne que la jupe
est interdite dans un établissement scolaire. Il faut donc se mettre en
pantalon pour réintégrer le Lycée, a-t-on expliqué à la jeune fille qui
n’a rien compris à ce qu’on lui a infligé.

Face à cette situation incongrue, les amies et les camarades de cette
lycéenne ont décidé de ne pas rester muettes. Et pour ce faire, une
action de protestation est en gestation au niveau de ce lycée de Azazga
pour dénoncer l’arbitraire et l’abus de pouvoir de l’administration.

Et quelle action ! Les filles du Lycée Chihani Bachir ont entamé une
campagne de sensibilisation pour convaincre toutes les lycéennes de
s’habiller en jupe en solidarité avec leurs copines infortunées.

"Toutes les filles de Chihani Bachir en jupe en signe de protestation
contre cet excès de zèle! ", lit-on sur la page Facebook entièrement
dédiée à cet appel qui commence à drainer de nombreux fans. Ces derniers
se sont engagés à soutenir et à participer à cette action de
protestation.

Dans quelques jours, l’administration du lycée Chihani Bachir sera
confrontée à une masse de filles toutes vêtues en jupe ! N’est-ce pas là
une situation inédite ? En tout cas, avec la jupe comme moyen de
protestation, les lycéennes auront inventé une nouvelle arme fatale
contre le conservatisme exagéré et indélicat de certains proviseurs et
surveillants qui confonde souvent la morale pudibonde avec la mission
éducative.

Quoi qu’il en soit, le port de jupe revient en force au devant de la
scène et tend cette fois-ci à s’affirmer comme un acte de résistance.
C’est du moins le cas à Azazga...

Abderrahmane Semmar