Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil du site > impact on women / resistance > Grèce : au-dessus d’un volcan

Grèce : au-dessus d’un volcan

lundi 20 février 2012, par siawi3

Source : siné mensuel n°6, février 2012, p 14

En direct d’Athènes. La rue grecque, considérablement apauvrie, est exaspérée.

Yannis Youlountas

Le nuit tombe sur Athènes, Alexandra, Nikos et Vassilis préparent une banderole sur le trottoir d’une rue piétonne pour la manif du lendemain, contre la fermeture de nombreuses cantines scolaires. Nicos s’indigne : ’Au moment même où les cas d’évanouissement d’écoliers en situation de malnutrition se multiplient, c’est criminel de supprimer les moyens d’apaiser cette souffrance. J’espère que les politiciens qui osent décider cela, alors qu’ils reçoivent la troika(1) dans des restaurants à 300 € par tête, finiront par être jugés et condamnés ’.

A quelques mètres de là, une vieille dame se fait aider pour condamner sa fenêtre qui donnait sur la rue, au rez-de-chaussée. Beaucoup de gens ont peur, commente Alexandra, surtout en ce moment, car la tension est palpable partout. Certains se barricadent chez eux, font des stocks de sucre, de pâtes et de café, et sortent de moins en moins. Ce sont des symptômes de guerre civile ».

Au bout de la rue Thémistocle, sur la terrace du Nosotros, ‘espace social libre’, Konstantinos allume sa cigarette en regardant la place Exarcheia en contrebas : ‘Oui, les gens ont peur, mais ils ont aussi faim et surtout tellement mal pour leurs parents et leurs enfants, qu’ils deviennent de plus en plus indignés, et la colère ne cesse de monter’. Agé de 47 ans, chômeur depuis deux ans et membre du mouvement Deplirono (‘je ne paie pas’), Konstantnos prend un exemple qui lui est cher : ‘Ma mère ne touche plus que 524 € après avoir travaillé quatorze heures par jour durant toute sa vie, alors que le député de sa circonscription reçoit en tout plus de 10 000 € mensuels pour se gaver puis aller se vautrer dans un fauteuil et voter des lois scélérates, inhumaines et antisociales ! Ce n’est pas nous qui sommes violents, c’est le système !’

A ses côtés, Giorgios, 27 ans, ancien directeur de cinéma au chômage, témoigne des nombreux débats athéniens actuellement organisés sur la démocratie directe : ‘La démocratie antique était certes imparfaite car elle n’incluait pas les femmes et les esclaves, mais elle était directe ! On oublie souvent de le dire quand on la critique aujourd’hui ! En 2012, tout le monde peut enfin voter, mais pour quel résultat ? La plupart des élus qui sont censés nous représenter ne montrent que du mépris. Ils sont déconnectés des réalités du peuple, mais, avec un aplomb incroyable, ils osent s’affirmer les seuls à être réalistes tout en nous qualifiant d’utopistes !’
Animatrice de Radio Entasi (2) et féministe, Mimi a été professeur de littérature française puis conseillère en recherche d’emploi, avant de se retrouver elle-même au chômage, à 44 ans : ‘Je reste optimiste, surtout depuis que j’ai écouté Raoul Vaneigem à Thessalonique. J’ai beaucoup apprécié son éloge de la gratuité parmi les principales formes de résistance. Boycottons les supermarchés, n’utilisons plus les banques, développons une économie parallèle, humaniste, créative, incontrôlable et laissons s’effondrer le système . Multiplions les lieux d’échanges, de repas gratuits, d’éducation gratuite, de soins médicaux gratuits, d’écoute mutuelle. La marmite chauffe, chacun y contribue par ses paroles et ses actes, et le pouvoir finira par s’y brûler. Nous sommes au pied du mur, mais nous sommes aussi de plus en plus nombreux et déterminés. Et puis ça fait du bien de savoir que des Français manifestent leur solidarité avec nous (3) et ne croient pas tout ce qu’on leur raconte sur nous. Dites leur, notamment à cette fripouille de Siné, que nous ne lâcherons rien !’

- 1. Les représentants étrangers du FMI, de la Banque centrale européenne et des principaux pays de la zone euro.
- 2. www.entasifm.org
- 3. Au mur de la radio trône l’affiche d’un récent festival de ‘solidarité avec le peuple grec’, avec le concours de Nosotros, de Siné Mensuel et la patte de Siné.