Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > France : Mein Kampf retiré de la vente

France : Mein Kampf retiré de la vente

mardi 2 juillet 2013, par siawi3

Mein Kampf retiré de la vente à Berck-sur-Mer

Source : http://www.lefigaro.fr/livres/2013/06/28/03005-20130628ARTFIG00611--mein-kampf-retire-de-la-vente-a-berck-sur-mer.php

Par Blaise De Chabalier

Mis à jour le 28/06/2013 à 19:42
Publié le 28/06/2013 à 19:27

Alors que le livre de Hitler tombera dans le domaine public le premier janvier 2016, cette affaire de Berck-sur-Mer pourrait bien relancer le débat sur la publication et la vente de Mein Kampf.
Sous la pression du PCF et du Front de gauche, une librairie du Pas-de-Calais a retiré de ses rayons le livre programme du nazisme écrit par Hitler en 1924 et 1925. De quoi relancer le débat sur la légalité, bien réelle aujourd’hui en France, de la commercialisation de cet ouvrage.
Est-ce légal de vendre Mein Kampf en librairie dans la France d’aujourd’hui ? Oui, et ce n’est pas nouveau. Les Nouvelles Éditions latines, qui sont propriétaires des droits de traduction depuis 1934, proposent l’ouvrage, écrit en prison par Hitler1 en 1924 et 1925, dans leur catalogue en ligne. C’est donc dans le respect de la loi qu’un couple de libraires de Berck-sur-Mer vend depuis trois ans déjà, essentiellement à des étudiants, le livre qui annonce, dans un terrifiant appel au meurtre, la Shoah. Jean-Louis Cazier, le libraire mis en cause, qui dirige la maison de la presse, confie : « Je n’ai pas à me prononcer quant au contenu et aux idées qui apparaissent dans toutes les publications que je vends. À titre personnel, je ne partage pas du tout ces idées-là, mais je suis un démocrate, il appartient à chaque citoyen de faire la part des choses. » Il ajoute que ce sont ses clients qui lui passent commande.
Mais face à l’envolée, dans cette librairie, des ventes de Mein Kampf, un livre pourtant à peu près illisible, des élus locaux du Parti communiste et du Front de gauche ont vivement réagi. Au point d’alerter la Ligue des droits de l’Homme2. Face à la polémique, les époux Cazier ont finalement décidé de ne plus proposer le sulfureux livre à la vente. « Ce que je retiens surtout est que toute cette polémique a fait une pub exceptionnelle au livre. Depuis mercredi, j’ai plein de coups de fil de gens qui veulent l’acheter, c’est quand même dommage ! » déclare le libraire.
Alors que le livre de Hitler tombera dans le domaine public le premier janvier 2016, cette affaire de Berck-sur-Mer pourrait bien relancer le débat sur la publication et la vente de Mein Kampf. Il faut rappeler qu’en 1979, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme3 (LICRA) avait intenté une action en justice, afin de déterminer le statut du texte fondateur de l’idéologie nazie. Or la cour d’appel de Paris avait décidé, dans un arrêt du 11 juillet 1979, qu’il fallait le considérer comme un document historique. Ainsi, le livre peut être vendu, mais assorti d’un texte de huit pages mettant en garde les lecteurs sur son caractère haineux et raciste. De plus, l’ouvrage doit être placé dans un rayonnage approprié. Enfin, le vendeur doit effectuer une mise en garde orale à ses clients. C’est uniquement cette dernière règle que Jean-Louis Cazier n’a pas respectée : « Je ne connaissais pas la loi aussi en détail. »