Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Asia / Africa / Americas - Carribean / The Pacific / International > Signe supplémentaire de l’islamisation en Algérie : la « saoudisation » des (...)

Signe supplémentaire de l’islamisation en Algérie : la « saoudisation » des moeurs

par Chawki Freïha (MediaArabe, 6 juin 2007)

vendredi 29 juin 2007

Après sa première hospitalisation à Paris, en décembre 2005, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, avait retrouvé la foi. De retour à Alger, il avait ordonné la diffusion des cinq prières quotidiennes à la radio et télévision d’Etat, diffusion interdite par le Haut Conseil d’Etat en 1994. Depuis, plusieurs signes attestent de l’islamisation de la société algérienne.

En effet, après la décision de diffuser les prières, le président Bouteflika avait financé le pèlerinage à la Mecque au profit d’une centaine de personnes dont des écrivains, des intellectuels, sa maladie l’ayant empêché d’effectuer ce devoir que tout bon musulman doit remplir. Il avait ensuite décidé d’investir plus de 3 milliards de dollars pour construire, sur les hauteurs d’Alger, la troisième plus grande mosquée au monde.

Pour lutter contre le terrorisme islamiste, l’Algérie semble avoir opté pour l’islamisation tous azimuts. Le dernier acte de cette série de mesures est révélé par le journal algérien « Ech-Chorouk » de ce mercredi. Le quotidien cite en effet Mohammed Chebli, directeur de la gestion foncière de l’Agence de Développement et de Promotion du Logement (ADL), qui affirme que la direction de ADL a adressé une correspondance à tous les agents de sécurité employés par l’Agence pour l’entretien et la sécurisation de ses 106 complexes, présents dans 24 wilayas, leur donnant jusqu’à fin juin pour se marier. Passé ce délai, les célibataires seront remerciés et licenciés.

Cette décision est destinée, selon ADL, à remplacer tous les agents par des hommes mariés et pères de familles, dans le but de sécuriser et de rassurer les familles, logées par ADL. Ces pratiques sont très courantes en Aravie saoudite, où des résidences entières sont réservées aux seules familles, et où les hommes célibataires n’ont pas accès.

Ce faisant, l’Algérie semble avoir opté pour le respect strict des précept de l’islam radical, qui prohibe toute mixité non seulement entre les citoyens de sexe différent, mais aussi entre les familles et les célibataires fussent-ils des agents de protection. ADL emploie en effet un agent de protection pour 100 logements. Parmi les critères d’embauche, les candidats doivent désormais être mariés et avoir des familles. Ils bénéficient d’un logement dans la résidence qu’ils sont chargés de sécuriser. Ceux qui n’auront pas trouvé une épouse, d’ici fin juin, seront licenciés.

Source : Ech-Chorouk du 06 juin 2007