Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Catalogne : Du Nationalisme Catalan

Catalogne : Du Nationalisme Catalan

jeudi 26 octobre 2017, par siawi3

Source : http://acontretemps.org/spip.php?article644
publié le jeudi 26 octobre 2017

AÌ€ l’indeÌ pendance du monde !

Des anarchistes de Barcelone
16 octobre 2017

Au jeu des passions tristes, le nationalisme est, avec la religion, la plus mortifeÌ€re de toutes. Elle dit, dans l’au-delaÌ€ d’un souffle ancien, l’eÌ ternel recommencement du meÌ‚me : l’identification de l’homme nieÌ aÌ€ une cause qui le prolonge comme infinie neÌ gation de lui-meÌ‚me. DoteÌ d’un drapeau et faisant multitude, il n’est rien d’autre, comme indeÌ pendantiste, que l’illusoire aspirant aÌ€ une libeÌ ration qui ne sera jamais la sienne parce que nul EÌ tat, existant ou en voie d’existence, ne la lui accordera jamais. Et c’est eÌ crit depuis longtemps.
L’eÌ trange vision, sur les eÌ crans catalans du Spectacle, de bannieÌ€res rouges et noires frappeÌ es de sigles jadis glorieux et agiteÌ es, sans honte, dans une mareÌ e d’esteladas indeÌ pendantistes, constitue, parmi quelques autres, le signe eÌ vident d’une confusion galopante dont l’eÌ poque reste l’infinie pourvoyeuse.

Cette eÌ poque, clairement identifiable comme ravageuse en matieÌ€re d’intelligence historique, se caracteÌ rise, dans les milieux supposeÌ ment radicaux, par un ralliement incessant aÌ€ des probleÌ matiques longtemps consideÌ reÌ es comme contraires aux inteÌ reÌ‚ts bien compris d’un ancien mouvement ouvrier conqueÌ rant qui ne pratiquait, lui, que le seÌ paratisme de classe. ConfronteÌ s au perpeÌ tuel preÌ sent de leur miseÌ€re et incapables d’opeÌ rer le moindre lien avec sa riche histoire, ses heÌ ritiers s’engagent deÌ sormais de plus en plus souvent, le cÅ“ur leÌ ger et la teÌ‚te vide, dans des combats qu’on a choisis pour eux et qui, signe des temps, s’inscrivent, par force et invariablement, dans des logiques interclassistes, citoyennistes ou diffeÌ rentialistes, aÌ€ l’eÌ vidence opposeÌ es, aujourd’hui comme hier, aÌ€ toute perspective autonome d’eÌ mancipation sociale et humaine.
Comme on a vu, il y a peu, des libertaires en deÌ sheÌ rence, mais surtout deÌ lesteÌ s de toute rigueur, manifester des sympathies pour le projet politico-eÌ lectoraliste de recomposition institutionnelle de Podemos – dont le premier effet, preÌ visible et manifeste, fut de vider de son originaliteÌ inventive un « mouvement des indigneÌ s  » qui n’avait lui-meÌ‚me de radical que l’intention –, on en voit, aujourd’hui, s’enthousiasmer jusqu’aÌ€ l’absurde pour un mouvement seÌ cessionniste de type eÌ tatique dont la raison meÌ‚me est, sous une forme reÌ publicaine, d’obtenir, en matieÌ€re de souveraineteÌ nationale, des preÌ rogatives en tout point similaires aÌ€ celles de la monarchie espagnole. Autrement dit, dans un cas comme dans l’autre, des « activistes sociaux  » qu’on aurait pu supposer assez instruits de l’histoire pour se deÌ fier de ces impasses, se sont reÌ veÌ leÌ s suffisamment deÌ construits du point de vue de la critique pour s’y engager, aÌ€ leur place bien suÌ‚r, c’est-aÌ€-dire, au vu de leurs faibles forces, comme suppleÌ tifs meÌ taphoriques d’un « assaut institutionnel  » ou comme comparses symboliques d’une sardane patriotique.

RelayeÌ es par divers sites et blogs, quelques voix se sont eÌ leveÌ es pour exprimer des « perplexiteÌ s intempestives  » 1 et un peu plus 2 sur ce cameÌ leÌ onisme anarcho-indeÌ pendantiste. Il est bon de les diffuser. C’est dans la meÌ‚me optique que, malgreÌ ses eÌ videntes faiblesses, nous publions le texte qui suit – « Quelques consideÌ rations sur la situation actuelle en Catalogne et l’action des anarchistes  » 3 – signeÌ Â« Des anarchistes de Barcelone  ».

Rien ne laisse preÌ sager de ce qu’il adviendra de cette querelle hispano-catalane, mais tout indique que, quel qu’en soit le deÌ veloppement, les logiques perverses qui l’alimentent ont deÌ jaÌ€ eu pour principal effet de porter aÌ€ incandescence, aÌ€ Barcelone comme aÌ€ Madrid, une peste eÌ motionnelle nationaliste qui aura du mal aÌ€ s’eÌ teindre.
Et, enfin, pour l’histoire, il nous plaiÌ‚t de rappeler que, lors de la premieÌ€re deÌ claration d’indeÌ pendance de la Catalogne par Lluis Companys, le 6 octobre 1934, les militants de la treÌ€s puissante CNT – qui s’eÌ tait abstenue de s’associer au mouvement – n’oublieÌ€rent pas de reÌ cupeÌ rer les armes abandonneÌ es, dans les rues de Barcelone, par les indeÌ pendantistes d’Estat CatalaÌ€ fuyant devant l’armeÌ e. L’indeÌ pendance ne dura que dix heures. Quant aux armes, elles servirent le 19 juillet 1936 aÌ€ lancer l’offensive sociale. Autres temps, autres mÅ“urs, autres strateÌ gies.

Quelques considérations sur la situation actuelle
en Catalogne et l’action des anarchistes

Une fois encore, beaucoup d’anarchistes – beaucoup trop – se sont laisseÌ entraiÌ‚ner, deÌ border par des eÌ veÌ nements auxquels ils ne s’attendaient pas et dans lesquels ils n’ont pas su (ou voulu) porter leurs propres paroles, leurs propres actions. Beaucoup d’anarchistes se laissent trop facilement seÌ duire par tout ce qui preÌ sente un caracteÌ€re « de masse  », sans prendre le temps de se demander aÌ€ quoi ils apportent leur soutien en reÌ aliteÌ , et sans savoir ni vouloir participer avec leur propre discours – il s’agit seulement d’aller laÌ€ ouÌ€ sont « les gens  » et voir ce qui se passe ensuite.

Sur la « volonteÌ populaire  » et la « leÌ gitimiteÌ des masses  » : beaucoup d’anarchistes se sont retrouveÌ s dans la rue ces derniers jours, participant aux manifestations aux coÌ‚teÌ s de nombreux autres. Mais que demande-t-on reÌ ellement dans ces manifestations ? Qui sont ces « autres  » qui participaient aÌ€ ces mobilisations ? Il ne fait pas de doute qu’une partie des manifestants provenaient de la gauche indeÌ pendantiste, ou d’autres formations de gauche non neÌ cessairement nationalistes mais qui appuient ou se solidarisent avec la cause de l’indeÌ pendance de la Catalogne, certains anarchistes pouvant se trouver quelques affiniteÌ s avec ce genre de manifestants. Toutefois, l’immense majoriteÌ de ceux qui sont descendus dans la rue sont de bons citoyens, qui aiment l’ordre, le civisme et les bonnes manieÌ€res, dont beaucoup d’eÌ lecteurs de la droite conservatrice catalane repreÌ senteÌ e par CiU 4, ANC 5, etc.

Chacun peut juger des demandes des manifestants, ainsi que de leurs actes. Les meÌ‚mes qui marquent leur refus et leur hostiliteÌ aÌ€ l’encontre de la Garde civile ou de la police nationale vont offrir des fleurs aux Mossos 6 et les applaudissent comme des heÌ ros. Il semblerait que ces anarchistes se sentent tenus d’appuyer sans discussion tout ce qui aura eÌ teÌ catalogueÌ comme « volonteÌ populaire  », quand bien meÌ‚me cette volonteÌ populaire serait celle de creÌ er un EÌ tat avec une politique nettement conservatrice et droitiste, avec ses propres frontieÌ€res, avec sa propre police, avec ses institutions, ses prisons, ses lois, avec le capitalisme et la miseÌ€re, mais sous un nouveau drapeau et une image neuve de libeÌ ration. Il semblerait que, pour certains, le patriotisme catalan soit plus acceptable que le patriotisme espagnol, si l’on en croit les mille et une justifications entendues ; mais aÌ€ la fin des fins le nationalisme, c’est le nationalisme, toutes les patries oppriment les peuples qui habitent leur domaine, hormis celles qui n’en n’ont pas encore eu l’occasion. Pour ceux qui ne le sauraient pas, le facho catalan est aussi conservateur, aussi reÌ pugnant et aussi rance que le facho espagnol ou autre.

Et pourtant, les anarchistes sont descendus dans la rue aux coÌ‚teÌ s de tous ces gens, ont adopteÌ le discours de ces gens, ont reÌ pondu aux appels de ces gens... se laissant emporter par cette apparence de « reÌ bellion  ». Mais si, imaginons, la volonteÌ de la majoriteÌ du peuple eÌ tait de creÌ er un EÌ tat catalan de type fasciste, les anarchistes devraient-ils eÌ galement appuyer le peuple ? Pour nous, l’une des caracteÌ ristiques essentielles de l’anarchie, quels que soient les courants et les positionnements, c’est de remettre en question, de regarder les choses avec esprit critique – surtout avant de plonger teÌ‚te la premieÌ€re dans une piscine qui se trouve eÌ‚tre un mareÌ cage.

La reÌ pression de la police nationale et de la Garde civile a susciteÌ la coleÌ€re de beaucoup de gens, ce qui a pu donner l’impression qu’on avait vraiment affaire aÌ€ une espeÌ€ce de reÌ volte, aÌ€ une situation de reÌ bellion. Rien n’est pourtant plus eÌ loigneÌ de la reÌ aliteÌ : car tout cela eÌ tait un stratageÌ€me soigneusement preÌ vu depuis le deÌ but par le Govern 7. DeÌ€s le deÌ part, c’est exactement cela qui devait se passer : il fallait cette photo de la police (espagnole) cognant sans discriminer sur les pacifiques citoyens catalans ; consigne avait eÌ teÌ expresseÌ ment donneÌ e que personne ne tente de reÌ sister activement, et l’on a eÌ touffeÌ les rares actes de reÌ sistance active et de lutte contre la police, tandis que les images de la brutaliteÌ policieÌ€re eÌ taient largement diffuseÌ es partout dans le monde. Ici les anarchistes (et tout le reste de ceux qui ont participeÌ aÌ€ cette farce) n’ont eÌ teÌ gueÌ€re plus que des idiots utiles, servant d’appaÌ‚ts destineÌ s aÌ€ prendre des coups pour la photo. Comme on l’a vu depuis, tout cela n’eÌ tait qu’une manÅ“uvre politique du Govern pour tenter de se leÌ gitimer et attirer l’attention du monde.

Finalement, il n’y eut meÌ‚me pas de deÌ claration d’indeÌ pendance ni la moindre rupture reÌ elle avec l’EÌ tat espagnol, seulement des propositions de dialogue et de neÌ gociation. On a ainsi pu voir des anarchistes voter, ou faire campagne pour inciter aÌ€ aller voter, comme s’il y avait quoi que ce soit de « rebelle  » aÌ€ participer aÌ€ un eÌ veÌ nement organiseÌ d’en haut, avec pour seule utiliteÌ de leÌ gitimer les institutions existantes et futures.

Et que dire de la « greÌ€ve geÌ neÌ rale  » convenue, controÌ‚leÌ e et orchestreÌ e par les institutions et les organisations patronales ? Une greÌ€ve qui fut un deÌ fileÌ patriotique de serpillieÌ€res, pacifieÌ e aÌ€ force d’insinuations, de rumeurs et de menaces, y compris de la part des anarchistes et de la gauche « radicale  », appelant aÌ€ la vigilance face aux « infiltreÌ s et aux provocateurs  » et aÌ€ l’expulsion de tout ce qui porterait capuche ou n’aurait pas une attitude « approprieÌ e  ». On a donc vu les bons citoyens brailler « somgent de pau  » [« nous sommes des gens de paix  »] et acclamer la police catalane, comme de gentils moutons, tout en insultant, expulsant, voire agressant ceux qui n’appliquaient pas le dogme du bon manifestant. La consigne eÌ tait claire : surtout pas de violence, pas de capuches ni de black blocks, pas de provocations ni de reÌ pliques aÌ€ la police et aux bandes de fachos espagnolistes qui cognaient dans tout Barcelone. Rien d’autre que le deÌ fileÌ au son de l’hymne patriotique et sous les drapeaux eÌ toileÌ s, symbole de la « libeÌ ration  » d’un peuple sans peur. Rien qui s’eÌ loigne du plan traceÌ . Et en cas de violence, il faut se laisser frapper pour que le monde entier puisse voir le lendemain, en une des journaux et aux JT du midi, qui sont les bons deÌ mocrates pacifiques et qui sont les meÌ chants oppresseurs fascistes. Quoi qu’il arrive, continuer de suivre la partition du Govern.

D’aucuns en sont venus aÌ€ cataloguer tout cela comme une reÌ volution ; mais s’il s’agit bien d’une reÌ volution, c’est assureÌ ment une reÌ volution citoyenniste libeÌ rale-deÌ mocrate. Bien que certains se fassent des illusions ou tentent de nous faire avaler que l’indeÌ pendance est la seule solution ou le remeÌ€de deÌ finitif aÌ€ tous les maux, personne ne doit s’attendre aÌ€ quelque eÌ mancipation reÌ elle, ni aÌ€ aucune libeÌ ration, ni aÌ€ aucun autre changement que la couleur du drapeau qui flotte. De toute façon, pour nous, ces mobilisations ont une date de peÌ remption. ApreÌ€s le « zeÌ nith  » des premiers jours d’octobre vient maintenant la deÌ gringolade, aÌ€ mesure que le Govern baisse son pantalon. Nous ne dirons pas que la normaliteÌ reprend le dessus car la normaliteÌ n’a jamais cesseÌ . L’ordre en vigueur n’a pas eÌ teÌ briseÌ ; il en sort meÌ‚me renforceÌ . VoilaÌ€ les veÌ ritables gagnants de tout ce show : l’EÌ tat et les institutions. Peut-eÌ‚tre que nous nous trompons, et qu’il y aura vraiment une escalade que nous ne pouvons preÌ voir. Mais si cela se produit, les anar- chistes doivent descendre dans la rue avec leur discours propre, en force, et sans crainte d’attaquer et de montrer les dents face aÌ€ quiconque se met en travers, en eÌ vitant de tomber dans le pieÌ€ge et d’eÌ‚tre des marionnettes aux mains d’inteÌ reÌ‚ts eÌ tatistes ou nationalistes, en eÌ vitant de faire le jeu d’un patriotisme reÌ pugnant, quand bien meÌ‚me il se preÌ tendrait « rebelle  » ou « anticapitaliste  ». TaÌ‚chons d’apprendre de nos erreurs et des leçons que l’histoire lointaine et proche nous ont laisseÌ es, et soyons prudents quant aux amis que nous choisissons. L’issue la plus favorable de toute cette affaire serait que nous puissions faire deÌ border la situation et creÌ er les tensions neÌ cessaires pour faire passer le conflit aÌ€ un autre niveau, non seulement contre l’EÌ tat espagnol ou le gouvernement catalan, mais contre le monde qui creÌ e et neÌ cessite les EÌ tats et les nations.

AÌ€ bas tous les EÌ tats, toutes les patries, toutes les nations ! Brisons la paix sociale !

Des anarchistes de Barcelone
16 octobre 2017

Notes :

1 Voir TomaÌ s IbaÌ ñez : « PerplexiteÌ s intempestives sur l’actualiteÌ du moment  » (26 septembre) http://www.lavoiedujaguar.net/Sur-l-actualite-catalaniste-du ; « Quelques certi- tudes  » (3 octobre) http://www.lavoiedujaguar.net/Quelques-certitudes ; « Orages sur la Catalogne  » (11 octobre) http://www.lavoiedujaguar.net/Orages-sur-la-Ca- talogne

2 Voir Miquel AmoroÌ s : « Lettre aÌ€ TomaÌ s IbaÌ ñez sur “PerplexiteÌ s intempestives† » (27 sep- tembre) http://lavoiedujaguar.net/Lettre-a-Tomas-Ibanez-sur

3 Le texte a eÌ teÌ publieÌ sur Indymedia-Nantes et repris sur d’autres sites et blogs.

4 ConvergeÌ€ncia i UnioÌ , coalition nationaliste catalane libeÌ rale et deÌ mocrate-chreÌ tienne. Son implosion, en 2015, donna naissance, en 2016, par transformation d’une de ses composantes – ConvergeÌ€ncia demoÌ€crata de Catalunya (CDC) – en Partit DemoÌ€crata Europeu CatalaÌ€ (PDE- CAT), aÌ€ une coalition indeÌ pendantiste de gouvernement avec la Candidatura d’Unitat Popular (CUP), organisation se deÌ finissant comme de « gauche radicale, anticapitaliste et feÌ ministe  ». Le centriste mais treÌ€s indeÌ pendantiste Carles Puigdemont est investi par cette coalition preÌ sident de la GeÌ neÌ raliteÌ de Catalogne le 10 janvier 2016.– [NdEÌ ]

5 AssembleÌ e nationale catalane : association indeÌ pendantiste. – [NdEÌ ]

6 Le corps des « Mossos d’escuadra  » est la police catalane. – [NdEÌ ]

7 Le Govern est le gouvernement de Catalogne, parfois appeleÌ Conseil exeÌ cutif. Institution creÌ eÌ e par le statut d’autonomie catalan, il est chargeÌ de la direction de la politique et de l’administration locale de la GeÌ neÌ raliteÌ , dont il deÌ tient le pouvoir exeÌ cutif.
– [NdEÌ ]