Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : un parti d’extrême gauche présente une candidate voilée

France : un parti d’extrême gauche présente une candidate voilée

samedi 6 février 2010, par siawi2

Source : L’Humanité du 5 février 2010

Les femmes des cités stigmatisées

Le NPA espère se rallier « les banlieues  » en exhibant une candidate voilée. Et amalgame ainsi les habitantes des quartiers populaires àcelles qui se soumettent àDieu.

Qui peut reprocher aux femmes voilées de s’engager dans un parti  ? Le NPA s’honore d’en compter dans ses rangs. On aimerait qu’avec elles, comme avec l’ensemble des militants, il Å“uvre àun travail d’éducation populaire comme est censée le faire, en interne et en externe, n’importe quelle formation progressiste. Car on ne naît pas libre, on le devient  ! On ne naît pas anticapitaliste, on le devient  !

En exhibant une candidate àla tête recouverte d’un hidjab, effet religieux destiné àdissimuler ce que les yeux masculins ne sauraient voir, le parti d’Olivier Besancenot se place plutôt dans le registre politicien. Alors qu’il souffle sa première bougie dans un contexte particulièrement défavorable, il a trouvé dans cette affaire le moyen de capter l’attention. Qu’importe l’instrumentalisation, pourvu que le NPA se replace sous les projecteurs de l’actualité et apparaisse comme la victime de « la classe politique qui nous tombe dessus  », selon les termes du facteur « révolutionnaire  » sur I-Télé.

Pire, le NPA veut croire qu’en élevant ce signe religieux conservateur au rang d’étendard, il se ralliera « les banlieues  ». « La question qui se pose pour tout le monde, c’est de reprendre pied dans les quartiers populaires  », assure, péremptoire, le leader du parti d’extrême gauche.

Est-ce la méconnaissance de ces lieux, déjàsuffisamment stigmatisés par le pouvoir, qui pousse Olivier Besancenot àamalgamer les femmes des cités àcelles qui se voilent  ? Quel mépris, quel paternalisme dans cette volonté de les cantonner toutes dans un rôle de soumission àDieu ou àquiconque. Comme si les femmes des quartiers populaires, contrairement aux autres, étaient incapables de se révolter contre l’ordre patriarcal que les religions, quelles qu’elles soient, perpétuent.

Mina Kaci