Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > impact on women / resistance > Palestine: un évêque s’exprime sur l’occupation

Palestine: un évêque s’exprime sur l’occupation

Friday 19 March 2010, by siawi2

Michel Sabbah : « Libérer Israël du mal de l’occupation »

Source : L’Humanité du 18 mars 2010

Ainsi s’exprime l’évêque palestinien Michel Sabbah qui veut faire connaître le document commun Kairos Palestine affirmant le caractère « politique et non pas religieux » du conflit.

« Pour nous, le seul problème c’est l’occupation. Il faut que tout le monde le comprenne, et en premier lieu Israël. Notre but, c’est de délivrer la Terre sainte de ce mal qu’est l’occupation.

En délivrant les Palestiniens, nous en délivrerons aussi Israël. C’est le devoir des chrétiens de combattre le mal. Pour nous, chrétiens, l’occupation est un mal, un péché, une insulte àDieu. C’est pourquoi nous appelons àla combattre, mais par des moyens pacifiques, y compris des mesures de boycott et de sanctions prévues par le droit international. » Ainsi s’exprimait lundi soir àParis, devant une assemblée surtout composée de croyants, catholiques et protestants réunis, l’ancien patriarche latin de Jérusalem, Michel Sabbah.

Nommé par le pape Jean-Paul II, il fut en 1988 « le premier évêque palestinien depuis les croisades ». Et un militant infatigable de la réalisation des droits de son peuple. Il a repris son bâton de pèlerin pour faire connaître l’appel signé en décembre par les chrétiens de Terre sainte, Kairos Palestine (1). « Kairos, explique Michel Sabbah, c’est le moment de grâce. Le moment où il faut agir. Parce que depuis un an, avec le nouveau gouvernement israélien, nous sommes face àune impasse complète. Notre appel s’adresse àtous. Aux chrétiens d’abord, àtoutes les Églises et àtous les gouvernements du monde, mais aussi àIsraël et aux juifs.

Nous leur disons : “Nous nous sommes combattus, mais nous sommes capables d’amour, une fois l’occupation terminée et la justice rétablie†. » Il a appelé les Israéliens épris de paix àse joindre àce qui est avant tout une « démarche politique », car, insiste-t-il, « le conflit est avant tout politique, et non pas religieux ».

Françoise Germain-Robin

(1) On peut lire le document complet sur
www.chretiensdelamediterranee.com

notre dossier Palestine