Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > France: Art interdit?

France: Art interdit?

Tuesday 13 April 2010, by siawi2

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/12/815029-Villasavary-Un-recital-interrompu-par-des-extremistes.html#xtor=EPR-1

Villasavary: Un récital interrompu par des extrémistes

Bien sûr, c’est un témoignage, aussi dérangeant soit-il, pour nous Européens bien installés dans notre confort. Mais c’est avant tout une œuvre artistique, un récital parlé, chanté et dansé, par Perrine Fifadji, sur une mise en scène de Francis Haas, et produit par la compagnie Octan, compagnie itinérante du Lauragais. Danseuse et chanteuse d’origine béninoise, Perrine a recueilli les témoignages de cinq femmes clandestines, qui lui ont raconté leurs terribles épreuves. Raconter la misère du monde dérange, c’est vrai, mais dans notre démocratie, fort heureusement, ce n’est pas interdit. Ce n’est pas faire l’apologie des séjours irréguliers en France que de parler de ce qu’endurent les immigrés, et plus particulièrement les « immigrées », et plus spécialement encore les « immigrées clandestines ». C’est une manière louable de ne pas tourner la tête, comme beaucoup trop de gens le font. Mais qui sont ces donneurs de leçons, qui pensent avoir le droit d’interdire un spectacle ? Ils sont pourtant intervenus samedi soir à Villasavary, où à l’invitation de l’association ARTT, Perrine Fifadji se produisait. Vouloir interdire une œuvre artistique, voilà qui rappelle une époque, ou des personnes, brûlaient des livres… Ils étaient une dizaine, et refusaient de quitter les lieux faisant référence à la publicité de la pièce qui parlait soi-disant de « clandestinité illégale ». Ils clamaient haut et fort que cette pièce était interdite (interdite par qui ?), et qu’il ne fallait donc pas la jouer. Une manifestation musclée (à la limite, c’est ce genre de manifestation qui est interdite par la loi), qui a nécessité l’intervention du maire dans un premier temps, puis des gendarmes, joints par téléphone. Finalement, en fait de spectacle illégal, c’est grâce aux représentants de la Loi, qu’il a pu avoir lieu. Sous les huées, les perturbateurs se sont retirés.

Atteinte à la liberté de l’art

> Lucienne Kaminski, organisatrice de la soirée, était outrée. « Je suis scandalisée, c’est une atteinte inadmissible à la liberté de l’art, de la culture, et même à la liberté tout court ». Et d’ajouter, « la pièce s’est déroulée, Perrine Fifadji, a été remarquable de justesse et d’émotion ».

> Pour conclure, la présidente précisait « Villasavary est un village ouvert et tolérant, ce n’est pas un groupuscule insignifiant qui va imposer sa loi ».