Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Loi de 1905 : ne pas jouer avec le feu

France : Loi de 1905 : ne pas jouer avec le feu

Appel des 113 : nous nous opposons aux modifications de la loi de 1905

mardi 22 janvier 2019, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/societe/loi-de-1905-ne-pas-jouer-avec-le-feu

Photo : Aux Bernardins, en avril dernier, Emmanuel Macron a défendu une vision plutôt anglo-saxonne de l’espace démocratique. - ludovic MARIN / POOL / AFP

Loi de 1905 : ne pas jouer avec le feu

Par Natacha Polony

Publié le 01/01/2019 à19:34


« Marianne » s’associe àl’appel contre les modifications de la loi de 1905, lancé par le Comité Laïcité République et de nombreuses autres associations. La volonté de réduire la laïcité àun principe de « neutralité de l’Etat » est une distorsion du principe laïque.
Un appel lancé Le 01.01.2019 à19h38

L’appel lancé par le Comité Laïcité République, auquel Marianne s’associe, est consultable sur notre site ( Voir également ci dessous). La pétition est àretrouver sur change.org.

Les mots ont-ils encore un sens ? Les premiers éléments de réflexion autour du projet de révision de la loi de 1905 envisagée par Emmanuel Macron ont de quoi en faire douter. Qu’il faille lutter contre le maquillage d’associations cultuelles sous le statut d’association culturelle est une chose. Mais le projet ne se résume pas àcela. Et il porte en lui toutes les ambiguïtés qui ont pointé jusqu’àprésent dans le discours macronien.

Lire aussi
Appel des 113 : nous nous opposons aux modifications de la loi de 1905

Faut-il le préciser une fois de plus, la loi de 1905, de séparation des Eglises et de l’Etat, ne contient pas le mot « laïcité  ». Parce que la laïcité est un principe politique, au fondement de notre organisation de l’espace public et de notre conception de la communauté des citoyens, et non un simple principe juridique. Mais dans le long processus de sécularisation de l’Etat qui a abouti àune République fondée sur la recherche du bien commun par des citoyens souverains et émancipés, la loi de 1905 est une étape fondamentale en ce qu’elle concrétise dans le droit l’égalité entre tous les citoyens et la possibilité pour eux de n’être pas réduits àleurs croyances réelles ou supposées. La religion appartient àla sphère privée et l’Etat, pour préserver la concorde civile, garantit que l’espace public ne sera nullement confisqué par des intérêts particuliers (le principe politique de la laïcité ne se réduit d’ailleurs pas àla question religieuse puisqu’il protège le bien commun de toutes les appropriations par des intérêts particulier, religieux, idéologiques ou financiers).

La volonté des principaux porte-parole de la République en marche, depuis plusieurs mois, de réduire la laïcité à« un principe libéral  » de « neutralité de l’Etat  », faisant écho aux propos d’Emmanuel Macron face àla Conférence des Evêques de France, lorsqu’il disait vouloir « réparer le lien  » entre l’Etat et l’Eglise catholique, est une distorsion du principe laïc, dont on pressent que la révision de la loi de 1905 doit être l’instrument.

Vision anglo-saxonne de Macron

Disons les choses sans ambages : nous sommes confrontés àune remise en cause majeure de notre mode républicain d’organisation de l’espace public, non seulement de la part d’un islam dont certains représentants entendent imposer àla République une existence en tant que communauté, mais également, et de façon concomitante, par une vision anglo-saxonne de l’organisation démocratique, reposant sur la coexistence de ces communautés dans l’espace public plutôt que sur l’émancipation des citoyens considérés en tant qu’individus échappant àtoute assignation. Toutes les déclarations d’Emmanuel Macron sur ces questions le situent du côté de cette vision plutôt que du côté de la tradition d’une laïcité àla française.

Une telle révision de la loi répondrait-elle, de toute façon, aux problèmes que nous pose aujourd’hui l’émergence d’un islamisme radical instaurant un séparatisme au sein des sociétés occidentales et s’appuyant sur des valeurs contraires ànotre vision commune, par delàles convictions religieuses et les origines, de la liberté ou des rapports hommes-femmes ? C’est tout le débat politique. Il doit être mené pleinement.

°°°

Source : https://www.marianne.net/debattons/tribunes/appel-des-113-nous-nous-opposons-aux-modifications-de-la-loi-de-1905

Appel des 113 : nous nous opposons aux modifications de la loi de 1905

Publié le 01/01/2019 à19:23

Comité Laïcité République

Le Comité Laïcité République, ainsi qu’une trentaine d’autres associations et de nombreuses personnalités s’associent pour exprimer leur attachement àla loi de séparation des Eglises et de l’Etat 1905. Ils s’élèvent contre toute révision de ce texte, même sous prétexte de lutter contre des menées communautaristes.

Depuis 113 ans, la Loi de séparation des Églises et de l’État est un texte fondateur de notre République. Cette loi et nulle autre, assure la liberté de conscience et affirme sans ambiguïté ni faux-semblants que la République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. Elle garantit le libre exercice des cultes assuré par des associations dont l’objet et le patrimoine doivent être strictement cultuels.

Par l’esprit et la lettre, elle œuvre au rassemblement des êtres humains par-delàleurs différences. Avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, elle est au cœur du fonctionnement de notre vie collective, elle est le moteur du développement de nos libertés, elle contribue de manière décisive àl’égalité entre tous les citoyens quelles que soient leurs convictions.

La Loi de 1905 est la clé de voà»te de l’édifice démocratique et républicain qui nous abrite et l’expression de l’idéal de justice et de fraternité universelle qui nous anime. Le principe de laïcité qui en découle est si fondamental qu’il a été inscrit àl’article 1er de notre Constitution.

Par l’universalité des principes qu’elle affirme et des dispositions qu’elle édicte, la Loi de séparation s’applique àtous les cultes et pose le principe de leur adaptation àla société républicaine. Non l’inverse.

L’organisation d’un culte ne regarde pas l’Etat

Les signataires de l’appel sont conscients des inquiétudes soulevées par les menées communautaristes et par les dérives intégristes de l’islamisme politique, qui affaiblissent la société française. L’organisation du culte musulman, la transparence de ses financements et le contrôle du respect de l’ordre public par les organes cultuels sont les trois préoccupations que met en avant le gouvernement pour envisager la révision de la Loi de séparation.

En aucun cas la modification de cette Loi ne saurait être l’un des moyens de droit permettant de résoudre ces graves problèmes. L’organisation d’un culte et a fortiori ses principes théologiques ne regardent pas l’État mais les croyants et les pratiquants. La transparence du financement privé des cultes peut être assurée par des mesures de police fiscale et par des contrôles étroits autorisés par les lois françaises. La police des cultes est déjàentièrement contenue dans la Loi de 1905. Quant àla lutte contre les menées subversives et terroristes, elle ne relève pas de cette loi.

Au moment où l’unité citoyenne et la paix sociale sont mises en péril, il ne peut être question d’affaiblir leurs fondations en ouvrant la voie aux exigences de tous les groupes de pression et en relativisant le caractère inviolable de leurs principes.

C’est pourquoi les signataires demandent àtous les citoyens et toutes les citoyennes, toutes les associations, tous les syndicats, tous les partis politiques républicains de se rassembler autour de cet appel pour en faire une très large pétition nationale exigeant le respect de la Loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905.

Cette pétition est àretrouver sur change.org.ICI

ASSOCIATIONS :

Agir pour la laïcité et les valeurs de la République ; Association des libres penseurs de France (ADLPF) ; Association Européenne de la Pensée Libre (A.E.P.L) ; C.A.E.D.E.L.– Mouvement Europe et Laïcité ; Comité 1905 PACA ; Comité Laïcité République (CLR) ; Conseil National des Associations Familiales Laïques (C.N.A.F.A.L) ; EGALE ; Esprit Laïque ; Fédération française du Droit Humain ; Fédération nationale des DDEN ; Femmes sans voile d’Aubervilliers ; Forces Laïques ; Fraternelle parlementaire (FRAPAR) ; Grand Orient de France ; Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité ; Grande Loge Féminine de France (GLFF) ; Grande Loge Mixte de France (GLMF) ; Grande Loge Mixte Universelle (GLMU) ; la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) ; Laïcité Liberté ; Le Chevalier de la Barre ; Les VigilantEs, réseau féministe universaliste et laïque ; Liberté de conscience (Luxembourg) ; Libres MarianneS ; Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) ; Lumières laïques – Cercle Maurice Allard ; Ni Putes Ni Soumises ; Observatoire de la Laïcité de Provence (O.L.P.A) ; Observatoire de la Laïcité de Saint-Denis ; Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise ; Regards de Femmes ; Réseau 1905 ; Réseau féministe « Ruptures » ; Syndicat de l’inspection de l’Éducation nationale (SI.EN-UNSA) ; Union des Familles Laïques (UFAL) ; Viv(r)e la République

PERSONNALITÉS :

ABERGEL Gilbert Psychanalyste 1er vice-président du CLR ; ARAMBOUROU Charles Magistrat financier honoraire, militant laïque ; ARTANO Stéphane Sénateur ; ASTRE Louis Ancien secrétaire national àla FEN ; BADINTER Elisabeth Philosophe, femme de Lettres, militante féministe ; BARBÉRIS Isabelle Maître de conférences en arts du spectacle àl’université Paris Diderot ; BATAILLE Christian Ancien député ; BENSOUSSAN Georges Historien, Prix National de la Laïcité 2018 ; BIARD Gérard Rédacteur en chef de Charlie Hebdo ; BOUDJAHLAT Fatiha Professeur, essayiste, militante laïque ; BOUGUEREAU Jean-Marcel Journaliste ; BRASSEUR-DELCOURT Gery Membre du Bureau National et de la Commission Europe du MRSL ; BRET Marika DRH de Charlie Hebdo ; BRUCKNER Pascal Essayiste, romancier ; CABOTTE-CARILLON Monique Présidente du CEDEC (Chrétiens pour une Eglise Dégagée de l’Ecole Confessionnelle) ; CAILLE Laure Présidente Libres MarianneS ; CATTAN Sarah Journaliste ; CERF Martine Co-directrice du Dictionnaire de la laïcité ; CHANGEUX Jean-Pierre Professeur honoraire au Collège de France, ancien président du Comité consultatif national d’éthique, Médaille d’Or du CNRS, Prix mondial des sciences Albert-Einstein, Prix Sciences et Laïcité 2018 ; CHEVRIER Guylain, Docteur en Histoire, enseignant (Paris XIII) et formateur en travail social. Vice-président du CLR ; COLIN Armand Secrétaire générale d’Egale ; COSTA-LASCOUX Jacqueline Directrice de recherche au CNRS ; COUTEL Charles Philosophe, professeur des Universités ; DARY Michel Adjoint au Maire de Marseille délégué àla Laïcité, conseiller métropolitain ; DELFAU Gérard Ancien sénateur ; DJAVANN Chahdortt Essayiste, romancière, Prix international de la Laïcité 2003 ; DORAGHI Sarah Journaliste, Mention internationale Prix de la Laïcité 2018 pour les femmes iraniennes ; EL FANI Nadia Cinéaste, Prix international de la Laïcité 2012 ; ENGEL Pascal Philosophe, directeur de recherche àl’EHESS ; EL RHAZOUI Zineb Journaliste et militante des droits de l’homme Présidente du Jury des Prix de la Laïcité 2018 ; FALORNI Olivier, député ; FOUREST Caroline Éditorialiste et réalisatrice, Prix national de la Laïcité 2005 ; FOUSSIER Philippe Journaliste, ancien président du Comité Laïcité République ; FRASSA Christophe-André Sénateur, Président de la Fraternelle parlementaire ; FREGOSI Renée Philosophe, Politologue ; GAUCHET Marcel Historien, Philosophe, Directeur d’études émérite àl’EHESS, Rédacteur-en-chef du Débat ; GAUDRAY Christian Président de l’UFAL ; GLAVANY Jean Ancien ministre ; GRAS Jean-Paul Président UD DDEN77 ; GUGLIELMI Philippe, Président d’honneur de laïcité liberté ; GUIROUS Lydia Essayiste, porte-parole des Républicains ; HABCHI Sihem Ancienne présidente de NPNS ; HABIB Claude Professeur émérite àLa Sorbonne Nouvelle, essayiste ; HABRANT Edouard Grand Maître de la Grande Loge Mixte de France ; HANNOUN Michel ancien député ; HEINICH Nathalie Sociologue ; HENRY André Ancien ministre ; HORWITZ Marc Co-directeur du Dictionnaire de la laïcité, Armand Colin ; d’IRIBARNE Philippe Directeur de recherche au CNRS ; JULLIARD Jacques Éditorialiste àMarianne ; KERBARH Stéphanie Députée ; KESSEL Patrick Journaliste, Essayiste, Président d’honneur du Comité Laïcité République ; KHALDI Eddy Président de la Fédération nationale des DDEN ; KINTZLER Catherine Philosophe, Prix National de la Laïcité 2014 ; KONOPNICKI Guy Écrivain et journaliste. Chroniqueur àMarianne ; LABORDE Françoise Journaliste, essayiste, ancienne membre du CSA, président du Jury des Prix de la Laïcité 2018 ; LABORDE Françoise Sénatrice ; LAFOUGE Jacques Auteur, essayiste, vice-président du CLR ; LAIGNEL André Ancien ministre, Maire d’Issoudun, 1er vice-président délégué de l’Association des Maires de France ; LAURENT Jean-Luc Ancien député, Président du MRC ; LE DOARÉ Christine Juriste, militante féministe universaliste et laïque, co-fondatrice des VigilantEs ; LE NÉOUANNIC Guy Ancien Secrétaire Général de la FEN ; LEFEBVRE Barbara Enseignante et essayiste, auteur membre du collectif « Les Territoires perdus de la République » ; LEGRAS Bernard Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Vice-président du Comité Français des Sciences Historiques (CFSH) ; LENGAGNE Guy Ancien secrétaire d’État chargé de la Mer ; LEPAGE Corinne Avocate, Ancienne ministre de l’Environnement ; LEPERRE-VERRIER Odile Ancienne parlementaire européenne ; LOUIZI Mohamed Ingénieur, Essayiste, militant laïque ; MACÉ-SCARON Joseph Journaliste, Essayiste, Président du Jury des Prix de la Laïcité 2016 ; MANENT Pierre Philosophe, Directeur d’études àl’EHESS ; MARCHAND-TAILLADE Laurence Présidente de Forces Laïques ; MIS Jean-Michel Député ; PEÑA-RUIZ Henri Philosophe et écrivain, ancien membre de la Commission Stasi sur l’application du principe de Laïcité dans la République, Prix National de la Laïcité 2014 ; PINA Céline Auteur, Essayiste ; PINEL Sylvia Co-présidente du Mouvement Radical Libéral et Social ; POLONY Natacha, Journaliste, directrice de la rédaction de Marianne ; RAFFIN Nicole Militante laïque féministe ; RAVET Bernard Auteur de « Principal de Collège ou Imam de la République », élu local ; ROBERT Nathalie Assistante parlementaire ; ROSSI Laurianne Députée, Questeure de l’Assemblée Nationale ; ROUDY Yvette Ancienne ministre des droits des femmes ; ROUMAGNAC Patrick Secrétaire général du SI.EN-UNSA Syndicat de l’inspection de l’Éducation nationale ; ROZIERE Viriginie Députée européenne, Co-présidente Les Radicaux De Gauche ; SAINT-ANDRE Stéphane ancien député et ancien maire de Béthune Co-président Les Radicaux De Gauche ; SAKOUN Jean-Pierre Président du Comité Laïcité République ; SANSAL Boualem Auteur, Prix International de la Laïcité 2018 ; SAUGUE Odile Membre honoraire du Parlement ; SCOT Jean-Paul Historien ; SUGIER Annie Présidente de la Ligue Internationale du Droit des Femmes ; TAGUIEFF Pierre-André Politologue, historien des idées, directeur de recherche honoraire au CNRS ; THIRIOT Françoise Secrétaire générale Libres MarianneS ; THOMAS Alain Maire de Savas, Ardèche ; TIERCELIN Claudine Philosophe, Professeur au Collège de France, Membre de l’Institut ; VALENTIN Caroline Avocate, essayiste, co-auteur de « Une France soumise, Les voix du refus » ; VANHOUTTE Didier Premier président du CEDEC (Chrétiens pour Eglise Dégagée de l’Ecole Confessionnelle) ; VIANES Michèle Présidente de Regards de Femmes ; VICTORY Michèle Députée ; VIVIEN Alain Ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères ; ZILBERG Arlette Ancienne Maire-adjointe Paris XXème, militante féministe, co-fondatrice des VigilantEs

°°°

SIGNEZ LA PETITION : ici