Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Le Pape confronté àde nouveaux scandales sexuels dans l’Église

Le Pape confronté àde nouveaux scandales sexuels dans l’Église

mercredi 6 février 2019, par siawi3

Source : http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2019/02/05/01016-20190205ARTFIG00258-le-pape-face-a-d-autres-scandales-sexuels.php


Le Pape confronté àde nouveaux scandales sexuels dans l’Église

Par Jean-Marie Guénois
Envoyé spécial àAbu Dhabi

Le Figaro.fr avec AFP

Mis àjour le 05/02/2019 à20h25 | Publié le 05/02/2019 à20h15

De retour de son voyage àAbu Dhabi, dédié au dialogue entre les religions, François a reconnu que l’Église affrontait, outre la pédophilie, des affaires de mÅ“urs : l’abus de religieuses par des prêtres et des évêques.

°

Interrogé par la presse, dans l’avion qui le ramenait, mardi, d’Abu Dhabi àRome, le pape François a reconnu qu’il affrontait, après la pédophilie, un autre genre de scandales sexuels dans l’Église : celui de certains « prêtres » ou « d’évêques » qui ont abusé sexuellement de « religieuses ». Et ce jusqu’àdes formes « d’esclavage sexuel », a-t-il affirmé, sans évoquer directement le nom d’une congrégation. Il a aussi rendu un hommage appuyé àBenoît XVI qui, le premier, a affronté « avec force » ce genre de scandales jusque-làtabous.
Son nouveau porte-parole, Alessandro Gisotti, a formellement confirmé, sitôt la conférence de presse - et après avoir « directement vérifié » auprès de François -, que la congrégation où des agressions sexuelles se sont produites sur des religieuses était la congrégation française « de Saint-Jean ». Celle-ci fut, du reste, l’une des premières dans l’Église catholique àoser reconnaître, par une lettre ouverte publiée en mai 2013, des « gestes contraires àla chasteté » de la part de son fondateur.

Rompre avec la culture du « secret »

L’étalage de ce nouveau type de scandales tire son origine de l’Union des Supérieures majeures, qui regroupe toutes les congrégations féminines du monde. En novembre 2018, elles ont explicitement demandé aux religieuses de rompre avec la culture du « secret » pour dénoncer civilement les prêtres ou les supérieurs qui auraient abusé d’elles. Le sujet a également été largement traité, courant janvier, dans les très sérieuses pages du supplément féminin de l’Osservatore Romano, le journal officiel du Saint-Siège. Mais jamais encore le Pape n’avait évoqué publiquement ce genre d’affaires.

[(« Le pape Benoît XVI - et je veux le souligner - est un homme qui a eu le courage de faire beaucoup » contre les abus sexuels visant les religieuses
Le pape François)]

« C’est vrai, c’est un problème », a donc confié le Pape. « Il est vrai que des clercs ont fait cela dans l’Église, notamment dans certaines civilisations, car ce n’est pas une chose partout répandue. Des prêtres mais aussi des évêques », a-t-il précisé.
Le Pape a aussi expliqué que « des cas existent encore » et que ces affaires viennent « de loin ». Assurant toutefois : « Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier. Nous avons suspendu plusieurs clercs qui ont été renvoyés pour cette raison. »

Puis il a ajouté : « Je ne sais si le procès est terminé mais nous avons aussi dissous quelques congrégations féminines qui ont été très liées àcette corruption. » En l’occurrence la congrégation des sÅ“urs « de Saint-Jean », selon ce que François a fait préciser. Il s’est aussi livré àun vif plaidoyer en faveur de « Benoît XVI qui a eu le courage de dissoudre une congrégation féminine […] parce que s’y était installé cet esclavage des femmes ». Il a alors dressé cet éloge de son prédécesseur : « Le pape Benoît XVI - et je veux le souligner - est un homme qui a eu le courage de faire beaucoup » en ce domaine.

François a alors révélé que « Joseph Ratzinger », alors préfet de la Doctrine de la foi, avait été bloqué pour que cette affaire n’aboutisse pas. « Il avait tous les documents et pièces sur une organisation religieuse où il y avait de la corruption, une corruption sexuelle, économique et sexuelle. Il avançait dans l’enquête mais il y avait des filtres qui agissaient pour que cela ne puisse pas aboutir. […] Mais, devenu pape, la première chose que Benoît XVI ait faite a été de faire remonter ces archives pour se remettre au travail », a-t-il précisé.