Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Repression judiciaire du mouvement social

France : Repression judiciaire du mouvement social

mercredi 13 février 2019, par siawi3

Source : https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/12/le-gilet-jaune-dettinger-devant-la-justice-ce-qui-se-cache-derriere-le-bilan-hors-norme-des-condamnations_a_23667903/?utm_hp_ref=fr-homepage

13/02/2019 04:07 CET | Actualisé il y a 52 minutes

Le gilet jaune Dettinger devant la justice : ce qui se cache derrière le bilan hors norme des condamnations
Jamais un mouvement social n’avait débouché sur autant de condamnations.

Par Anthony Berthelier

Image : Le gilet jaune Dettinger devant la justice : ce qui se cache derrière le bilan hors-norme des condamnations
Reuters

JUSTICE - 1800 condamnés, 1200 en attente de jugement. Édouard Philippe a donné en début de semaine un premier bilan judiciaire de la fronde des gilets jaunes. Ce mercredi 13, c’est au tour de Christophe Dettinger de passer devant la justice. Une comparution très attendue tant les images de l’ancien boxeur frappant des policiers sur une passerelle au-dessus de la Seine lors de l’acte VIII du mouvement, avaient choqué une partie de l’opinion et galvanisé certains gilets jaunes.

Cet ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, devenu star des pages Facebook dédiées au mouvement, doit être jugé pour « violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique. » Un délit passible de sept ans d’emprisonnement pour ce père de trois enfants au casier judiciaire vierge.

Au total 1796 manifestants ont déjàécopé d’une peine allant de l’amende àla prison ferme. « Plus de 1300 comparutions immédiates ont été organisées et 316 personnes ont été placées sous mandat de dépôt », expliquait Édouard Philippe devant l’Assemblée nationale, comme vous pouvez le voir ci-dessus. Un bilan particulièrement massif -aucun mouvement social n’a jamais engendré une telle réponse judiciaire- qui cache quelques enseignements sur la composition ô combien hétéroclite de la mobilisation et sur la colère qui se déchaîne verbalement et physiquement depuis la fin novembre 2018.

Des pères de famille àbout...

Dans le détail, les gilets jaunes poursuivis comparaissent pour des faits de violences volontaires, de dégradations, de menaces, de rébellion et outrage ou encore de port d’arme prohibé. Une immensité de délits qui raconte l’hétérogénéité d’un mouvement qui descend dans les rues samedis après samedis après avoir organisé des occupations de ronds-points et autres blocages de périphérique.

À Caen, quatre gilets jaunes ont par exemple été condamnés vendredi 1er décembre àdes peines allant de neuf mois àdeux ans et demi de prison ferme, notamment pour blessures volontaires sur des gendarmes. Parmi eux, deux hommes de 20 et 40 ans, employé agricole pour le premier et chômeur pour le second, ont connu àcette occasion leur premier passage devant le tribunal. Des personnes « rassemblées par de grandes souffrances familiales et personnelles » selon leur avocate, qui n’avaient pas le profil de casseur.

Comme ces manifestants caennais, ils ont été nombreux àplaider l’accès de rage pour expliquer leurs gestes. Le 10 décembre, un trentenaire vivant àBagnols-sur-Cèze près d’Avignon était condamné àun mois de prison avec sursis pour avoir envoyé des projectiles sur les forces de l’ordre deux jours plus tôt àParis. Ce père de deux enfants, auto-entrepreneur gagnant 1200 euros par mois se défendait en expliquant qu’il avait vu rouge en étant la cible d’un tir de flashball, ce qui l’aurait poussé àjeter des « petits morceaux de bitumes »

« Je n’étais pas làpour la casse, je ne suis pas un casseur, pas un voyou. J’ai fait 6 heures de route pour me retrouver tout seul ici avec des ecchymoses », regrettait le trentenaire prénommé Damien lors de son passage devant la justice selon un article de France Inter.

Christophe Dettinger explique lui aussi qu’il a réagi en réponse àla violence des forces de l’ordre. Lors de sa brève comparution devant le tribunal, le 9 janvier, il avait dit « regretter (ses) actes » et demandé un délai pour préparer sa défense. Ce père de trois enfants au casier judiciaire vierge avait expliqué avoir eu un accès de colère après avoir « vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol ».

... aux casseurs professionnels

Outre ces pères de famille éprouvés par des semaines de lutte, d’autres plaident la malchance ou le concours de circonstance. C’est le cas par exemple de Valentin, un jeune homme âgé de 22 ans et vivant chez ses parents dans un petit bourg de Haute-Marne. Présenté devant le juge en comparution immédiate pour « violences volontaires contre les personnes » lors de l’Acte IV du mouvement, il a alors expliqué qu’il avait simplement repoussé une grenade lacrymogène qui lui venait dessus. Quand au tournevis qu’il possédait dans son sac ? « Oublié pour le travail », selon ce carrossier-peintre au casier judiciaire vierge et impressionné par la solennité et les débats àen croire France Inter.

Le préfet de police Michel Delpuech dénonçait lui-même parmi les casseurs du 1er décembre 2018 « un très grand nombre de manifestants portant un gilet jaune » et qui n’ont pas hésité par « désinhibition » ou un effet d’« entraînement » à« se livrer eux aussi àdes violences injustifiables ».

Mais àleurs côtés se trouvaient également des militants bien plus aguerris, venus des rangs de l’ultragauche comme de l’ultradroite et bien décidés àen découdre avec les forces de l’ordre. Loin des profils iconoclastes des manifestants radicalisés, « ces personnes étaient visiblement rompues aux affrontements avec la police ou aux techniques pour incendier une barricade ou une voiture. Quand des grenades lacrymogènes étaient lancées par les policiers, ils donnaient des consignes aux manifestants et leur enjoignaient de ne pas paniquer et ’de ne pas courir’ », rapportait l’AFP début décembre.

Des membres de groupes extrêmes étaient présents tout au long des journées de mobilisation comme en témoignent de nombreux slogans anticapitalistes scandés dans la foule et l’inscription sur plusieurs murs et magasins de l’acronyme ACAB (All Cops Are Bastards, « tous les flics sont des bâtards ») régulièrement utilisé par la mouvance ultra-gauche.

Ainsi, six jeunes membres de mouvances d’extrême droite ont été condamnés mercredi 10 janvier àdes peines allant du sursis àtrois mois de prison pour leur « participation àun groupement en vue de commettre des dégradations » lors de la manifestation des gilets jaunes du 1er décembre. Agés de 20 à27 ans, ils ont tous été relaxés du chef d’association de malfaiteurs, pour lequel ils encouraient cinq ans d’emprisonnement.

Plusieurs d’entre eux ont été condamnés pour des dégradations en réunion, notamment des tags non loin de la place de l’Etoile, et l’un d’entre eux pour rébellion et outrage àagent lors de son arrestation. Des peines bien plus légères que celles requises par le procureur, qui avait demandé jusqu’àun an ferme contre des prévenus ayant « un niveau d’étude très supérieur àla moyenne » et « une passion commune pour la violence », loin du profil habituel des comparutions immédiates de gilets jaunes.