Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > INDE. Crimes d’honneur : les khap panchayats défient la Constitution (...)

INDE. Crimes d’honneur : les khap panchayats défient la Constitution indienne

Saturday 1 May 2010, by siawi2

Françoise Lanby

15 avril 2010

Source : L’Inde Aujourd’hui

http://www.aujourdhuilinde.com/actualites-inde-crimes-d-honneur-les-khap-panchayats-defient-la-constitution-indienne-5172.asp?1=1

Deux semaines après la condamnation àmort de cinq membres d’une même famille coupables d’un crime d’honneur, les conseils de village du nord de l’Inde ont fait entendre leur voix pour “préserver leurs traditions”.
Plus de 4000 personnes appartenant à36 khap panchayats se sont rassemblées ce mardi dans l’Haryana, et ont décidé de défier la Constitution Indienne. Leurs revendications ? Faire passer deux amendements, qui interdiraient les “mariages d’amour” non consentis par les parents, mais aussi les unions au sein de la même sous-caste ou gotra, considérés comme incestueuses. Les khap panchayats espèrent ainsi donner un poids légal aux diktats rétrogrades qu’ils imposent àleurs communautés.

Ils s’élèvent ainsi contre une décision historique de la cour suprême indienne, qui a décidé il y a trois semaines de condamner àmort 5 personnes accusées d’avoir commis un crime d’honneur. Les victimes, Manoj et Babli avaient ainsi été battus àmort, sur ordre de leur khap panchayat, pour s’être mariés au sein de la même gotra ou sous-caste.

Ancrés àleurs traditions, les khap panchayats, s’insurgent contre l’Hindu Marriage Act de 1955, le code qui régit tous les mariages des milieux hindous, sikhs et jain. Ce texte de loi ne bannit pour l’instant que les mariages incestueux au sens propre , pas les mariages inter-gotra. De plus, le Marriage Act autorise les “court marriage”, soit une union reconnue par les autorités, sans que le consentement de la communauté ne soit requis.

“Dans l’état actuel, la loi donne un certificat et assure même une protection policière pour un frère et une sÅ“ur (des membres de la même gotra, aucun lien de parenté direct, ndlr) qui se marient”, déclarait mardi Om Parkash Dhankhad au quotidien The Hindu. Autre argument : les mariages inter-gotra seraient aussi àl’origine du… fémicide. “Nous avons lancé de nombreuses campagnes contre le fémicide…mais un amendement àl’Hindu Marriage Act qui bannirait les mariages inter-gotra serait encore plus efficace”, a commenté pour le Times of India Buphinder Singh Hooda, chef du gouvernement de l’Haryana.

Du côté des opposants aux khap panchayats, l’agacement est perceptible. Le ministre de l’Intérieur, P. Chidambaram, songe ainsi depuis 2009 àréguler via deux lois distinctes, àla fois le problème des crimes d’honneur et celui des khap panchayats, en sanctionnant sévèrement les premiers et en rendant illégaux les seconds.“Dans quelques cas, si une punition exemplaire est appliquée aux auteurs de ces crimes, cela servira de message”. La peine capitale prononcée contre les meurtriers de Manoj et Babli est en effet très rarement requise par la Justice indienne.

Avec le rassemblement de mardi, l’Haryana voit ànouveau sa réputation entachée par des pratiques d’un autre âge, qu’il s’agisse du foeticide ou des crimes d’honneur. Mais la décision prise par la cour suprême apparaît comme un signe d’espoir, tout comme la fermeté du gouvernement.

Après tout, l’Inde avait déjàpar le passé réussi àbannir une autre “tradition” barbare, le sati ou l’immolation par le feu des veuves. Rendu illégal au 19ème siècle par les colons britanniques, le sati a définitivement disparu avec le Prevention of Sati Act de 1987, hormis quelques cas très rares.