Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Élections Européennes : l’internationale des extreme-droites

Élections Européennes : l’internationale des extreme-droites

dimanche 19 mai 2019, par siawi3

Source : http://www.lefigaro.fr/elections/europeennes/europeennes-l-article-a-lire-pour-comprendre-quel-poids-pourrait-avoir-l-alliance-salvini-le-pen-20190519

Élections Européennes

Européennes : l’article à lire pour comprendre quel poids pourrait avoir l’alliance Salvini-Le Pen

Par Alexis Feertchak

Mis à jour le 19/05/2019 à 15:46 Publié le 19/05/2019 à 15:01

FOCUS - Le chef de la Ligue italienne et la présidente du RN font déjà partie du même groupe parlementaire européen. Leur souhait d’élargir cette alliance pourrait leur permettre de compter davantage dans l’hémicycle à Strasbourg.

Photo : Samedi 18 mai, le dirigeant italien Matteo Salvini a réalisé son grand raout à Milan aux côtés de Marine Le Pen et des responsables d’une dizaine d’autres partis européens qualifiés selon les moments de souverainistes, d’eurosceptiques, de nationalistes ou de populistes.

 » LIRE AUSSI - À Milan, Salvini affirme son leadership sur le camp nationaliste européen

Marqué par le scandale qui touche leur allié du FPÖ en Autriche, le rendez-vous a néanmoins illustré la volonté du tandem Le Pen - Salvini de réussir leur objectif d’une grande alliance antisystème au Parlement européen, pour faire changer l’Europe de l’intérieur. Reste néanmoins à savoir quelle sera l’étendue de cette alliance. Selon le nombre de sièges qu’ils obtiendront le 26 mai au soir, les marges de manœuvre des « eurosceptiques » seront plus ou moins grandes. Nous faisons le point.

● Actuellement, quels groupes « eurosceptiques » existent au Parlement européen ?

Depuis 2014, il existe deux groupes « eurosceptiques » qui totalisent 78 députés européens (sur 751 députés, soit 10,4%).

Le premier est le Groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) qui compte 41 eurodéputés et qui est présidé par le britannique Nigel Farage. Le plus gros des troupes est représenté par son parti, le Brexit Party (14 eurodéputés). Mais il faut ajouter le mouvement cinq étoiles (M5S) italien qui en compte 11. Il y a aussi les 2 députés européens de DLF (Nicolas Dupont-Aignan) et les 2 des Patriotes (Florian Philippot).

Le second est le Groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL) qui compte 37 eurodéputés et qui est coprésidé par Nicolas Bay (RN) et le Néerlandais Marcel de Graaf (Parti pour la Liberté - PVV). Les principaux partis représentés sont les 15 députés du RN (France), les 6 députés de la Ligue (Italie), les 4 députés du FPÖ (Autriche), les 4 députés du PVV (Pays-Bas).

Ces deux formations « eurosceptiques » sont à mettre en parallèle avec les deux plus grands groupes européens, le Groupe du Parti Populaire européen (PPE) qui compte 216 députés de droite (29% du Parlement) et l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D) qui compte 187 députés de gauche (25%).

Nota Bene : il faut distinguer les « groupes parlementaires européens » et les « partis politiques européens », eux-mêmes différents des partis politiques nationaux. Par exemple, le RN fait partie du parti politique européen MENL (mouvement pour l’Europe des nations et des libertés), principale composante du groupe parlementaire ENL (Groupe Europe des Nations et des Libertés). Par souci de clarté, nous évoquons ici les partis nationaux et les groupes européens, et non les partis européens.

● Et dans le prochain Parlement européen ?

Marine Le Pen (RN) et Matteo Salvini (La Ligue) rêvent depuis des mois de former un grand groupe européen défendant une « Europe des nations ». Comparé à la précédente mandature, c’est cette fois-ci La Ligue et non plus le Rassemblement National qui devrait réunir le gros des troupes. Le PVV (Pays-Bas) et le FPÖ (Autriche) devraient toujours représenter des forces d’appoint, de même qu’une dizaine d’autres partis européens déjà alliés qui comptent très peu d’élus : Vlaams Belang (Belgique), Congrès de la Nouvelle droite - KNP (Pologne), Nea Dexia (Grèce), EKRE (Estonie), Sme Rodina (Slovaquie), SPD (République Tchèque), Volia (Bulgarie) et Ukip (Royaume-Uni). Pour ce dernier, il faut rappeler que son leader historique, Nigel Farage, a quitté le parti après le référendum sur le Brexit, le jugeant trop à droite. Farage a fondé depuis le « Brexit Party » qui fait partie de l’ELDD tandis que l’Ukip, qui existe toujours, s’est éloigné de ce groupe européen pour se rapprocher de l’ENL.

● Quelles nouveautés ?

Pour Marine Le Pen et Matteo Salvini, un premier enjeu était de ramener vers eux les partis du groupe eurosceptique concurrent (EELD) qui les dépasse en nombre de sièges dans l’actuel Parlement européen. Les deux grands partis visés étaient le Brexit Party de Nigel Farage, qui est en tête des intentions de vote au Royaume-Uni avec plus de 30%, et le Mouvement cinq étoiles (M5S) italien, qui gouverne avec la Ligue de Salvini. Mais ce rapprochement avec ces deux grandes forces ne devrait pas se faire. Car pour élargir son électorat, Nigel Farage joue la carte de l’unité et ne veut pas être associé à l’extrême droite. De plus, le M5S gouverne avec la Ligue, mais est en même temps en concurrence avec elle.

L’autre grand enjeu était de rallier des conservateurs de droite qui ne faisaient partie d’aucun des deux grands groupes eurosceptiques. Les deux principaux partis visés étaient le Fidesz du premier ministre hongrois Viktor Orban, suspendu du PPE depuis le 20 mars 2019, et le parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir en Pologne. Les deux partis ont néanmoins refusé de faire partie de la coalition franco-italienne.

Selon La Croix , quatre partis devraient toutefois rejoindre Marine Le Pen et Matteo Salvini « dès le début de la session » : il s’agit notamment de l’Alternative für Deutschland (Allemagne), du Dansk Folkeparti (Danemark), des Perussuomalaiset (Finlande) et probablement du nouveau parti Vox (Espagne). Ces formations pourraient représenter un contingent non négligeable au sein du futur groupe « nationaliste ».

● Combien de sièges pour le futur groupe Salvini-Le Pen ?

Tout sera question d’additions au soir du 26 mai. Une chose est certaine : le futur groupe comptera beaucoup plus d’eurodéputés que l’ENL (37) aujourd’hui. Marine Le Pen a déclaré le 3 mai dernier espérer obtenir entre 80 et 90 parlementaires issus de 15 Etats, ce qui représenterait certes une avancée notable, mais qui ne lui permettrait pas réellement, vu le nombre de députés total (751 actuellement, 705 en cas de Brexit), de changer le cours des procédures législatives à Bruxelles.

Voici quelques projections possibles pour le futur Parlement européen. Selon La Croix, en tête, La Ligue (Italie) pourrait obtenir 25 sièges, le RN (France) 22, l’AFD (Allemagne) 12, le FPÖ (Autriche) 5, Vox (Espagne) 4. Une petite dizaine d’autres partis pourraient gagner environ 15 eurodéputés. Le futur groupe de Matteo Salvini et Marine Le Pen pourrait donc bien compter entre 80 et 85 eurodéputés venant d’une quinzaine d’États européens, soit les prévisions données par Marine Le Pen.

 » LIRE AUSSI - Marine Le Pen : « Nous sommes à la veille d’un exploit historique »

● Quels enjeux stratégiques pour le futur Parlement européen ?

Il faudra bien sûr comparer ces résultats de l’alliance Salvini-Le Pen avec ceux de la liste « Renaissance » de la majorité présidentielle. Dans une forme de symétrie entre les deux, LREM essaie aussi de former depuis plusieurs mois un grand groupe européen libéral. Il existe déjà actuellement un groupe centriste, l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), qui compte 68 eurodéputés. Le 11 mai 2019, LREM et sept partis nationaux faisant partie de l’ALDE ont signé une déclaration conjointe dans laquelle on pouvait lire que « l’ALDE et LREM sont déterminés à former un nouveau groupe après les élections européennes ». Entre ce futur groupe défendant comme Emmanuel Macron une « souveraineté européenne » et « l’Europe des nations » défendue par le couple Le Pen/Salvini, le match risque d’être serré.

En tout état de cause, ces deux formations devraient reconfigurer le Parlement européen qui vivait jusque-là sur la prééminence des deux grands groupes parlementaires (PPE et S&D) qui représentaient le clivage gauche/droite et qui demeureront des forces essentielles au sein du Parlement européen. A ces quatre futurs blocs, il faut ajouter la présence d’un groupe écologiste (Verts, actuellement) et d’un groupe de la gauche radicale (Gauche unitaire, actuellement). Et garder à l’esprit que les tractations peuvent durer tout le long de la mandature : pour former un groupe, l’obstacle principal est de réunir au moins 25 eurodéputés venant d’au moins un quart des Etats membres (soit 7 pays actuellement).

 » LIRE AUSSI - On vous explique le fonctionnement de l’UE

Européennes : les enjeux du scrutin français vus par Politico
Européennes : ceux qui feront 2019
Sur le Vieux Continent, les divisions d’une internationale populiste
À Strasbourg, un curieux et très hétéroclite attelage de partis populistes
Marine Le Pen, liaisons secrètes à l’international