Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Algérie : 5 juillet 1962- 5 juillet 2019

Algérie : 5 juillet 1962- 5 juillet 2019

jeudi 4 juillet 2019, par siawi3

Source : Facebook Zazi Sadou

5 juillet 1962- 5 juillet 2019

Soyons des millions pour honorer notre serment de fidélité aux justes !

Le vaste mouvement populaire et pacifique a d’ores et déjàfait bouger les lignes . Les cartes politiques se redistribuent et le rapport de forces s’est déplacé et ancré dans la rue. C’est incontestable. C’est un acquis inestimable de cet immense mouvement populaire qui, depuis le 22 février met en difficulté ce système / pouvoir habitué àdécider et agir sans se préoccuper de l’opinion publique.
Ce mouvement massif a réussi àneutraliser en partie, le clan Bouteflika . Néanmoins il reste tout un pan du pouvoir oligarchique et despotique àla manœuvre . Il faut poursuivre toutes les mobilisations pour le mettre définitivement en échec.
Ce pouvoir despotique assiste sans aucun état d’âme et depuis 20 ans àla mise àterre du pays sans intervenir pour arrêter la spoliation des richesses du pays. Aujourd’hui , pour se recycler et durer le système /pouvoir développe toute une série de stratégies.
Par une contre-révolution qui s’attaque, cible et enferme des manifestant(e)s dont le « crime  » est de porter l’emblème de notre identité Amazigh , met en prison une des figures historiques de la révolution dont le « crime  » est de dire tout haut ce que pensent des millions d’algériennes et algériens , boucle les accès àAlger comme si c’était une zone réservée , lance de fausses informations pour troubler le peuple et le diviser , menace les jeunes du mouvement estudiantin , cible les éléments moteurs de ce mouvement populaire. Ce pouvoir n’agit pas en aveugle. Il sait parfaitement ce qu’il fait pour tenter de bâillonner ce peuple qui lui tourne le dos.

Sa stratégie de faire croire au chaos « institutionnel  » trouve des relais parmi une élite politique et dans la société civile prête àun « compromis  » àhaut risque . Ces élites en adoptant une attitude de compromis avec ce système au nom d’ une pseudo- unité nationale commette une trahison en tournant le dos aux revendications fondamentales de la révolution populaire et pacifique en cours. La rue gronde et scande qu’il n y a pas de dialogue possible avec les maffias et les forces politiques et sociales qui ont soutenu , porté et assis ce système vomi par la masse des algériens. Cette manÅ“uvre intelligemment menée par des branches de ce pouvoir est une preuve évidente de sa volonté de fabriquer une solution pour durer y compris en refaisant la façade .
Une conférence prévue le 6 juillet intitulée « les forces du changement (sic !) qui devraient réunir le ban et l’arrière ban de nombreuses forces politiques alliées du système depuis des décennies a la prétention de bouleverser l’ordre des choses . Va t- elle sortir une feuille de route de rupture radicale avec ce pouvoir despotique ? J’en doute fort. Je pense que des millions d’algériennes et algériens partagent ce doute au vue de sa composante et ses pratiques politiques. Ça ne sera qu’un leurre pour un nouvel habillage auquel nous sommes habitués depuis des décennies.
Au final , ce système / pouvoir n’hésite devant aucun subterfuge pour traîner dans son sillage ou attirer dans ses filets des pans entiers de la classe politique traditionnelle et des branches de la dite « société civile  » pour essayer de se refaire une beauté et devenir fréquentable. Ce jeu est engagé depuis des mois. Il suffit de garder les yeux ouverts pour voir les manÅ“uvres politiciennes saupoudrées d’un zeste de « démocratie  » et de lire ou entendre certaines déclarations « la main sur le cÅ“ur  » pour constater combien le « compromis historique  » vers des élections présidentielles dans de très brefs délais reste le seul objectif de ce système. C est sa carte de sauvetage et de survie. Dans son discours d’hier soir le Président par intérim Bensalah vient de confirmer cette option.

Alors gardons le cap.
L’Algerie nouvelle ne peut pas être une copie même colorée de celle d’hier. Elle ne pourra pas se construire sans la consécration des Libertés individuelles et collectives. Elle ne pourra pas se faire sans la libération immédiate de tous les détenus d’opinions injustement incarcérés.
Elle ne pourra pas se construire sans la liberté de circuler , de se réunir , d’occuper les espaces publics. L’Algerie de demain ne se fera pas sans justice sociale et transparence dans la gestion de ses immenses richesses . L’Algerie de demain doit consacrer l’égalité des droits entre tous ses citoyens, femmes et hommes. Le pays que nous voulons doit être un pays souverain non inféodé aux intérêts quataris, américains , français et autres puissances. L’Algerie doit retrouver sa place dans le concert des Nations. Et redevenir une voix pour les « sans voix  » dans le monde.

Nous sommes un peuple digne et non une masse de sujets àla dérive. Nous rêvons d’une République démocratique , sociale et égalitaire et non d’une « memlaka  » où les hommes « du makhzen  » ont droit de vie et de mort sur chacune et chacun d’entre nous. Nous voulons une justice libre et indépendante et pas une justice inféodée aux lignes téléphoniques des puissants.

Notre devise est plus forte que jamais .
Ne pas céder àla peur face àla contre-révolution ! Ne pas renoncer àpoursuivre la mobilisation massive et pacifique ! Ne pas douter de notre intelligence collective !
Faisons entendre la voix de millions d’algériennes et algériens pour la RUPTURE avec ce système / pouvoir.

Faisons de ce 5 juillet 2019 un jour de Liberté sans compromission avec ce pouvoir et ses affiliés ...

Gloire àcelles et ceux qui ont donné leurs vies pour semer en nous les graines de la dignite et de la Liberté .

Le 4 juillet 2019