Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Algérie : l’islamologue Said Djabelkhir plaide pour la laïcité

Algérie : l’islamologue Said Djabelkhir plaide pour la laïcité

jeudi 4 juillet 2019, par siawi3

Source : https://www.observalgerie.com/actualite-algerie/algerie-islamologue-said-djebelkhir-plaide-laicite/

Algérie : l’islamologue Said Djabelkhir plaide pour la laïcité

Par Pica Ouazi

29 mai 2019 à 15:44

Algérie – L’islamologue Said Djabelkhir a plaidé pour l’application de la laïcité en Algérie, dans une interview donnée au journal « L’express DZ » hier le 28 mai. Le fondateur du Cercle des lumières pour la pensée libre (CLPL) considère la séparation de la religion du politique comme une nécessité dans les sociétés musulmanes, afin de préserver l’islam de l’instrumentalisation.

Djabelkhir, sur la nécessité de libérer la réflexion

Saïd Djabelkhir affirme que la réflexion sur la religion est un tabou, dans une société qui « fait de la religion une matière à consommer au lieu d’en faire une matière à réfléchir avec des outils critiques et des questionnements modernes qui reflètent les besoins de l’Homme d’aujourd’hui, ici et maintenant ».

Le conflit historique entre réformateur et rigoriste

L’islamologue s’inspire des exemples de l’évolution de la pratique religieuse dans l’histoire pour dénoncer le recul des savants sur les questions relatives à l’explication des textes religieux. « Le mouvement islahiste de Mohamed Abdou, au lieu de continuer sur le chemin de la primauté de la raison sur les textes, a marqué une régression très grave », dénonce Said Djabelkhir.

Said Djabelkhir a aussi tiré à boulets rouges sur l’organisation des Frères musulmans et son idéologie : « Sayed Kotb, le grand théoricien des Frères musulmans, était derrière les premiers mouvements djihadistes armés qui ont vu le jour en Orient, sachant qu’il n’a rien inventé, car Hassan El Banna avait déjà fondé, bien avant lui, une organisation secrète armée qui a exécuté plusieurs attentats en Égypte et qui a assassiné plusieurs hommes politiques égyptiens à l’époque du Roi Farouk premier ».

L’islamologue s’est aussi attaqué à l’Arabie saoudite et son rôle dans la propagation du radicalisme religieux : « il faut savoir que les Saoudiens, à eux seuls, depuis 1979 à ce jour, ont dépensé plus de 64 milliards de dollars pour propager l’intégrisme. Ce chiffre peut vous donner une idée sur l’ampleur des dégâts causés au sein des sociétés ».

La nécessité de séparer la religion et l’État

Said Djabelkhir conclut par un appel à « une réforme religieuse » et « un grand travail de vulgarisation pour lequel les élites religieuses éclairées devraient s’engager de toute urgence ». Il plaide pour une séparation de la religion de l’État dans les pays musulmans et avertit que « si les musulmans ne la font pas, les autres nations les obligeraient un jour à le faire malgré eux. Le monde change, et si nous ne changeons pas avec lui, il va nous changer de force ou pire encore : nous éliminer ».