Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Canada : Les problèmes de Bernier avec le multiculturalisme ne peuvent être (...)

Canada : Les problèmes de Bernier avec le multiculturalisme ne peuvent être écartés.

lundi 29 juillet 2019, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://tarekfatahenfrancais.wordpress.com/2019/07/28/les-problemes-de-bernier-avec-le-multiculturalisme-ne-peuvent-etre-ecartes/

Les problèmes de Bernier avec le multiculturalisme ne peuvent être écartés.

par tarek fatah

Mercredi, Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada, a annoncé le programme de son parti sur l’immigration, demandant une réduction de 50 % du nombre annuel d’immigrants admis.

Pour justifier cette réduction massive, Bernier a cité des chiffres tirés d’une étude réalisée en 2011 par l’Institut Fraser, selon laquelle le « coà»t  » net pour le Canada par immigrant était de 6 051 $, soit un fardeau annuel estimé àenviron 24 milliards de dollars. Il a dit au public l’applaudissant avec enthousiasme que « c’est beaucoup d’argent  ».

Il a ensuite estimé que « l’une des raisons est que les immigrants ont généralement des salaires inférieurs àceux des non-immigrants  » et paient donc moins d’impôts.

Pour arriver àson chiffre de 24 milliards de dollars, Bernier n’a pas tenu compte du fait que l’immigration est une façon d’importer des consommateurs sans payer un sou àla société qui nous a accueillis. Nous sommes les seules marchandises qui arrivent hors taxes et sans prix.

Lorsque je suis arrivé comme immigrant, le Canada n’a rien payé pour mon diplôme en biochimie et mes 20 ans d’expérience comme journaliste et rédacteur publicitaire. Le diplôme d’études supérieures en littérature anglaise de ma femme n’a pas non plus coà»té un sou aux contribuables canadiens, mais nous avons tous deux contribué àl’économie du Canada en tant que consommateurs et locataires dès le premier jour.

Cela dit, il serait insensé de rejeter catégoriquement les craintes très sincères de Bernier au sujet de l’intégration des immigrants comme moi dans la société canadienne. Il est vrai que la plupart d’entre nous qui viennent au Canada en provenance de pays en développement d’Asie et d’Afrique arrivent avec un bagage religieux et culturel qui comprend des valeurs archaïques àla limite du racisme, du tribalisme, du système des castes et des superstitions qui ont peu àvoir avec les valeurs qui ont façonné le Canada pendant les 400 dernières années de la civilisation occidentale.

Bernier a dit : « Dans le passé, les immigrants qui sont venus ici se sont progressivement intégrés dans notre société. Ils ont gardé certains aspects de la culture de leur pays d’origine, bien sà»r. Et cela a influencé et changé notre société. Ils sont devenus Canadiens, mais avec un aspect distinct  »

« C’est un type de multiculturalisme qui enrichit notre société. Et c’est très bien  », a-t-il ajouté.

Cependant, Bernier a exprimé un problème avec les immigrants qui « vivent en permanence dans une enclave àl’écart de la société canadienne en général  », un problème qui s’exacerbe lorsque le gouvernement les « encourage officiellement àcontinuer àle faire plutôt qu’às’intégrer àla société canadienne et àadopter la culture et les valeurs canadiennes, a-t-il dit.  »

Une nation doit être fondée sur un sentiment d’appartenance, de participation àun projet national commun, de partage des mêmes valeurs et de différence avec le reste du monde.

À titre d’exemple, Bernier a cité la façon dont la « politique ethnique  » est devenue la norme parmi les partis politiques du Canada. « Ils ne parlent pas aux Canadiens. Ils s’adressent àdes blocs électoraux ethniques : aux Canadiens d’origine ukrainienne, italienne, chinoise, musulmane et sikhe.  »

Bernier a raison de souligner cette lente désintégration de la société canadienne en groupes de votes. Comme il l’a dit, « même notre politique étrangère dépend maintenant d’attirer ces clientèles politiques ethniques, au lieu d’être fondée sur les intérêts du Canada dans son ensemble.  »

La Loi sur le multiculturalisme doit être abrogée pour la simple raison que toutes les cultures ne sont pas égales. La culture qui traite ma fille autiste avec le plus grand respect, le plus grand amour et le plus grand soin n’est pas égale àla culture qui traite les enfants autistes comme une punition de Dieu pour les péchés commis par les autres.

La culture qui appelle àtuer les gays, permet la polygamie et emprisonne les femmes dans les burqas noires est médiévale et misogyne et n’est certainement pas égale àla culture de l’équité entre les sexes et des droits LGBTQ.

Bernier a raison lorsqu’il a dit àson parti qu’il était fidèle : « Parmi les menaces qui pèsent sur nos valeurs et notre mode de vie figure l’islam politique, ou islamisme, l’idéologie radicale la plus rapide et la plus dangereuse au monde.  »

Les Canadiens rejettent les craintes de Bernier àleurs propres risques et périls.

Traduction : Laurence B