Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Après le meurtre de Villeurbanne...

France : Après le meurtre de Villeurbanne...

mercredi 18 septembre 2019, par siawi3

Source : http://www.laicite-republique.org/m-bock-cote-apres-le-meurtre-de-villeurbanne-des-reactions-si-revelatrices-le.html

M. Bock-Côté : « Après le meurtre de Villeurbanne, des réactions si révélatrices » (Le Figaro, 7 sep. 19)

Mathieu Bock-Côté, docteur en sociologie, chroniqueur au « Figaro ». 7 septembre 2019

"La France entière a été secouée par le meurtre, à Villeurbanne, de Timothy Bonnet par un demandeur d’asile afghan, qui a aussi fait huit blessés à l’arme blanche. Mais on devine que le pays a aussi été exaspéré par la grille d’analyse immédiatement plaquée sur l’événement par le système médiatique : le meurtrier était un déséquilibré. Classique. Nous serions devant un tragique fait divers, sans plus. Le maire socialiste de la ville, Jean-Paul Bret, en a même rajouté, en accusant ceux qui ne se pliaient pas à cette interprétation de basculer vers « l’extrême droite ». À l’entendre, c’est moins l’agression qui était révoltante que le simple fait de rappeler l’existence d’un lien entre immigration et insécurité, comme s’il fallait maintenir à tout prix le grand récit de la diversité heureuse.

On ne sera pas surpris par cette interprétation. Depuis janvier 2015, combien de fois a-t-on entendu les leaders politiques s’inquiéter, suite à un attentat islamiste, de la réaction « islamophobe » qu’il risquait de susciter ? Plus largement, il fallait éviter de parler des tensions identitaires engendrées par l’immigration massive « pour ne pas faire le jeu du Front national ». Chaque fois, c’est la même chose : ce qu’il faut préserver à tout prix, c’est la mystique du vivre ensemble. La peur de la stigmatisation crée un climat de censure étouffant. Ceux qui ont le mauvais goût de rapporter les mauvaises nouvelles sont accusés d’être des polémistes incendiaires, favorisant le développement d’un environnement médiatique anxiogène. On les rendra responsables des sentiments négatifs que développe la population à l’endroit de l’immigration massive.

Insistons : le meurtrier était donc un « déséquilibré ». On veut bien le croire. Mais de là, il n’y a qu’un pas pour le classer aussi parmi les victimes de l’événement. Bruno Bonnel, député de LREM, affirma ainsi que « les informations qu’on a, à ce stade, montreraient que c’est plutôt un acte isolé d’une personne qui était en recherche d’asile, venant d’un pays très éloigné de la France, l’Afghanistan, peut-être qui a vécu des choses terribles sur son voyage ou là-bas, et qui n’a peut-être pas supporté beaucoup de choses et qui rentre dans une crise de démence. Il faut faire attention de ne pas réagir à chaud pour ne pas stigmatiser des populations ». Un peu plus et on reprocherait à la France de laisser ses migrants aller à la dérive. Si le tueur de Villeurbanne avait été pris en charge de manière psychiatrique, cette tragédie n’aurait peut-être pas eu lieu ? La France n’est-elle pas coupable des malheurs qui se jettent sur elle ?

Quiconque ouvre les yeux le constate pourtant : en Suède comme en France, en passant par les États-Unis - et on pourrait multiplier les pays -, le multiculturalisme pousse à la désagrégation sociale et le système médiatique doit se montrer de plus en plus audacieux pour nous faire croire le contraire. […]« Lire »Mathieu Bock-Côté : « Après le meurtre de Villeurbanne, des réactions si révélatrices »".

°°°

Source : https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-villeurbanne-et-caluire/2019/08/31/villeurbanne-six-blesses-lors-d-une-agression-au-couteau-a-la-station-laurent-bonnevay

A lire aussi : Attaque à Villeurbanne : « Il mettait des coups de couteau dans tous les sens »

Attaque à Villeurbanne : la victime de 19 ans se rendait au festival Woodstower

Rhône Attaque au couteau à Villeurbanne : un témoin évoque une motivation religieuse

Une violente agression au couteau, ce samedi 31 août après-midi vers 16 h 25, a fait au moins un mort, huit blessés, dont trois en urgence absolue à la station de métro Laurent-Bonnevay à Villeurbanne. Un bilan confirmé par le procureur de Lyon.

Vu 271938 fois Le 31/08/2019 à 17:14 mis à jour le 01/09/2019 à 13:30

Gérard Collomb, maire de Lyon, sur place. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Les usagers pris en charge par les pompiers. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Les lieux de l’arrestation de l’assaillant. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Les faits se sont produits à la station Laurent-Bonnevay. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Le suspect. Capture d’écran Twitter
« Pour l’instant, on ne sait rien de ses motivations », note Gérard Collomb. Photo Progrès/Joël Philippon
Plusieurs victimes ont été pris en charge. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La station Laurent-Bonnevay a été bouclée. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND

« Ils ne lisent pas le Coran »

Selon un témoin direct de l’agression entendu par Le Progrès, le suspect aurait fait part d’une allusion religieuse au moment des faits : « Ils ne lisent pas le Coran ».

Selon nos informations, la victime, âgée de 19 ans, était originaire de l’Isère (38) et se rendait en bus au festival Woodstower, à Miribel.

Un témoin direct explique que le suspect, non identifié mais se disant de nationalité afghane, était armé d’une grande fourchette et d’un grand couteau de barbecue.

Il se serait mis à agresser plusieurs personnes à l’arrêt de bus. Tous les témoins ont été gardés pour être auditionnés.

Selon les TCL, l’assaillant a été maîtrisé par quatre conducteurs. Il a été pris en chasse jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre. Aucun n’a été blessé.

Sur place, un autre témoin raconte comment le suspect a été maîtrisé, puis calmé, en attendant les forces de l’ordre.

Des rumeurs évoquaient un deuxième suspect, la piste a été démentie.

« On ne sait rien de ses motivations »

Gérard Collomb, maire de Lyon, s’est rendu sur place, alors qu’il allait au match de football, opposant Lyon et Bordeaux.

« Pour l’instant, on ne sait rien de ses motivations, note-t-il, ému. Ce qui est sûr c’est que ce n’était pas une rixe, puisque c’était quelqu’un qui a attaqué des passagers qui attendaient un bus de manière indifférenciée. »

David Kimelfeld, président de la Métropole, a adressé, sur Twitter, tout son « soutien aux victimes et à leurs proches ».

De son côté, Christophe Castaner précise que « la police nationale est mobilisée pour faire toute la lumière sur l’agression. »

Nicolas Dupont-Aignan a également réagi : « Profonde émotion après cette nouvelle attaque survenue à #Villeurbanne. Je pense aux victimes et à leurs proches. Je demande au Gouvernement de faire toute la lumière sur cet acte ignoble. »

°°°

Source : https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-villeurbanne-et-caluire/2019/09/01/attaque-a-villeurbanne-perquisitions-samedi-soir-et-conference-de-presse-dans-l-apres-midi-lyon-justice-fait-divers-couteau-afghan

Rhône Attaque à Villeurbanne : « le suspect dit avoir entendu des voix insulter Dieu et lui donnant l’ordre de tuer »

Au lendemain de l’agression mortelle au couteau, ce samedi 31 août vers 16h25, qui a fait au moins un mort et huit blessés à Villeurbanne, l’enquête se poursuit pour connaître les motivations de l’assaillant.

Vu 59520 fois Le 01/09/2019 à 11:47 mis à jour à 19:40

Nicolas Jacquet, procureur de la République, et Christophe Allain, directeur interrégional de la police judiciaire ont tenu une conférence de presse au lendemain des agressions de Villeurbanne. . Photo Progrès/Maxime JEGAT
La conférence de presse s’est tenue au tribunal de grande instance de Lyon. Photo Progrès/Maxime JEGAT

"Depuis hier soir, en tant que maire de Villeurbanne, j’ai eu l’occasion de dire à quel point j’étais abasourdi, affecté et profondément peiné. Mes pensées vont à la famille de la victime et aux blessés. Les drapeaux de l’hôtel de ville seront mis en berne dès demain.

La justice et la police sont aujourd’hui à pied d’œuvre avec un travail minutieux que je salue. Les services publics, je pense aux services de l’État, aux services municipaux de Villeurbanne et Lyon, aux services hospitaliers, qui ont également su se mobiliser pour secourir et accompagner les victimes, comme j’ai pu le voir ce matin au centre d’accueil des familles de Lyon 8e.

Je salue également le geste de bravoure que les citoyens et les agents des TCL ont accompli hier en maîtrisant l’auteur des faits avec calme et pugnacité et en secourant les victimes tout en prenant des risques pour eux-mêmes.

Quelles que soient l’émotion et la colère suscitées par de tels actes, il est indispensable d’attendre les résultats de l’enquête et, par conséquent, de ne pas colporter des rumeurs.

En cette veille de rentrée scolaire, tout est fait pour que les conditions de sécurité soient les meilleures à Villeurbanne, dans les écoles, les espaces et bâtiments publics. Je tiens à rappeler que notre ville est non seulement vigilante mais engagée au quotidien. Aux habitants qui m’interrogent, je redis la détermination de l’équipe municipale pour créer la sécurité partout."

Le point sur l’enquête

Nicolas Jacquet, procureur de la République, a tenu une conférence de presse au tribunal de grande instance de Lyon ce dimanche à 15 heures pour faire un point sur l’enquête ouverte pour les chefs d’assassinat et tentative d’assassinat.

« Le bilan est lourd, dramatique. » Un jeune homme de 19 ans et originaire de Savoie est décédé des suites de ses blessures et huit autres personnes blessées.

Deux des trois victimes gravement blessées sont toujours hospitalisées mais leur pronostic vital n’est plus engagé.

Les six autres blessés ont pu regagner leurs domiciles et présentent des troubles de stress post-traumatique. Ils feront l’objet d’une prise en charge spécialisée.

Une quarantaine de personnes ont été prises en charge dès ce samedi soir par la cellule d’urgence médico-psychologique. Onze d’entre elles ont déposé plainte pour des troubles psychologiques liés à l’agression dont elles ont été les témoins.

— > À lire aussi : Sofiane, a tenté de secourir la victime

L’homme mis en cause a été raisonné par trois chauffeurs TCL « qui le persuadaient de lâcher ses deux armes ».

Pris à partie par la foule et prostré, il a été interpellé à 16h40.

« Aucun élément ne laisse apparaître une quelconque radicalisation de l’intéressé. » Son téléphone est en cours d’analyse.

Le suspect ne présente aucun antécédent judiciaire ni aucun antécédent psychiatrique.

Il a été localisé dans plusieurs pays d’Europe depuis 2014. Il est entré à nouveau en France en juin 2016.

Il est titulaire d’une carte de séjour temporaire, avec demande de renouvellement valable jusqu’au 31 janvier 2020.
Nicolas Jacquet, procureur de la République. Photo Progrès/Maxime JEGAT
Nicolas Jacquet, procureur de la République, et Christophe Allain, directeur interrégional de la police judiciaire ont tenu une conférence de presse au lendemain des agressions de Villeurbanne au tribunal de grande instance de Lyon. Photo Progrès/Maxime JEGAT

Une information judiciaire sera ouverte par le parquet ce lundi. Photo Progrès/Maxime JEGAT
Photo Progrès/Maxime JEGAT
Photo Progrès/Maxime JEGAT
Nicolas Jacquet, procureur de la République. Photo Progrès/Maxime JEGAT
préc.suiv.

État psychotique envahissant avec délires paranoïdes

« Il indique être musulman et avoir entendu des voix insulter Dieu et lui donnant l’ordre de tuer. »

Il reconnait une forte consommation de stupéfiants, confirmé par une analyse toxicologique.

Il a fait l’objet d’une première évaluation psychiatrique ce dimanche matin dans le temps de la garde-à-vue. L’expert évoque un état psychotique envahissant avec délires paranoïdes à thématiques multiples dont celle du mysticisme et de la religion.

Les investigations se poursuivent

En l’absence d’éléments permettant de rattacher directement son passage à l’acte à une entreprise terroriste, le parquet national antiterroriste, « étroitement associé dès le début des faits », ne s’est pas saisi.

Les investigations sur le profil, le parcours et la personnalité du mis en cause sont en cours. Une information judiciaire sera ouverte par le parquet demain.

Les enquêteurs tentent dimanche de faire la lumière sur les raisons qui ont poussé un Afghan de 33 ans à semer la terreur à l’arme blanche samedi près de la station de métro Laurent-Bonnevay, faisant un mort et huit blessés.

L’hypothèse terroriste n’est pas privilégiée à ce stade, le Parquet national antiterroriste (PNAT) n’ayant pas été saisi, mais il suit la situation de près, assure le parquet de Lyon.

Selon nos informations, une perquisition a bien eu lieu ce samedi soir, dans un centre d’hébergement pour réfugiés à Vaulx-en-Velin

Mesures de sécurité renforcées

Dans la matinée, le maire de Lyon, Gérard Collomb, a déclaré au Progrès que des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises à la suite des événements de la veille à Villeurbanne et notamment au travers du dispositif Sentinelle.

Un suspect inquiétant aux propos incohérents

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et diffusée par de nombreuses chaînes de TV, on voit un homme à la peau mate, barbe noire courte, bien taillée, sweet capuche noir et baskets rouges avec une lame et une petite fourche dans une main discutant avec des hommes, avant de jeter ses armes puis s’accroupir à la sortie d’un ascenseur du métro.

— > À lire aussi : le profil inquiétant du suspect

L’assaillant se déclare comme étant « Sultan Marmed Niazi », un alias parmi d’autres, et être né en 1992 (l’une des trois dates de naissance mentionnés aux policiers) en Afghanistan. Un point qui semble se confirmer. Un traducteur l’aurait rencontré. Selon nos informations, il serait passé par le Royaume-Uni, avant d’arriver à Lyon en 2014. Il serait un consommateur régulier de cannabis.

Il s’agit de ses déclarations et il convient de les prendre avec précautions. Il a formulé une demande d’asile et disposerait d’un récépissé qui vaut de titre de séjour provisoire. Le suspect n’est donc pas en situation irrégulière mais en cours de demande d’asile. Il n’est pas connu pour d’autres délits.

La police judiciaire, chargée de l’enquête, fait face à un individu qui « n’est pas très prolixe » et qui a changé trois fois de versions dans les premières minutes de sa garde à vue samedi, selon une source policière.

Durant sa garde-à-vue, il a tenu à la fois des propos inquiétants mais aussi incohérents. Une question se pose sur son équilibre mental.

Périmètre de sécurité levé

À Villeurbanne, sur l’esplanade de la sortie du métro Laurent-Bonnevay où ce demandeur d’asile s’est attaqué à l’aveugle à des passants samedi après-midi, le cordon de sécurité a été levé et le calme était revenu dimanche matin.

Plusieurs tâches de sang en partie nettoyées et un ruban jaune de police abandonné par terre témoignaient du drame de la veille. Et quelques fleurs déposées par des voisins étaient visibles çà et là.

Au centre multimodal de Laurent-Bonnevay à Villeurbanne au lendemain de l’agression qui a causé la mort d’un jeune homme de 19 ans. Photo Progrès/Maxime JEGAT

Les élus villeurbannais réagissent :

Yann Crombecque, premier secrétaire fédéral du PS du Rhône et conseiller municipal

« À cette heure, émotion et pensées pour les victimes et leurs familles suite à l’attaque au couteau aujourd’hui à Villeurbanne, près de la station Laurent Bonnevay. Reconnaissance également à l’égard des forces de sécurité et de secours mobilisées. Pour l’instant, aucune information précise quant aux motivations du/des agresseurs n’a été communiquée. Il s’agit donc de rester prudent quant à la nature de l’événement. »

°
Emmanuelle Haziza, conseillère municipale

« Cet après-midi, notre ville Villeurbanne a été meurtrie. Mes premières pensées émues vont à la famille de la victime qui a perdu la vie, aux blessés ainsi qu’à leurs proches et à toutes les personnes présentes sur les lieux. Merci aux courageux citoyens et aux forces de sécurité et de secours qui ont eu la bravoure et le sang froid d’agir pour arrêter l’assassin dans un contexte de terreur. L’enquête judiciaire vient de démarrer. Émotion et recueillement sont la priorité ce soir. Soyons unis face à l’horreur. »

°
Stéphane Poncet, chef de file du Rassemblement national

« Ce drame survient quelques mois après le meurtre d’un homme de 80 ans en pleine rue au Tonkin. Ces meurtres illustrent l’escalade de la violence que connait notre commune depuis quelques années. Les autorités nationales et locales ne semblent plus capables d’assurer la sécurité des villeurbannais dans l’espace public. La municipalité est en grande parte responsable de cette situation. En optant pour la passivité et le laxisme face aux problèmes qui gangrènent la commune (trafic de drogue, salafisme, communautarisme,squats de migrants..) l’équipe municipale a créé les conditions propices au développement de cette criminalité et de ce chaos. (...) Pour assurer la sécurité des français nous mettrons fin à ces utopies suicidaires. »

°

Béatrice Vessiller, chef de file d’Europe Ecologie Les Verts et vice-présidente de la Métropole de Lyon

« Un homme a tué et blessé aveuglément avec un couteau, à la station Bonnevay samedi après-midi ; c’est effroyable. Nous sommes de tout cœur avec la famille du jeune homme de 19 ans décédé, avec les blessés qui sont toujours en détresse, et avec les citoyens présents lors du drame. Nous remercions les agents des TCL et les personnes qui sont intervenus courageusement pour maitriser l’auteur de ces actes, ainsi que les secours et les forces de l’ordre arrivés rapidement sur place. Nous devons attendre les conclusions de l’enquête pour connaitre le parcours et les motivations de l’assassin, qui a frappé dans un lieu très fréquenté chaque jour et calme habituellement. D’ores et déjà, nous affirmons que c’est en restant unis, ensemble, que nous ferons face à la violence. Plus que jamais, Villeurbanne doit être fidèle à elle-même et refuser la haine. »